L'Espagnol se concentre sur le prochain grand objectif : la Coupe du monde à la fin de l'année prochaine au Qatar. "Aujourd'hui, c'est le début d'un nouveau cycle", a déclaré le Catalan lors d'un point de presse.

Après le coup de sifflet final, les joueurs belges étaient également visiblement affectés. "Je pense que 24 heures peuvent faire une grande différence. Bien sûr, il y a eu beaucoup de déception juste après le match et le jour suivant, mais nous devons oser regarder vers l'avenir. L'entraînement d'aujourd'hui était déjà bon et nous commençons donc un nouveau cycle : la préparation de la Coupe du monde au Qatar."

Pour la "génération dorée", la Coupe du monde dans l'État du Golfe (21 novembre-18 décembre 2022) sera leur dernière chance de remporter un trophée. Mais alors, tout devra tourner en sa faveur. Dans les moments importants, trop souvent ce ne fut pas le cas, comme lors du choc de jeudi contre la France. Du football de haut niveau avant la mi-temps, puis une deuxième période dramatique et une défaite àla dernière minute. "La première mi-temps était vraiment bonne. On pouvait y voir le travail des trois dernières années. Nous n'avons pas donné grand-chose, nous avons bien exécuté le plan, nous avons marqué deux fois et Hugo Lloris a dû réaliser un arrêt solide pour nous empêcher de marquer un troisième but. En deuxième mi-temps, nous avons arrêté de jouer. Ce n'est pas tout de suite la faute de l'adversaire, qui a mis plus de pression et a commencé à jouer plus haut sur le terrain, mais il est resté sur le même concept et les mêmes joueurs. C'est principalement de notre faute", a déclaré l'entraîneur, qui a également fait référence à certaines décisions arbitrales. "Elles n'ont pas été en notre faveur. Pour résumer, il nous reste à réaliser cette seconde moitié du travail dans les prochains mois pour réussir la Coupe du monde."

L'Espagnol se concentre sur le prochain grand objectif : la Coupe du monde à la fin de l'année prochaine au Qatar. "Aujourd'hui, c'est le début d'un nouveau cycle", a déclaré le Catalan lors d'un point de presse.Après le coup de sifflet final, les joueurs belges étaient également visiblement affectés. "Je pense que 24 heures peuvent faire une grande différence. Bien sûr, il y a eu beaucoup de déception juste après le match et le jour suivant, mais nous devons oser regarder vers l'avenir. L'entraînement d'aujourd'hui était déjà bon et nous commençons donc un nouveau cycle : la préparation de la Coupe du monde au Qatar." Pour la "génération dorée", la Coupe du monde dans l'État du Golfe (21 novembre-18 décembre 2022) sera leur dernière chance de remporter un trophée. Mais alors, tout devra tourner en sa faveur. Dans les moments importants, trop souvent ce ne fut pas le cas, comme lors du choc de jeudi contre la France. Du football de haut niveau avant la mi-temps, puis une deuxième période dramatique et une défaite àla dernière minute. "La première mi-temps était vraiment bonne. On pouvait y voir le travail des trois dernières années. Nous n'avons pas donné grand-chose, nous avons bien exécuté le plan, nous avons marqué deux fois et Hugo Lloris a dû réaliser un arrêt solide pour nous empêcher de marquer un troisième but. En deuxième mi-temps, nous avons arrêté de jouer. Ce n'est pas tout de suite la faute de l'adversaire, qui a mis plus de pression et a commencé à jouer plus haut sur le terrain, mais il est resté sur le même concept et les mêmes joueurs. C'est principalement de notre faute", a déclaré l'entraîneur, qui a également fait référence à certaines décisions arbitrales. "Elles n'ont pas été en notre faveur. Pour résumer, il nous reste à réaliser cette seconde moitié du travail dans les prochains mois pour réussir la Coupe du monde."