"L'entraîneur de Saint-Marin Franco Varrella est très flexible", a expliqué Martinez. "Ils peuvent jouer à 4 ou 5 derrière ou en diamant comme lors du match au Kazakhstan. Varrella ne travaille pas avec des joueurs d'élite, donc les résultats ne suivent pas. Pour nous, il s'agira du cinquième match de qualification. Nous voulons les trois points. Et pour les joueurs, c'est une occasion de gagner leurs places dans les 23. Il n'y a pas de différence avec les autres matchs. On doit jouer pour nous qualifier."

Martinez doit se passer de trois pions majeurs dans son dispositif: les frères Eden et Thorgan Hazard et Axel Witsel. "Tu ne peux pas remplacer Eden. Peut-être dans cinq ou dix ans", confie Martinez. "Jouer sans notre capitaine sera un très bon test pour nous. Un autre joueur devra prendre ses responsabilités. Depuis la Coupe du monde, il a été très performant. A nous de trouver le moyen de performer. Ce que j'attends de mes joueurs, c'est qu'on ne perde pas nos capacités d'attaquer, d'être menaçants."

Sans les deux frères Hazard et Witsel, Martinez va donc devoir procéder à trois changements dans son onze de base. "Il y aura des nouveaux joueurs, oui. Mais c'est un match de qualification. Je donnerai des opportunités à certains, mais je ne vais rien inventer ou tenter de bêtes choses."

Martinez a été séduit par les deux nouveaux de la sélection, Yari Verschaeren et Benito Raman. "Ils se sont sentis très à leur aise durant la semaine. On a de la concurrence à tous les postes", a conclu le sélectionneur.