Aucun média n'établissait un lien entre son absence et les accusations de viol récemment proférées par une Américaine de 34 ans contre le footballeur portugais. La jeune femme affirme que Ronaldo l'a violée dans un hôtel de Las Vegas en juin 2009, puis lui a fait signer sous pression un accord financier la contraignant au silence, des faits qu'il a catégoriquement démentis.

Le président de la Fédération portugaise de football, Fernando Gomes, a tout de même tenu à exprimer jeudi sa "totale solidarité avec Cristiano Ronaldo au moment où sa réputation est mise en cause".

"Je crois en sa parole (...) car je connais Ronaldo depuis de nombreuses années et je peux témoigner de sa droiture", a ajouté ce responsable dans une déclaration à l'agence Lusa.

Au plan sportif, le capitaine et attaquant vedette de la Selecçao fera donc l'impasse sur les déplacements en Pologne, le 11 octobre en Ligue des nations, puis en Ecosse, le 14 en amical. Début septembre, il avait manqué le nul contre la Croatie en amical (1-1) et la victoire du Portugal face à l'Italie en Ligue des nations (1-0).

D'après les quotidiens sportifs A Bola et Record, son absence pourrait inclure également les matches de la trêve internationale suivante, prévus pour novembre contre l'Italie à Milan et la Pologne à domicile.

Fin août, Fernando Santos avait laissé entendre que le quintuple Ballon d'or serait de retour après les matches de septembre en expliquant avoir décidé de ménager Cristiano Ronaldo "à cause de tout le processus d'adaptation" à son nouveau club de la Juventus Turin, qu'il venait de rejoindre en provenance du Real Madrid.