Retour à "la maison" pour Stefano Okaka

12/03/19 à 10:28 - Mise à jour à 10:27
Du Sport/Foot Magazine du 27/02/19

Stefano Okaka (ex-Anderlecht) rejoue en Italie. Grâce à lui, l'Udinese est déjà moins morne.

Retour à "la maison" pour Stefano Okaka

© GETTY

L'Udinese est toujours menacé de relégation. Ses couleurs, le noir et le blanc, se teignent de mauve, puisqu'il aligne Bram Nuytinck en défense, Lukasz Teodorczyck en attaque et, depuis peu, Stefano Okaka (29 ans), que le Sporting avait poussé vers la porte de sortie il y a deux ans et demi, alors qu'il avait inscrit 15 buts en 37 matches de championnat, en 2015-2016.

Okaka avait alors mis le cap sur Watford, propriété de la famille Pozzo, à l'instar de l'Udinese, mais il y a un mois, il a jeté l'éponge, a-t-il confié à la Gazzetta dello Sport. " La Premier League, c'est tout donner à chaque minute, à un rythme très élevé. Mais c'est aussi une autre réalité : tu marques un but crucial contre Liverpool mais la semaine suivante, tu te retrouves sur le banc. Pour moi, c'est simple : je suis fâché quand je ne joue pas. Le jour où je me résignerai, j'arrêterai de jouer. "

Il appréciait l'anonymat de Londres. " Personne ne vous reconnaît et vous y êtes tranquille, qui que vous soyez. Il y a tellement de clubs et de sportifs de haut niveau dans la capitale que personne ne se retourne sur eux. J'ai beaucoup apprécié ça mais c'est en Italie que je me sens chez moi. La nourriture y est exquise et j'y retrouve mon dessert préféré, le tiramisu. "

Il a changé de club à quinze reprises, volontairement ou pas, depuis qu'il a effectué ses débuts à l'AS Rome, en 2005, à 16 ans. L'Udinese est son onzième club - il est revenu à plusieurs reprises à Rome, après des locations -.

" Quand on passe professionnel, on ne sait pas encore ce qu'est la vraie vie. On a l'impression d'être dans un film. À 18 ans, je me suis acheté une Audi RB. Maintenant, je roule en Smart. " Il est toujours célibataire. " Il n'y a pas beaucoup de vrais célibataires en football. J'en connais peu qui, comme moi, n'ont même pas d'enfant. Ce n'est pas que je ne veux pas de partenaire mais je veux une personne avec laquelle je puisse vraiment parler, longtemps, pas via les réseaux sociaux. Ça ne m'intéresse absolument pas. Je préfère sortir avec mes copains. "