C'est durant ses années à l'Inter, deux ans avant son transfert au Standard en 2004, que Sérgio Conceição accueille son plus jeune fils, Francisco "Chico" Conceição. Pendant que le paternel écume les terrains d'Europe, d'abord en tant que joueur, puis en tant qu'entraîneur, la famille Conceição reste vivre à Lisbonne, la capitale du Portugal.
...

C'est durant ses années à l'Inter, deux ans avant son transfert au Standard en 2004, que Sérgio Conceição accueille son plus jeune fils, Francisco "Chico" Conceição. Pendant que le paternel écume les terrains d'Europe, d'abord en tant que joueur, puis en tant qu'entraîneur, la famille Conceição reste vivre à Lisbonne, la capitale du Portugal.Les années passent et Conceição Sr. raccroche les crampons et entame une carrière de coach. Un nouveau chapitre qui se déroule plutôt pas mal jusqu'à présent. Après avoir dirigé Braga et le Vitória SC au pays, l'ancien Soulier d'Or accepte un nouveau défi, à l'étranger cette fois. C'est ainsi que lors de la saison 2016-17, Sérgio déménage à Nantes et amène le club français à une honorable septième place en Ligue 1. Pourtant, le Portugais plie bagages après une saison pour des raisons personnelles. "En raison de soucis de santé dont souffre mon épouse, je dois pouvoir être auprès d'elle tous les jours", déclare alors l'entraîneur, qui rejoint donc Porto. Un club où ses fils Rodrigo et Chico, qui ont respectivement joué pour Benfica et le Sporting CP, ont également débarqué. Chico, le plus jeune des deux, a d'ailleurs gratté ses premières minutes au sein de l'élite portugaise cette saison, avec la bénédiction de son père.Le Sporting Clube de Portugal croyait énormément en Francisco, qui a évolué pendant six ans aux côtés d'Eduardo Quaresma et Nuno Mendes, deux gars occupés eux aussi à percer, mais du côté de Lisbonne. "Il n'a jamais peur de prendre des risques balle au pied, mais il le cèdera toujours si quelqu'un se trouve dans une meilleure position que lui", explique João Plantier, actuel coordinateur des jeunes du Sporting CP, à Maisfutebol.Sérgio joue un rôle important dans le développement de son fils, qui brille en tant qu'ailier droit. Un fiston que l'on dit très mature malgré son jeune âge et aussi passionné de football que son père. Sacré programme ! "Il change de direction facilement et joue très offensivement. Francisco est un talent naturel qui est parvenu à se faire remarquer dans toutes les catégories d'âge où il a joué", poursuit Plantier. "Je suis sûr que le club savait qu'il possédait un grand potentiel, mais ils ont respecté sa décision de déménager à Porto avec sa famille."Le 14 février, l'ancien patron du Standard a offert ses premières minutes en championnat à son fils. Le dribbleur de 18 ans a bien joué le coup contre Boavista, provoquant même un penalty en fin de rencontre. Conceição Jr. aura également un pied dans ce qui aurait dû être le but de la victoire, finalement refusé, à tort. "J'ai immédiatement commencé à pleurer, nous ne sommes qu'humains après tout", reconnaîtra le coach par la suite. "Personne ne peut m'enlever ça", tweetera malgré tout le droitier dès le lendemain."Chico est très bon, ce n'est pas qu'un fils à papa", déclare Zach Lowy, co-fondateur du site d'analyse footballistique Between The Lines et suiveur du foot portugais. Après dix-huit matches avec l'équipe B de Porto, avec laquelle l'attaquant a déjà marqué quatre fois et offert deux passes dé', le jeune homme n'a plus raté un match avec les A, avec lesquels il est entré au jeu huit reprises, avec un assist à la clé.Côté sélection, le coach des Espoirs portugais semble lui aussi convaincu du talent de Conceição. L'ailier droit s'est en effet assuré une place au sein de l'équipe nationale U21, notamment pour l'EURO U21, dont la phase de groupes s'est disputée en mars en Hongrie et en Slovénie. Une compétition où le Portugal a cartonné, en remportant tous les matches de sa poule. Et où Conceição a marqué lors de la victoire 0-3 contre la Suisse. Le 31 mai, le Portugal affrontera l'Italie en quarts de finale du tournoi. Par Sebastiaan Van Praet