Le contrat de Roberto Martinez avec les Diables expire après l'Euro 2020. Mais des négociations ont déjà eu lieu entre le Catalan et Mehdi Bayat, président de l'Union Belge, afin de déterminer si une prolongation de Martinez à la tête des Diables est envisageable pour les deux parties.

HLN rappelle qu'à la suite de la Coupe du monde 2018 en Russie et la 3e place décrochée par la Belgique, Martinez a reçu des propositions de top clubs européens, mais est toujours resté fidèle aux Belges. Des rumeurs évoquaient tantôt l'intérêt du FC Barcelone, tantôt celui d'Arsenal. Mais l'Espagnol a toujours semblé déterminé à poursuivre son aventure noire-jaune-rouge, au moins jusqu'à l'Euro 2020. Une fidélité non sans conséquences : le salaire de l'entraîneur fédéral a augmenté de façon exceptionnelle depuis le Mondial russe.

Roberto Martinez et Mehdi Bayat. © belga

L'UB a-t-il une chance de conserver Martinez?

Mais l'Union belge a-t-il vraiment une chance de conserver son entraîneur au-délà de l'Euro ?, se demande HLN. Le quotidien néerlandophone avance que les vues de Martinez et Bayat sont moins éloignées que prévu. L'entraîneur national n'aurait pas mis d'exigences irréalisables sur la table, ni sur le fond, ni sur le plan financier. Le salaire n'est clairement pas le seul sujet de conversation entre les deux hommes. HLN ajoute que Martinez et Bayat ont parlé du possible futur du coach national à la tête de la Belgique dans sa globalité et que la possibilité d'une prolongation de contrat est devenue plus concrète.

Tout n'est pas joué pour autant. Les deux parties attendent de voir qui fera le premier pas. En cas de poursuite de collaboration, aussi bien Mehdi Bayat que Roberto Martínez prennent un risque. L'UB devra faire un effort financier considérable, tandis que Martinez devra renoncer à son ambition de diriger un grand club européen. HLN précise qu'aucun délai à court terme n'a été imposé pour la prise de décision.

Le contrat de Roberto Martinez avec les Diables expire après l'Euro 2020. Mais des négociations ont déjà eu lieu entre le Catalan et Mehdi Bayat, président de l'Union Belge, afin de déterminer si une prolongation de Martinez à la tête des Diables est envisageable pour les deux parties. HLN rappelle qu'à la suite de la Coupe du monde 2018 en Russie et la 3e place décrochée par la Belgique, Martinez a reçu des propositions de top clubs européens, mais est toujours resté fidèle aux Belges. Des rumeurs évoquaient tantôt l'intérêt du FC Barcelone, tantôt celui d'Arsenal. Mais l'Espagnol a toujours semblé déterminé à poursuivre son aventure noire-jaune-rouge, au moins jusqu'à l'Euro 2020. Une fidélité non sans conséquences : le salaire de l'entraîneur fédéral a augmenté de façon exceptionnelle depuis le Mondial russe. Mais l'Union belge a-t-il vraiment une chance de conserver son entraîneur au-délà de l'Euro ?, se demande HLN. Le quotidien néerlandophone avance que les vues de Martinez et Bayat sont moins éloignées que prévu. L'entraîneur national n'aurait pas mis d'exigences irréalisables sur la table, ni sur le fond, ni sur le plan financier. Le salaire n'est clairement pas le seul sujet de conversation entre les deux hommes. HLN ajoute que Martinez et Bayat ont parlé du possible futur du coach national à la tête de la Belgique dans sa globalité et que la possibilité d'une prolongation de contrat est devenue plus concrète.Tout n'est pas joué pour autant. Les deux parties attendent de voir qui fera le premier pas. En cas de poursuite de collaboration, aussi bien Mehdi Bayat que Roberto Martínez prennent un risque. L'UB devra faire un effort financier considérable, tandis que Martinez devra renoncer à son ambition de diriger un grand club européen. HLN précise qu'aucun délai à court terme n'a été imposé pour la prise de décision.