C'est un dernier carré très relevé qui s'affrontera au Portugal, pour décrocher cette première Nations League. Le mois de juin risque d'être animé au pays de la Seleçao.

Premier arrivé, premier servi pour le Portugal

Malgré un nul (0-0) contre la Squadra Azzura, le Portugal a été le premier qualifié pour la phase finale. Cette accession au dernier carré prouve que les Lisboètes n'ont pas besoin de Cristiano Ronaldo pour remporter des rencontres, un bon présage ?

L'équipe est un sérieux outsider du tournoi, vu les joueurs de qualité que compte l'effectif (Guedes, Quaresma, Silva), sans oublier qu'ils sont champions d'Europe en titre. La formation ne serait pas contre un nouveau trophée dans l'armoire. Et cette fois-ci, tout porte à croire que l'équipe pourra s'appuyer sur le quintuple ballon d'or Cristiano Ronaldo, absent lors des derniers rassemblements. Nul doute que CR7 voudra faire partie de l'aventure, lui qui aime conquérir les titres. Jouer la Nations League à la maison est un avantage, les Lisboètes pourront compter sur leurs supporters.

Dans ce groupe 3, les hommes de Fernando Santos affichent deux nuls et aucune défaite, en comptant le match nul (1-1) contre une Pologne déjà condamnée à la Ligue B. Fait important l'équipe encaisse peu : 4 rencontres pour 3 buts encaissés.

Des Three Lions rugissant

Le Mondial russe a donné des ailes aux hommes de Gareth Southgate, sortis gagnants d'un groupe très relevé en Ligue A. L'Espagne, championne du monde en 2010, et la Croatie, vice-championne du monde en Russie, se dressaient sur la route des Anglais.

Malgré cela, c'est finalement l'Angleterre qui, après un duel haletant contre les Croates, accèdera au dernier carré. Si cette équipe a souvent eu la réputation de manquer de grands joueurs et de réalisme, cette époque semble révolue pour l'équipe britannique qui mise désormais sur la fougue de la jeunesse.

Les Three Lions jouent avec un style "Premier League" : une équipe rugueuse défensivement et très offensive devant avec en pointe Harry Kane. La formation a trouvé en Pickford le gardien qui lui manquait lors des derniers tournois, une aubaine pour le coach britannique.Southgate et son groupe sont armés pour décrocher ce tournoi. Un trophée serait le bienvenu dans le palmarès de cette équipe nationale anglaise qui n'a plus rien remporté depuis le titre mondial en 1966.

Les Suisses, la surprise du chef

La "Nati" est la sensation de ce carré final. Une équipe suisse qu'il faudra garder à l'oeil, surtout après sa démonstration contre les Diables Rouges dimanche passé (5-2). L'équipe helvète a terminé avec un score 14 buts, preuve de l'efficacité de son attaque. Les supporters attendaient un match référence contre une grande nation et ils l'ont eu, à la grande tristesse des Belges. Petkovic s'appuiera sur un groupe expérimenté pour offrir peut-être un sacre aux Suisses, le rêve de tout un peuple.

Les Suisses compteront sur Shaquiri, chef d'orchestre de l'attaque (3e meilleur donneur d'assists), et le redoutable Seferovic, finisseur par excellence de la Nati (2e meilleur buteur avec 4 buts). L'équipe est habituée aux grands tournois, elle cherchera à confirmer sa bonne forme, en allant chercher qui sait un premier titre ?

Les Pays-Bas pour en rôle de "trouble-fêtes"

Quelle renaissance pour les Oranje, vainqueurs du groupe 1, privant les champions du monde en titre du précieux billet. Les joueurs de Ronald Koeman veulent redorer le blason au lion, égratigné ces dernières années, et quoi de mieux, pour cela que de remporter cette Ligue des Nations. C'est donc une équipe hollandaise en pleine confiance, et elle pourrait jouer les trouble-fêtes. La prudence est donc de mise.

Les Oranje font confiance à la jeunesse de leur formation. Un mélange d'expérience et de vivacité qui est la "griffe" Koeman, véritable symbole de ce renouveau. L'avenir paraît radieux surtout avec des joueurs comme Quincy Promes, Frenkie de Jong, Matthijs de Ligt et Memphis Depay.

Si l'Angleterre part favorite, les Pays-Bas peuvent prétendre aussi à la victoire. Gagner ce trophée confirmerait le retour en force de l'équipe batave.

Clap de fin le 9 juin 2019 à Lisbonne lorsque le rideau tombera sur la pelouse de l'Estadio Da Luz du Benfica, qui dévoilera le premier vainqueur de cette compétition.

