"L'attaque de la Russie contre l'Ukraine est contraire au droit international et donc incompatible avec nos valeurs", a déclaré Rainer Koch, président par interim de la DFB, à l'agence de presse allemande SID, filiale de l'AFP. "Malheureusement, Gerhard Schröder n'a pas accédé aux nombreuses demandes de prise de position claire contre cette guerre", a ajouté le dirigeant de la fédération, qui avait déjà lancé à Schröder un ultimatum pour qu'il quitte les postes qu'il occupe ou qu'il renonce à son adhésion à la DFB.

Mercredi, le Borussia Dortmund avait pour les mêmes raisons retiré à l'ex-chancelier son titre de membre d'honneur du club.

Âgé de 77 ans, M. Schröder affiche sa proximité avec le président russe Vladimir Poutine. Il est président du conseil d'administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe, et du comité d'actionnaires de Nord Stream 2, gazoduc russo-allemand controversé. Il doit en principe entrer en juin au conseil de surveillance du géant russe Gazprom.

Contrairement à d'autres anciens dirigeants européens liés à des groupes russes, comme le Français François Fillon ou l'Italien Matteo Renzi, M. Schröder refuse à ce stade de démissionner de ses mandats.

"L'attaque de la Russie contre l'Ukraine est contraire au droit international et donc incompatible avec nos valeurs", a déclaré Rainer Koch, président par interim de la DFB, à l'agence de presse allemande SID, filiale de l'AFP. "Malheureusement, Gerhard Schröder n'a pas accédé aux nombreuses demandes de prise de position claire contre cette guerre", a ajouté le dirigeant de la fédération, qui avait déjà lancé à Schröder un ultimatum pour qu'il quitte les postes qu'il occupe ou qu'il renonce à son adhésion à la DFB.Mercredi, le Borussia Dortmund avait pour les mêmes raisons retiré à l'ex-chancelier son titre de membre d'honneur du club.Âgé de 77 ans, M. Schröder affiche sa proximité avec le président russe Vladimir Poutine. Il est président du conseil d'administration de Rosneft, premier groupe pétrolier russe, et du comité d'actionnaires de Nord Stream 2, gazoduc russo-allemand controversé. Il doit en principe entrer en juin au conseil de surveillance du géant russe Gazprom.Contrairement à d'autres anciens dirigeants européens liés à des groupes russes, comme le Français François Fillon ou l'Italien Matteo Renzi, M. Schröder refuse à ce stade de démissionner de ses mandats.