Real Madrid : le maître des lieux

S'il y a bien un club qui personnifie la Ligue des champions, c'est le Real Madrid. Qualifié pour la vingt-cinquième fois de suite pour les huitièmes de finale de la compétition (un record), le club merengue est également le détenteur du plus grand nombre de titres avec treize, loin devant les sept victoires de l'AC Milan. Après deux éliminations précoces dès les huitièmes de finale, la Casa Blanca est de retour dans le dernier carré. Les trois dernières fois que le club espagnol avait atteint ce stade de la compétition, il a soulevé le trophée. De quoi donner des idées aux hommes de Zinédine Zidane.

Le parcours

Placé dans un groupe très difficile avec Mönchengladbach, l'Inter Milan et le Shaktar Donetsk, le Real souffert pour rejoindre le deuxième tour de la compétition. À une journée de la fin, les Merengue étaient mêmes troisièmes du groupe avant d'affronter les Allemands. Une victoire 2-0 plus tard et les voilà en huitièmes de finale face à l'Atalanta. Bien aidés par une exclusion rapide d'un Italien à l'aller, le Real n'a finalement pas tremblé pour rejoindre les quarts de finale et Liverpool. Sans se faire peur, les Madrilènes ont fait parler leur expérience pour s'imposer 3-1 en Espagne avant de gérer à Anfield 0-0.

La forme du moment

Le Real Madrid est assez irrégulier depuis quelque temps. Après une phase globalement positive en comptant notamment les qualifications face à l'Atalanta et Liverpool, ainsi qu'une victoire face à Barcelone, les Merengue n'ont pris que cinq points sur leurs trois derniers matchs. Motif d'espoir : sur ses quatre dernières rencontres, le Real n'a pas encaissé malgré les absences régulières de Sergio Ramos à laquelle il va falloir rajouter celles de Ferland Mendy, Lucas Vazquez et Federico Valverde.

Ils ont dit

"Les deux équipes ont beaucoup d'expérience dans toutes les compétitions. Il faudra faire deux très bons matchs pour nous qualifier et être en finale. Nous nous préparons pour cela et nous allons être compétitifs de la première à la dernière minute". Zinédine Zidane

Chelsea : de retour sept ans plus tard

En grande difficulté en début de saison, la direction londonienne n'a pas hésité à remercier Frank Lampard malgré son statut de légende des Blues. Welcome Thomas Tuchel, un petit mois après son départ du PSG. Humilié l'année passée en huitièmes de finale par le Bayern Munich en huitièmes de finale, Chelsea retrouve le dernier carré de la compétition sept ans après son dernier accès à ce stade de la compétition.

Le parcours

S'il y a bien une équipe qui n'a eu aucun mal à rejoindre le deuxième tour, c'est Chelsea. Dans une poule plus qu'abordable avec Séville, Rennes et Krasnodar, les Blues ont assuré leur qualification dès la quatrième journée. Dans le match pour la première place, ils ont même écrasé Séville sur sa pelouse (0-4). Tombé sur le piège représenté par l'Atlético Madrid, Chelsea ne s'est pas laissé avoir et a remporté les deux manches, s'offrant le droit d'affronter Porto en quarts de finale. Victorieux 0-2 au Portugal, les hommes de Thomas Tuchel ont un peu tremblé à Stamford Bridge en fin de match mais leur défaite 0-1 reste sans conséquence.

La forme du moment

Remis sur pied par Thomas Tuchel, les Blues ne restent pas moins inconstants. Vainqueurs de gros matchs comme à West Ham ou contre Manchester City, les Londoniens ont également pris l'eau face à WBA (2-5) et n'ont pas été capables de battre Brighton la semaine passée (0-0). À l'image du Real, Chelsea jouera ce soir avec une certaine confiance en sa défense. Sur ses six derniers matchs, Édouard Mendy n'a pris que deux buts. Contrairement aux Merengue, l'infirmerie anglais n'est pas vraiment remplie hormis par Kovacic. Tuchel ne devra donc pas tricoter pour mettre onze noms sur la feuille de match.

Ils ont dit

"Cela ne peut pas être plus difficile. Parce que c'est l'équipe la plus expérimentée de cette compétition. Ils jouent ces matchs en toute confiance et en toute conscience. Ils sont sur une très bonne série en ce moment. Je suis sûr que nous nous présenterons face à eux avec confiance et en y croyant au fond de nous". Thomas Tuchel

Les deux équipes se retrouvent ce soir dans une affiche qui fait rêver mais pourrait décevoir les spectateurs neutres tant une bataille tactique pourrait avoir lieu entre les deux coachs. Dans un match durant lesquels les équipes s'appuient sur une défense bien organisée et avec l'ambiance du match aller, tout pourrait se jouer la semaine prochaine. Rendez-vous à 21h pour les premiers éléments de réponse.

