En 2012, Fabio Capello a succédé à Dick Advocaat. Il a conservé le 4-3-3 mis en place par les Hollandais Advocaat et Guus Hiddink mais y a ajouté une touche pragmatique. Alors qu'ils n'avaient pas franchi la phase des poules de l'Euro 2012, encaissant au moins un but par match, les Russes défendent désormais beaucoup mieux. Lors de la campagne qualificative pour la Coupe du Monde, leur gardien ne s'est retourné qu'à cinq reprises en dix matches.

Tous les joueurs de l'équipe nationale évoluent dans le championnat de Russie. Ce qui, au niveau du calendrier, constitue un avantage. Le championnat russe se déroule en été et sera interrompu à l'occasion de la Coupe du Monde. En principe, il débutera en mars et fera une pause à partir du 18 mai, un mois avant l'entrée en matière de l'équipe nationale au Brésil. Capello tente de gagner encore une semaine mais les Russes ne seront de toute façon pas épuisés puisqu'ils auront disputé environ 11 matches officiels. Tout juste de quoi s'échauffer.

Cela pourra peut-être leur permettre de compenser leur manque d'expérience au niveau international. Le championnat russe est d'un très bon niveau et, pour plusieurs raisons, les Russes ne s'adaptent guère à l'étranger. Comme ils sont bien payés chez eux, ils préfèrent donc y rester. L'équipe nationale compte surtout des joueurs de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Andrei Arshavin et Youri Zhirkov, qui étaient encore des piliers à l'époque de Guus Hiddink, jouent désormais un rôle moins important.

COACH: FABIO CAPELLO

Il passe d'une Mission Impossible à l'autre. Pendant cinq ans, cet Italien âgé de 67 ans a dirigé l'équipe d'Angleterre avant de reprendre celle de Russie. Capello est pragmatique, il n'invente rien. Tel un caméléon, il s'adapte au style de l'équipe avec laquelle il travaille. Avec lui, le respect des règles est sacré. Une discipline stricte sur le plan tactique a fait de la Russie une équipe difficile à manier dont les défenseurs centraux, souvent considérés comme les maillons faibles jusqu'ici, semblent soudain excellents.

STAR: IGOR AKINFEJEV

Le gardien titulaire est le premier ambassadeur de la Coupe du Monde 2018, qui aura lieu dans son pays. Il aura alors 32 ans. En octobre 2008, il a battu un record d'invincibilité : 708 minutes sans encaisser. Et en Ligue des Champions, il lui est déjà arrivé de rester 362 minutes sans se retourner. Il était déjà titulaire au CSKA Moscou à l'âge de 17 ans et a remporté quatre titres nationaux ainsi que cinq coupes. Comme la Russie a manqué deux phases finales de Coupe du Monde d'affilée, il lui a cependant fallu attendre 2012 pour être titularisé dans un grand tournoi.

HISTORIQUE

(1930-1990 Union Soviétique, depuis 1992 Russie)
1958 quarts de finale
1962 quarts de finale
1966 quatrième place
1970 quarts de finale
1974 Disqualifiée (suite au coup d'Etat au Chili, l'Union Soviétique avait refusé de disputer le match retour du barrage intercontinental après avoir fait 0-0 à l'aller. La FIFA décida que le Chili l'avait emporté 2-0 et était qualifié)
1978 Pas qualifiée
1982 Deuxième tour
1986 Deuxième tour
1990 Premier tour
1994 Premier tour
1998 Pas qualifiée
2002 Premier tour
2006 Pas qualifiée
2010 Pas qualifiée

En 2012, Fabio Capello a succédé à Dick Advocaat. Il a conservé le 4-3-3 mis en place par les Hollandais Advocaat et Guus Hiddink mais y a ajouté une touche pragmatique. Alors qu'ils n'avaient pas franchi la phase des poules de l'Euro 2012, encaissant au moins un but par match, les Russes défendent désormais beaucoup mieux. Lors de la campagne qualificative pour la Coupe du Monde, leur gardien ne s'est retourné qu'à cinq reprises en dix matches. Tous les joueurs de l'équipe nationale évoluent dans le championnat de Russie. Ce qui, au niveau du calendrier, constitue un avantage. Le championnat russe se déroule en été et sera interrompu à l'occasion de la Coupe du Monde. En principe, il débutera en mars et fera une pause à partir du 18 mai, un mois avant l'entrée en matière de l'équipe nationale au Brésil. Capello tente de gagner encore une semaine mais les Russes ne seront de toute façon pas épuisés puisqu'ils auront disputé environ 11 matches officiels. Tout juste de quoi s'échauffer. Cela pourra peut-être leur permettre de compenser leur manque d'expérience au niveau international. Le championnat russe est d'un très bon niveau et, pour plusieurs raisons, les Russes ne s'adaptent guère à l'étranger. Comme ils sont bien payés chez eux, ils préfèrent donc y rester. L'équipe nationale compte surtout des joueurs de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Andrei Arshavin et Youri Zhirkov, qui étaient encore des piliers à l'époque de Guus Hiddink, jouent désormais un rôle moins important. COACH: FABIO CAPELLO Il passe d'une Mission Impossible à l'autre. Pendant cinq ans, cet Italien âgé de 67 ans a dirigé l'équipe d'Angleterre avant de reprendre celle de Russie. Capello est pragmatique, il n'invente rien. Tel un caméléon, il s'adapte au style de l'équipe avec laquelle il travaille. Avec lui, le respect des règles est sacré. Une discipline stricte sur le plan tactique a fait de la Russie une équipe difficile à manier dont les défenseurs centraux, souvent considérés comme les maillons faibles jusqu'ici, semblent soudain excellents. STAR: IGOR AKINFEJEV Le gardien titulaire est le premier ambassadeur de la Coupe du Monde 2018, qui aura lieu dans son pays. Il aura alors 32 ans. En octobre 2008, il a battu un record d'invincibilité : 708 minutes sans encaisser. Et en Ligue des Champions, il lui est déjà arrivé de rester 362 minutes sans se retourner. Il était déjà titulaire au CSKA Moscou à l'âge de 17 ans et a remporté quatre titres nationaux ainsi que cinq coupes. Comme la Russie a manqué deux phases finales de Coupe du Monde d'affilée, il lui a cependant fallu attendre 2012 pour être titularisé dans un grand tournoi. HISTORIQUE (1930-1990 Union Soviétique, depuis 1992 Russie) 1958 quarts de finale 1962 quarts de finale 1966 quatrième place 1970 quarts de finale 1974 Disqualifiée (suite au coup d'Etat au Chili, l'Union Soviétique avait refusé de disputer le match retour du barrage intercontinental après avoir fait 0-0 à l'aller. La FIFA décida que le Chili l'avait emporté 2-0 et était qualifié) 1978 Pas qualifiée 1982 Deuxième tour 1986 Deuxième tour 1990 Premier tour 1994 Premier tour 1998 Pas qualifiée 2002 Premier tour 2006 Pas qualifiée 2010 Pas qualifiée