Alexandre Degryse

C'est un dernier carré très relevé qui s'affrontera au Portugal, pour décrocher cette première Nations League. Le mois de juin risque d'être animé au pays de la Seleçao. Premier arrivé, premier servi pour le PortugalMalgré un nul (0-0) contre la Squadra Azzura, le Portugal a été le premier qualifié pour la phase finale. Cette accession au dernier carré prouve que les Lisboètes n'ont pas besoin de Cristiano Ronaldo pour remporter des rencontres, un bon présage ? L'équipe est un sérieux outsider du tournoi, vu les joueurs de qualité que compte l'effectif (Guedes, Quaresma, Silva), sans oublier qu'ils sont champions d'Europe en titre. La formation ne serait pas contre un nouveau trophée dans l'armoire. Et cette fois-ci, tout porte à croire que l'équipe pourra s'appuyer sur le quintuple ballon d'or Cristiano Ronaldo, absent lors des derniers rassemblements. Nul doute que CR7 voudra faire partie de l'aventure, lui qui aime conquérir les titres. Jouer la Nations League à la maison est un avantage, les Lisboètes pourront compter sur leurs supporters. Dans ce groupe 3, les hommes de Fernando Santos affichent deux nuls et aucune défaite, en comptant le match nul (1-1) contre une Pologne déjà condamnée à la Ligue B. Fait important l'équipe encaisse peu : 4 rencontres pour 3 buts encaissés. Des Three Lions rugissantLe Mondial russe a donné des ailes aux hommes de Gareth Southgate, sortis gagnants d'un groupe très relevé en Ligue A. L'Espagne, championne du monde en 2010, et la Croatie, vice-championne du monde en Russie, se dressaient sur la route des Anglais. Malgré cela, c'est finalement l'Angleterre qui, après un duel haletant contre les Croates, accèdera au dernier carré. Si cette équipe a souvent eu la réputation de manquer de grands joueurs et de réalisme, cette époque semble révolue pour l'équipe britannique qui mise désormais sur la fougue de la jeunesse. Les Three Lions jouent avec un style "Premier League" : une équipe rugueuse défensivement et très offensive devant avec en pointe Harry Kane. La formation a trouvé en Pickford le gardien qui lui manquait lors des derniers tournois, une aubaine pour le coach britannique.Southgate et son groupe sont armés pour décrocher ce tournoi. Un trophée serait le bienvenu dans le palmarès de cette équipe nationale anglaise qui n'a plus rien remporté depuis le titre mondial en 1966. Les Suisses, la surprise du chefLa "Nati" est la sensation de ce carré final. Une équipe suisse qu'il faudra garder à l'oeil, surtout après sa démonstration contre les Diables Rouges dimanche passé (5-2). L'équipe helvète a terminé avec un score 14 buts, preuve de l'efficacité de son attaque. Les supporters attendaient un match référence contre une grande nation et ils l'ont eu, à la grande tristesse des Belges. Petkovic s'appuiera sur un groupe expérimenté pour offrir peut-être un sacre aux Suisses, le rêve de tout un peuple.Les Suisses compteront sur Shaquiri, chef d'orchestre de l'attaque (3e meilleur donneur d'assists), et le redoutable Seferovic, finisseur par excellence de la Nati (2e meilleur buteur avec 4 buts). L'équipe est habituée aux grands tournois, elle cherchera à confirmer sa bonne forme, en allant chercher qui sait un premier titre ? Les Pays-Bas pour en rôle de "trouble-fêtes"Quelle renaissance pour les Oranje, vainqueurs du groupe 1, privant les champions du monde en titre du précieux billet. Les joueurs de Ronald Koeman veulent redorer le blason au lion, égratigné ces dernières années, et quoi de mieux, pour cela que de remporter cette Ligue des Nations. C'est donc une équipe hollandaise en pleine confiance, et elle pourrait jouer les trouble-fêtes. La prudence est donc de mise. Les Oranje font confiance à la jeunesse de leur formation. Un mélange d'expérience et de vivacité qui est la "griffe" Koeman, véritable symbole de ce renouveau. L'avenir paraît radieux surtout avec des joueurs comme Quincy Promes, Frenkie de Jong, Matthijs de Ligt et Memphis Depay. Si l'Angleterre part favorite, les Pays-Bas peuvent prétendre aussi à la victoire. Gagner ce trophée confirmerait le retour en force de l'équipe batave.Clap de fin le 9 juin 2019 à Lisbonne lorsque le rideau tombera sur la pelouse de l'Estadio Da Luz du Benfica, qui dévoilera le premier vainqueur de cette compétition.Alexandre Degryse