1.589 jours plus tard, Thibaut Courtois devrait remonter sur la pelouse pour disputer un derby madrilène. Sa dernière participation au duel fratricide de la capitale avait eu lieu à l'Estadio da Luz de Lisbonne, quand il gardait les portes du petit frère colchonero. Au bout d'une saison 2013/2014 déjà couronnée par un titre de champion d'Espagne, les hommes de Diego Simeone avaient alors écarté le Milan, le Barça et Chelsea pour disputer la finale de la Ligue des Champions. Longtemps aux avant-postes grâce à une tête impériale de Diego Godín, les Matelassiers ont finalement cédé au bout d'une prolongation arrachée par le front de Sergio Ramos.

C'était le dernier match de Courtois sous les rayures rouge et blanc. Le géant belge a ensuite pris la route de Chelsea, avec un palmarès bien garni dans les valises. En 154 rencontres disputées à Madrid (soit autant que chez les Blues), le Limbourgeois a remporté la Liga, la Copa del Rey, l'Europa League et la Supercoupe d'Europe, tout en ajoutant à sa galerie personnelle deux Trofeos Zamora, récompense qui consacre le gardien qui a encaissé le moins de buts au cours d'une saison espagnole.

Les chiffres sont imposants, mais le club colchonero n'a pas souffert démesurément du départ de celui qui avait rejoint Chelsea, son propriétaire d'alors, avec un CV qui le plaçait parmi les meilleurs gardiens de la planète. Si Courtois avait assuré avec brio la succession de David De Gea, celle du Belge a été maîtrisée par les gants de Jan Oblak, prodige slovène débarqué de Benfica pour multiplier les exploits sur la pelouse du Vicente Calderón, depuis remplacée par le Wanda Metropolitano où ses parades font également la loi. Également lauréat de deux Zamora, Oblak y a ajouté la manière, puisqu'il a conclu la saison 2015/2016 avec une moyenne exceptionnelle de 0,47 but encaissé par match, ce qui constitue un record.

"Aujourd'hui, Courtois ne serait pas titulaire à l'Atlético", a d'ailleurs déclaré Diego Simeone à la radio espagnole Cope voici quelques semaines. Une déclaration qui pouvait ressembler à une attaque envers celui qui garde désormais les cages du grand rival madrilène, mais que le Cholo a complétée en vantant les mérites de son gardien : "Nous avons Jan Oblak. Il est meilleur. C'est le meilleur gardien de but au monde."

Moins médiatisé que ses concurrents pour ce titre officieux, notamment à cause d'un été mondial passé loin des spotlights planétaires de la Russie, le Slovène affiche effectivement une régularité hors-normes depuis son arrivée chez les Colchoneros.

En 168 matches disputés sous le maillot de l'Atlético, Oblak a conservé ses filets inviolés à 94 reprises, rendant donc une clean-sheet dans 56 % de ses rencontres, contre 49 % pour Courtois. Au niveau de la moyenne de buts encaissés par match, la balance penche également du côté du Slovène : le grand Jan encaisse 0,64 but par rencontre, tandis que le Courtois de l'Atlético, que certains surnommaient pourtant "le Messi des Gardiens", pointait à 0,81.

1.589 jours plus tard, Thibaut Courtois devrait remonter sur la pelouse pour disputer un derby madrilène. Sa dernière participation au duel fratricide de la capitale avait eu lieu à l'Estadio da Luz de Lisbonne, quand il gardait les portes du petit frère colchonero. Au bout d'une saison 2013/2014 déjà couronnée par un titre de champion d'Espagne, les hommes de Diego Simeone avaient alors écarté le Milan, le Barça et Chelsea pour disputer la finale de la Ligue des Champions. Longtemps aux avant-postes grâce à une tête impériale de Diego Godín, les Matelassiers ont finalement cédé au bout d'une prolongation arrachée par le front de Sergio Ramos. C'était le dernier match de Courtois sous les rayures rouge et blanc. Le géant belge a ensuite pris la route de Chelsea, avec un palmarès bien garni dans les valises. En 154 rencontres disputées à Madrid (soit autant que chez les Blues), le Limbourgeois a remporté la Liga, la Copa del Rey, l'Europa League et la Supercoupe d'Europe, tout en ajoutant à sa galerie personnelle deux Trofeos Zamora, récompense qui consacre le gardien qui a encaissé le moins de buts au cours d'une saison espagnole. Les chiffres sont imposants, mais le club colchonero n'a pas souffert démesurément du départ de celui qui avait rejoint Chelsea, son propriétaire d'alors, avec un CV qui le plaçait parmi les meilleurs gardiens de la planète. Si Courtois avait assuré avec brio la succession de David De Gea, celle du Belge a été maîtrisée par les gants de Jan Oblak, prodige slovène débarqué de Benfica pour multiplier les exploits sur la pelouse du Vicente Calderón, depuis remplacée par le Wanda Metropolitano où ses parades font également la loi. Également lauréat de deux Zamora, Oblak y a ajouté la manière, puisqu'il a conclu la saison 2015/2016 avec une moyenne exceptionnelle de 0,47 but encaissé par match, ce qui constitue un record. "Aujourd'hui, Courtois ne serait pas titulaire à l'Atlético", a d'ailleurs déclaré Diego Simeone à la radio espagnole Cope voici quelques semaines. Une déclaration qui pouvait ressembler à une attaque envers celui qui garde désormais les cages du grand rival madrilène, mais que le Cholo a complétée en vantant les mérites de son gardien : "Nous avons Jan Oblak. Il est meilleur. C'est le meilleur gardien de but au monde." Moins médiatisé que ses concurrents pour ce titre officieux, notamment à cause d'un été mondial passé loin des spotlights planétaires de la Russie, le Slovène affiche effectivement une régularité hors-normes depuis son arrivée chez les Colchoneros. En 168 matches disputés sous le maillot de l'Atlético, Oblak a conservé ses filets inviolés à 94 reprises, rendant donc une clean-sheet dans 56 % de ses rencontres, contre 49 % pour Courtois. Au niveau de la moyenne de buts encaissés par match, la balance penche également du côté du Slovène : le grand Jan encaisse 0,64 but par rencontre, tandis que le Courtois de l'Atlético, que certains surnommaient pourtant "le Messi des Gardiens", pointait à 0,81.