Par Flor Van de Weghe

Le 6 novembre dernier, Xavi Hernández était officiellement intronisé comme nouveau T1 du FC Barcelone. L'ancien milieu de terrain succédait à une autre légende du Barça, le Néerlandais Ronald Koeman, remercié à la fin du mois d'octobre après 15 mois d'un mandat qui n'aura pas été des plus brillants. Il était clair que quelque chose devait changer au sein du géant de Catalogne. Après trois mois, l'heure est venue de dresser un premier bilan de l'ancien numéro 6 comme nouveau maître tacticien au Camp Nou.

Beaucoup de possession, pas assez d'occasions de buts

En tant que meneur de jeu en retrait de la grande équipe de Pep Guardiola, Xavi a vécu en première ligne les heures de gloire absolue du FC Barcelone. Les Blaugranas proposaient alors un football dominant avec beaucoup de possession de balle et c'est ce style que le nouvel entraîneur essaie maintenant aussi d'apporter. Mais ce n'est pas toujours facile dans les faits. Depuis l'arrivée de Xavi, Barcelone demande plus souvent le ballon dans ses pieds, mais le posséder ne génère pas forcément une pluie d'occasions.

Dans les médias espagnols, le style de jeu de Xavi a été critiqué plus d'une fois. "Il ne devrait pas essayer de jouer au football comme avant, c'est une équipe différente. Il essaie de les faire jouer comme à son époque, mais ça ne fonctionne pas", estimait l'ancien sélectionneur de l'équipe d'Espagne Javier Clemente dans les colonnes de Marca.

Beaucoup de rotations dans le onze de base

On a souvent reproché à Ronald Koeman de ne pas faire tourner assez son effectif. Par exemple, le jeune Pedri, seulement âgé de 18 ans, a joué plus de septante matches l'année dernière. Lors de ses premiers mois sur le banc, Xavi a été un adepte de la rotation. Il a utilisé pas moins de 33 joueurs et n'a jamais commencé un match avec le même onze de départ. Malgré ces changements, l'équipe possède désormais une colonne vertébrale claire. Les joueurs expérimentés Sergio Busquets, Jordi Alba et Gerard Piqué ainsi que les jeunes talents Gavi et Nico forment désormais l'ossature de l'équipe.

Xavi change en revanche beaucoup ses pions au sein de la défense. Il faut dire que c'est le secteur faible de ce Barcelone et qu'il constitue toujours un problème insolvable actuellement. En seize matches, Barcelone n'a réussi à conserver le zéro derrière qu'à trois reprises. Et avec dix buts concédés contre lors des cinq derniers matchs, la situation s'est même empirée.

Très bon bilan en Liga, beaucoup moins bon en Coupes

En Liga, le FC Barcelone progresse lentement mais sûrement dans le classement. Avec six victoires et une seule défaite en onze matches, Xavi fait beaucoup mieux que son prédécesseur néerlandais. Actuellement, Barcelone occupe la quatrième place, ce qui lui donne droit à un billet pour la prochaine Ligue des champions.

Si cela se passe bien dans la compétition nationale, les résultats sont en revanche moins brillants dans les compétitions de coupe. Pour la première fois en presque deux décennies, les Blaugranas n'ont pas réussi à passer la phase de groupe de la Ligue des champions. La dernière fois que cela a été le cas, c'était lors de la saison 2003/2004. En Coupe d'Espagne et en Supercoupe, les hommes de Xavi ont également pris la porte prématurément.

Dani Alves, de retour au Cam Nou depuis janvier, connaît bien les exigences de celui qui fut jadis son partenaire sur le terrain., iStock
Dani Alves, de retour au Cam Nou depuis janvier, connaît bien les exigences de celui qui fut jadis son partenaire sur le terrain. © iStock

Des achats hivernaux qui apportent déjà un vrai plus

Le président Laporta a donné du temps et de l'argent à Xavi pour construire un nouveau Barcelone, capable de lutter à nouveau pour les trophées. En décembre, Ferran Torres a été acheté à Manchester City pour 55 millions d'euros. Avec un but et deux passes décisives en cinq matchs, le jeune Espagnol semble justifier pour le moment le prix de sa venue.

En ramenant Dani Alves, un monument du club, et Adama Traoré, une ancienne promesse de la Masia, Xavi accueille deux vieilles connaissances au Camp Nou. Le Brésilien de 38 ans n'a pas tardé à apporter son talent et son expérience puisqu'il a déjà marqué une fois et délivré trois passes décisives en cinq matches. Quant à Traoré, il a déjà deux assists à son compteur.

Pierre-Emerick Aubameyang, qui a quitté Arsenal avec fracas, n'a effectué que deux apparitions en tant que remplaçant, mais il est arrivé dans la capitale catalane avec un retard physique qui s'explique par le fait qu'il ne jouait plus à Arsenal et qu'il a connu des petits soucis cardiaques qui ont écourté sa CAN avec le Gabon.

