France, Allemagne et Portugal: c'est la composition du groupe F de l'Euro en juin, une poule de tous les dangers qui promet du spectacle. Cela pourrait aussi être celle d'un groupe de Ligue des nations, tournoi de l'UEFA ayant remplacé depuis 2018 des fenêtres de matches amicaux souvent décevantes dans leur intensité.

Après le succès de l'édition inaugurale, remportée à domicile par le Portugal de Cristiano Ronaldo au printemps 2019, l'événement est reconduit dans un format presque identique.

Cinquante-cinq nations, toujours réparties en quatre "Ligues", des divisions de niveau proche. Dans chaque Ligue, plusieurs groupes, dont les équipes s'affrontent en matches aller-retour entre septembre et novembre. Le dernier de chaque groupe est relégué dans la division inférieure pour la prochaine édition, les premiers sont promus dans l'échelon supérieur. Sauf pour les vainqueurs de groupe de première division: ceux-ci se disputeront le trophée lors d'une phase finale prévue en juin 2021.

Tirage relevé assuré

Tous les regards sont évidemment tournés vers la Ligue A, celle des favoris, avec forcément des duels prometteurs à venir.

Les grosses nations sauront peu après 18h30 quels adversaires ils retrouveront à l'automne: les champions du monde français pourraient par exemple retrouver les Pays-Bas et l'Allemagne comme lors de la première édition, terminée avec une deuxième place obtenue derrière la sélection "Oranje".

En effet, les Allemands, initialement relégués en deuxième division, ont finalement été maintenus en Ligue A, l'UEFA ayant augmenté le nombre d'équipes présentes dans cette division de prestige.

Le Portugal, les Pays-Bas, la Suisse et l'Angleterre, les "finalistes" de la première édition, sont têtes de série, tandis que la France figure dans le chapeau 2 aux côtés de la Belgique, de l'Espagne et de l'Italie.

La "Nationalmannschaft" fait figure d'épouvantail avec les vices-champions du monde croates dans le chapeau N.4, qui paraît plus redoutable que le N.3, composé de l'Ukraine, de la Bosnie, du Danemark et de la Suède.

Quid de l'enjeu ? En 2020, la Ligue des nations met en place un système de repêchage en vue du Mondial-2022: deux nations non-qualifiées via les traditionnels éliminatoires seront ainsi repêchées puis reversées dans les barrages de la zone Europe.

Mais le calibre des oppositions en ont fait un événement joué à fond par les équipes, malgré les réticences de certains entraîneurs de club espérant voir leurs joueurs ménagés.

"Jouer l'Allemagne, les Pays-Bas avec un enjeu, psychologiquement pour les joueurs, c'est une bonne chose", avait par exemple applaudi le sélectionneur français Didier Deschamps fin 2018. "Le groupe a envie d'aller chercher d'autres choses, d'avoir d'autres objectifs et là, on en a un".

Pas sûr toutefois que les champions du monde se projettent si loin. Car avant cela, il y a un Euro à jouer.

France, Allemagne et Portugal: c'est la composition du groupe F de l'Euro en juin, une poule de tous les dangers qui promet du spectacle. Cela pourrait aussi être celle d'un groupe de Ligue des nations, tournoi de l'UEFA ayant remplacé depuis 2018 des fenêtres de matches amicaux souvent décevantes dans leur intensité.Après le succès de l'édition inaugurale, remportée à domicile par le Portugal de Cristiano Ronaldo au printemps 2019, l'événement est reconduit dans un format presque identique.Cinquante-cinq nations, toujours réparties en quatre "Ligues", des divisions de niveau proche. Dans chaque Ligue, plusieurs groupes, dont les équipes s'affrontent en matches aller-retour entre septembre et novembre. Le dernier de chaque groupe est relégué dans la division inférieure pour la prochaine édition, les premiers sont promus dans l'échelon supérieur. Sauf pour les vainqueurs de groupe de première division: ceux-ci se disputeront le trophée lors d'une phase finale prévue en juin 2021.Tirage relevé assuréTous les regards sont évidemment tournés vers la Ligue A, celle des favoris, avec forcément des duels prometteurs à venir. Les grosses nations sauront peu après 18h30 quels adversaires ils retrouveront à l'automne: les champions du monde français pourraient par exemple retrouver les Pays-Bas et l'Allemagne comme lors de la première édition, terminée avec une deuxième place obtenue derrière la sélection "Oranje".En effet, les Allemands, initialement relégués en deuxième division, ont finalement été maintenus en Ligue A, l'UEFA ayant augmenté le nombre d'équipes présentes dans cette division de prestige.Le Portugal, les Pays-Bas, la Suisse et l'Angleterre, les "finalistes" de la première édition, sont têtes de série, tandis que la France figure dans le chapeau 2 aux côtés de la Belgique, de l'Espagne et de l'Italie. La "Nationalmannschaft" fait figure d'épouvantail avec les vices-champions du monde croates dans le chapeau N.4, qui paraît plus redoutable que le N.3, composé de l'Ukraine, de la Bosnie, du Danemark et de la Suède. Quid de l'enjeu ? En 2020, la Ligue des nations met en place un système de repêchage en vue du Mondial-2022: deux nations non-qualifiées via les traditionnels éliminatoires seront ainsi repêchées puis reversées dans les barrages de la zone Europe.Mais le calibre des oppositions en ont fait un événement joué à fond par les équipes, malgré les réticences de certains entraîneurs de club espérant voir leurs joueurs ménagés."Jouer l'Allemagne, les Pays-Bas avec un enjeu, psychologiquement pour les joueurs, c'est une bonne chose", avait par exemple applaudi le sélectionneur français Didier Deschamps fin 2018. "Le groupe a envie d'aller chercher d'autres choses, d'avoir d'autres objectifs et là, on en a un".Pas sûr toutefois que les champions du monde se projettent si loin. Car avant cela, il y a un Euro à jouer.