Raphaël Deby (st.)

Real Madrid : le maître des lieuxS'il y a bien un club qui personnifie la Ligue des champions, c'est le Real Madrid. Qualifié pour la vingt-cinquième fois de suite pour les huitièmes de finale de la compétition (un record), le club merengue est également le détenteur du plus grand nombre de titres avec treize, loin devant les sept victoires de l'AC Milan. Après deux éliminations précoces dès les huitièmes de finale, la Casa Blanca est de retour dans le dernier carré. Les trois dernières fois que le club espagnol avait atteint ce stade de la compétition, il a soulevé le trophée. De quoi donner des idées aux hommes de Zinédine Zidane.Le parcoursPlacé dans un groupe très difficile avec Mönchengladbach, l'Inter Milan et le Shaktar Donetsk, le Real souffert pour rejoindre le deuxième tour de la compétition. À une journée de la fin, les Merengue étaient mêmes troisièmes du groupe avant d'affronter les Allemands. Une victoire 2-0 plus tard et les voilà en huitièmes de finale face à l'Atalanta. Bien aidés par une exclusion rapide d'un Italien à l'aller, le Real n'a finalement pas tremblé pour rejoindre les quarts de finale et Liverpool. Sans se faire peur, les Madrilènes ont fait parler leur expérience pour s'imposer 3-1 en Espagne avant de gérer à Anfield 0-0.La forme du momentLe Real Madrid est assez irrégulier depuis quelque temps. Après une phase globalement positive en comptant notamment les qualifications face à l'Atalanta et Liverpool, ainsi qu'une victoire face à Barcelone, les Merengue n'ont pris que cinq points sur leurs trois derniers matchs. Motif d'espoir : sur ses quatre dernières rencontres, le Real n'a pas encaissé malgré les absences régulières de Sergio Ramos à laquelle il va falloir rajouter celles de Ferland Mendy, Lucas Vazquez et Federico Valverde.Ils ont dit"Les deux équipes ont beaucoup d'expérience dans toutes les compétitions. Il faudra faire deux très bons matchs pour nous qualifier et être en finale. Nous nous préparons pour cela et nous allons être compétitifs de la première à la dernière minute". Zinédine ZidaneChelsea : de retour sept ans plus tardEn grande difficulté en début de saison, la direction londonienne n'a pas hésité à remercier Frank Lampard malgré son statut de légende des Blues. Welcome Thomas Tuchel, un petit mois après son départ du PSG. Humilié l'année passée en huitièmes de finale par le Bayern Munich en huitièmes de finale, Chelsea retrouve le dernier carré de la compétition sept ans après son dernier accès à ce stade de la compétition.Le parcoursS'il y a bien une équipe qui n'a eu aucun mal à rejoindre le deuxième tour, c'est Chelsea. Dans une poule plus qu'abordable avec Séville, Rennes et Krasnodar, les Blues ont assuré leur qualification dès la quatrième journée. Dans le match pour la première place, ils ont même écrasé Séville sur sa pelouse (0-4). Tombé sur le piège représenté par l'Atlético Madrid, Chelsea ne s'est pas laissé avoir et a remporté les deux manches, s'offrant le droit d'affronter Porto en quarts de finale. Victorieux 0-2 au Portugal, les hommes de Thomas Tuchel ont un peu tremblé à Stamford Bridge en fin de match mais leur défaite 0-1 reste sans conséquence. La forme du momentRemis sur pied par Thomas Tuchel, les Blues ne restent pas moins inconstants. Vainqueurs de gros matchs comme à West Ham ou contre Manchester City, les Londoniens ont également pris l'eau face à WBA (2-5) et n'ont pas été capables de battre Brighton la semaine passée (0-0). À l'image du Real, Chelsea jouera ce soir avec une certaine confiance en sa défense. Sur ses six derniers matchs, Édouard Mendy n'a pris que deux buts. Contrairement aux Merengue, l'infirmerie anglais n'est pas vraiment remplie hormis par Kovacic. Tuchel ne devra donc pas tricoter pour mettre onze noms sur la feuille de match.Ils ont dit"Cela ne peut pas être plus difficile. Parce que c'est l'équipe la plus expérimentée de cette compétition. Ils jouent ces matchs en toute confiance et en toute conscience. Ils sont sur une très bonne série en ce moment. Je suis sûr que nous nous présenterons face à eux avec confiance et en y croyant au fond de nous". Thomas TuchelLes deux équipes se retrouvent ce soir dans une affiche qui fait rêver mais pourrait décevoir les spectateurs neutres tant une bataille tactique pourrait avoir lieu entre les deux coachs. Dans un match durant lesquels les équipes s'appuient sur une défense bien organisée et avec l'ambiance du match aller, tout pourrait se jouer la semaine prochaine. Rendez-vous à 21h pour les premiers éléments de réponse. Raphaël Deby (st.)