Le top 4 comme plafond actuel

Après sa première victoire dans le derby de la ville contre l'Espanyol le 20 novembre dernier, Xavi a évoqué ses ambitions pour son équipe. "Le titre n'est pas encore hors de portée", avait-il déclaré, alors plein d'espoir. En attendant, trois plus tard, la légende du Barça est bien obligée d'admettre que la première place était un objectif un peu trop ambitieux. Désormais à quinze points du leader, le Real Madrid, une place dans le top 4 semble plus réaliste pour le Barça.

Par Flor Van de WegheLe 6 novembre dernier, Xavi Hernández était officiellement intronisé comme nouveau T1 du FC Barcelone. L'ancien milieu de terrain succédait à une autre légende du Barça, le Néerlandais Ronald Koeman, remercié à la fin du mois d'octobre après 15 mois d'un mandat qui n'aura pas été des plus brillants. Il était clair que quelque chose devait changer au sein du géant de Catalogne. Après trois mois, l'heure est venue de dresser un premier bilan de l'ancien numéro 6 comme nouveau maître tacticien au Camp Nou.En tant que meneur de jeu en retrait de la grande équipe de Pep Guardiola, Xavi a vécu en première ligne les heures de gloire absolue du FC Barcelone. Les Blaugranas proposaient alors un football dominant avec beaucoup de possession de balle et c'est ce style que le nouvel entraîneur essaie maintenant aussi d'apporter. Mais ce n'est pas toujours facile dans les faits. Depuis l'arrivée de Xavi, Barcelone demande plus souvent le ballon dans ses pieds, mais le posséder ne génère pas forcément une pluie d'occasions.Dans les médias espagnols, le style de jeu de Xavi a été critiqué plus d'une fois. "Il ne devrait pas essayer de jouer au football comme avant, c'est une équipe différente. Il essaie de les faire jouer comme à son époque, mais ça ne fonctionne pas", estimait l'ancien sélectionneur de l'équipe d'Espagne Javier Clemente dans les colonnes de Marca.On a souvent reproché à Ronald Koeman de ne pas faire tourner assez son effectif. Par exemple, le jeune Pedri, seulement âgé de 18 ans, a joué plus de septante matches l'année dernière. Lors de ses premiers mois sur le banc, Xavi a été un adepte de la rotation. Il a utilisé pas moins de 33 joueurs et n'a jamais commencé un match avec le même onze de départ. Malgré ces changements, l'équipe possède désormais une colonne vertébrale claire. Les joueurs expérimentés Sergio Busquets, Jordi Alba et Gerard Piqué ainsi que les jeunes talents Gavi et Nico forment désormais l'ossature de l'équipe. Xavi change en revanche beaucoup ses pions au sein de la défense. Il faut dire que c'est le secteur faible de ce Barcelone et qu'il constitue toujours un problème insolvable actuellement. En seize matches, Barcelone n'a réussi à conserver le zéro derrière qu'à trois reprises. Et avec dix buts concédés contre lors des cinq derniers matchs, la situation s'est même empirée. En Liga, le FC Barcelone progresse lentement mais sûrement dans le classement. Avec six victoires et une seule défaite en onze matches, Xavi fait beaucoup mieux que son prédécesseur néerlandais. Actuellement, Barcelone occupe la quatrième place, ce qui lui donne droit à un billet pour la prochaine Ligue des champions.Si cela se passe bien dans la compétition nationale, les résultats sont en revanche moins brillants dans les compétitions de coupe. Pour la première fois en presque deux décennies, les Blaugranas n'ont pas réussi à passer la phase de groupe de la Ligue des champions. La dernière fois que cela a été le cas, c'était lors de la saison 2003/2004. En Coupe d'Espagne et en Supercoupe, les hommes de Xavi ont également pris la porte prématurément.Le président Laporta a donné du temps et de l'argent à Xavi pour construire un nouveau Barcelone, capable de lutter à nouveau pour les trophées. En décembre, Ferran Torres a été acheté à Manchester City pour 55 millions d'euros. Avec un but et deux passes décisives en cinq matchs, le jeune Espagnol semble justifier pour le moment le prix de sa venue.En ramenant Dani Alves, un monument du club, et Adama Traoré, une ancienne promesse de la Masia, Xavi accueille deux vieilles connaissances au Camp Nou. Le Brésilien de 38 ans n'a pas tardé à apporter son talent et son expérience puisqu'il a déjà marqué une fois et délivré trois passes décisives en cinq matches. Quant à Traoré, il a déjà deux assists à son compteur.Pierre-Emerick Aubameyang, qui a quitté Arsenal avec fracas, n'a effectué que deux apparitions en tant que remplaçant, mais il est arrivé dans la capitale catalane avec un retard physique qui s'explique par le fait qu'il ne jouait plus à Arsenal et qu'il a connu des petits soucis cardiaques qui ont écourté sa CAN avec le Gabon.Après sa première victoire dans le derby de la ville contre l'Espanyol le 20 novembre dernier, Xavi a évoqué ses ambitions pour son équipe. "Le titre n'est pas encore hors de portée", avait-il déclaré, alors plein d'espoir. En attendant, trois plus tard, la légende du Barça est bien obligée d'admettre que la première place était un objectif un peu trop ambitieux. Désormais à quinze points du leader, le Real Madrid, une place dans le top 4 semble plus réaliste pour le Barça.