"Nous n'avons jamais douté avec ce groupe. Vous pouvez perdre un match mais ce qui peut rendre une équipe spéciale, c'est sa réaction après une défaite", a lancé le sélectionneur. "Nous avons parfaitement bien débuté ce match et nous nous sommes encore améliorés après la pause. J'ai vraiment apprécié la confiance et la personnalité des joueurs, qui avaient à coeur de procurer du plaisir au public. Les joueurs voulaient réagir et ils l'ont bien fait. Je suis extrêmement fier."

Après un match poussif offensivement contre les Néerlandais, les Belges se sont procurés de nombreuses occasions et sont parvenus à marquer six goals, dont cinq après la pause. "Je pense que les deux mi-temps étaient assez similaires mais ce qui a fait la différence au retour des vestiaires c'est que nous avons pu arrêter les contres polonais. Nous étions davantage en confiance et nous avons redoublé notre activité pour les empêcher de construire", a analysé le Catalan, estimant que son équipe avait beaucoup mieux joué sans le ballon que vendredi dernier. "Nous étions une vraie équipe ce soir (mercredi, ndlr)."

"Loïs Openda possède un profil totalement différent des autres attaquants du groupe"

Pourtant, ce sont bien les "aigles blanc"s qui ont ouvert le score grâce à l'inévitable Robert Lewandowski. "Nous avons encaissé sur une rentrée en touche, cela peut arriver. Mais j'ai vu la réaction que je voulais voir, d'autant plus que nous restions sur un match compliqué ponctué d'une défaite"

"Leandro Trossard et Hans Vanaken évoluent très bien, Charles De Ketelaere est en plein processus d'évolution alors que Loïs Openda (qui a marqué pour sa première, ndlr) possède un profil totalement différent des autres attaquants du groupe", a ajouté le technicien.

A la peine contre les Pays-Bas, Kevin De Bruyne a cette fois rayonné dans le jeu belge, offrant plusieurs passes tranchantes à ses équipiers. "C'est un leader technique sur le terrain. Il possède d'incroyables qualités et son leadership provient de ses qualités. Nous possédons plusieurs capitaines dans le groupe et chacun peut apporter des qualités différentes. C'est ce qui constitue la richesse de notre groupe."

Martinez a aussi eu un mot pour Leander Dendoncker, placé en défense centrale mais buteur pour la première fois chez les Diables. "C'est un joueur tellement polyvalent. Il est toujours présent et ne laisse rien tomber. Il est capable de changer le cours d'un match. Je pense qu'il a effectué sa prestation la plus mature depuis qu'il joue en équipe nationale. Il a toujours été fiable, et ce à plusieurs positions."

C'est sans Romelu Lukaku que le groupe va désormais prendre la direction du pays de Galles. Il reste une petite chance de voir l'attaquant disputer le match en Pologne le 14 juin.

Il s'agissait de la plus large défaite polonaise depuis juin 2010, un revers 6-0 en Espagne, après la défaite 6-1 encaissée contre la Belgique mercredi en Ligue des Nations.

"Je pense que les deux principales causes de cette défaite sont la vitesse et la qualité des passes belges", a analysé le sélectionneur polonais.

"Nous sommes venus pour prendre des points, et je pense que ça s'est vu. Nous avons tenté de jouer sur les côtés", a analysé Michniewicz. "Nous voulions presser la Belgique mais c'était risqué. Robert Lewandowski a ouvert le score et nous aurions pu en marquer un second mais ce n'est pas arrivé."

"J'ai dû retirer Krychowiak à la mi-temps afin d'éviter la carte rouge car il était déjà averti. Après la pause, le jeu belge s'est accéléré. La Belgique ne nous a pas laissé le temps de réagir grâce à leurs qualités de passes. Quand vous faites une erreur au milieu contre la Belgique, vous le payez cher. On ne peut pas se le permettre."

"Nous n'avons jamais douté avec ce groupe. Vous pouvez perdre un match mais ce qui peut rendre une équipe spéciale, c'est sa réaction après une défaite", a lancé le sélectionneur. "Nous avons parfaitement bien débuté ce match et nous nous sommes encore améliorés après la pause. J'ai vraiment apprécié la confiance et la personnalité des joueurs, qui avaient à coeur de procurer du plaisir au public. Les joueurs voulaient réagir et ils l'ont bien fait. Je suis extrêmement fier." Après un match poussif offensivement contre les Néerlandais, les Belges se sont procurés de nombreuses occasions et sont parvenus à marquer six goals, dont cinq après la pause. "Je pense que les deux mi-temps étaient assez similaires mais ce qui a fait la différence au retour des vestiaires c'est que nous avons pu arrêter les contres polonais. Nous étions davantage en confiance et nous avons redoublé notre activité pour les empêcher de construire", a analysé le Catalan, estimant que son équipe avait beaucoup mieux joué sans le ballon que vendredi dernier. "Nous étions une vraie équipe ce soir (mercredi, ndlr)." Pourtant, ce sont bien les "aigles blanc"s qui ont ouvert le score grâce à l'inévitable Robert Lewandowski. "Nous avons encaissé sur une rentrée en touche, cela peut arriver. Mais j'ai vu la réaction que je voulais voir, d'autant plus que nous restions sur un match compliqué ponctué d'une défaite""Leandro Trossard et Hans Vanaken évoluent très bien, Charles De Ketelaere est en plein processus d'évolution alors que Loïs Openda (qui a marqué pour sa première, ndlr) possède un profil totalement différent des autres attaquants du groupe", a ajouté le technicien. A la peine contre les Pays-Bas, Kevin De Bruyne a cette fois rayonné dans le jeu belge, offrant plusieurs passes tranchantes à ses équipiers. "C'est un leader technique sur le terrain. Il possède d'incroyables qualités et son leadership provient de ses qualités. Nous possédons plusieurs capitaines dans le groupe et chacun peut apporter des qualités différentes. C'est ce qui constitue la richesse de notre groupe." Martinez a aussi eu un mot pour Leander Dendoncker, placé en défense centrale mais buteur pour la première fois chez les Diables. "C'est un joueur tellement polyvalent. Il est toujours présent et ne laisse rien tomber. Il est capable de changer le cours d'un match. Je pense qu'il a effectué sa prestation la plus mature depuis qu'il joue en équipe nationale. Il a toujours été fiable, et ce à plusieurs positions." C'est sans Romelu Lukaku que le groupe va désormais prendre la direction du pays de Galles. Il reste une petite chance de voir l'attaquant disputer le match en Pologne le 14 juin.Il s'agissait de la plus large défaite polonaise depuis juin 2010, un revers 6-0 en Espagne, après la défaite 6-1 encaissée contre la Belgique mercredi en Ligue des Nations."Je pense que les deux principales causes de cette défaite sont la vitesse et la qualité des passes belges", a analysé le sélectionneur polonais. "Nous sommes venus pour prendre des points, et je pense que ça s'est vu. Nous avons tenté de jouer sur les côtés", a analysé Michniewicz. "Nous voulions presser la Belgique mais c'était risqué. Robert Lewandowski a ouvert le score et nous aurions pu en marquer un second mais ce n'est pas arrivé." "J'ai dû retirer Krychowiak à la mi-temps afin d'éviter la carte rouge car il était déjà averti. Après la pause, le jeu belge s'est accéléré. La Belgique ne nous a pas laissé le temps de réagir grâce à leurs qualités de passes. Quand vous faites une erreur au milieu contre la Belgique, vous le payez cher. On ne peut pas se le permettre."