En zone mixte, après le match remporté par le Real (2-1), le roué défenseur central de 32 ans avait lui-même laissé entendre qu'il avait agi de manière volontaire, avant de revenir une heure plus tard sur son compte Twitter sur ces déclarations qui pourraient lui valoir une sanction alourdie.

"La vérité, c'est que vu le résultat (2-1 pour le Real Madrid), je mentirais si je disais que cela ne m'était pas passé par la tête", a d'abord déclaré aux journalistes Ramos, averti pour un tacle rude en fin de match (89e), juste après le 2e but madrilène. "Ce n'est pas pour sous-estimer l'adversaire mais il faut parfois prendre une décision et c'est ce que j'ai fait", avait-il ajouté, laissant entendre qu'il valait mieux suivre le match retour des tribunes du Santiago Bernabeu plutôt que de risquer une absence lors d'un probable quart de finale.

Environ une heure plus tard, il a fait marche arrière sur son compte Twitter: "Je tiens à préciser que j'en souffre plus que quiconque, que je n'ai pas poussé au carton (...) Dans le jeu, il y a beaucoup de sensations, de pulsion, il faut prendre une décision en quelques secondes".

Ramos pourrait écoper d'une sanction plus lourde si l'UEFA estime qu'il a délibérément cherché à obtenir un carton jaune. L'article 15 de ses règlements disciplinaires prévoit une suspension de "deux matches de compétition ou une durée déterminée si le joueur s'est manifestement fait sanctionner d'un carton jaune ou d'un carton rouge de manière délibérée".

L'an dernier, l'équipier madrilène de Ramos, Dani Carvajal, avait été suspendu un match pour avoir délibérément obtenu un carton jaune en phase de poules de la C1.