À l'aube de la saison 2011-2012, personne n'imaginait Montpellier devenir champion de France. Le Paris Saint-Germain est, à l'époque, considéré comme le favori suite au récent rachat du club par les Qataris et à un mercato très agité, marqué par les achats de joueurs comme Javier Pastore, Salvatore Sirigu, Diego Lugano, Jérémy Ménez, Mohamed Sissoko ou encore Blaise Matuidi. D'autres outsiders comme Lille, champion en titre, et l'Olympique de Marseille sont aussi cités comme potentiels vainqueurs.
...

À l'aube de la saison 2011-2012, personne n'imaginait Montpellier devenir champion de France. Le Paris Saint-Germain est, à l'époque, considéré comme le favori suite au récent rachat du club par les Qataris et à un mercato très agité, marqué par les achats de joueurs comme Javier Pastore, Salvatore Sirigu, Diego Lugano, Jérémy Ménez, Mohamed Sissoko ou encore Blaise Matuidi. D'autres outsiders comme Lille, champion en titre, et l'Olympique de Marseille sont aussi cités comme potentiels vainqueurs. C'est pourtant le club entraîné par René Girard qui remportera la course au titre avec trois points d'avance sur le PSG. Une surprise de taille qui s'est transformée en tremplin pour quelques joueurs de l'effectif montpelliérain. D'autres par contre ont rapidement raccroché les crampons ou n'ont tout simplement pas réussi à confirmer.En 2020, seulement deux joueurs de l'effectif champion de France en 2012 évoluaient encore à la Paillade : l'inusable Vitorino Hilton, capitaine de 43 ans, a prolongé l'été dernier pour une saison supplémentaire, tandis que l'attaquant Souleymane Camara a décidé de mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison passée. Une grosse partie de l'effectif du MHSC étaient déjà relativement âgée lors du sacre et a pris sa retraite dans les années suivant le titre. C'est notamment le cas de Garry Bocaly (2015), Cyril Jeunechamp (2014), Geoffrey Dernis (2015), Marco Estrada (2016). D'autres ont encore un peu vagabondé avant de raccrocher définitivement les crampons il y a peu : Jamel Saihi (2017), Joris Marveaux (2018), John Utaka (2017), Geoffrey Jourden (2018). Pour certains joueurs, cette saison couronnée par le titre fut un véritable tremplin. Il y a évidemment Olivier Giroud, meilleur buteur du championnat en 2012 (21 buts), mais également meilleur passeur de son équipe. Ses prestations ont tapé dans l'oeil d'Arsène Wenger qui l'a fait venir à Arsenal, où il remportera trois Coupes d'Angleterre (2014, 2015, 2017) et trois Community Shields (2014, 2015, 2017). Giroud inscrira 105 buts sous la vareuse des Gunners. En 2018, il signe à Chelsea, où il a déjà remporté l'Europa League en 2019 et une nouvelle FA Cup en 2018. Mais ses plus grands exploits sportifs sont associés à l'Équipe de France, avec laquelle il est devenu Champion du monde en 2018, après une finale d'EURO perdue en 2016. Il est récemment devenu le deuxième meilleur buteur de l'histoire des Bleus avec 42 réalisations en 101 matches. Excusez du peu !L'autre star de la saison 2011-2012 était Younès Belhanda. Nommé meilleur Espoir du championnat tricolore grâce à ses treize buts et cinq passes décisives, il quittera le MHSC en 2013 pour rejoindre le Dynamo Kiev pour deux saisons et demi et y remportera deux titres et deux Coupes d'Ukraine, avant d'être prêté successivement à Schalke 04 et à Nice. Il évolue depuis 2017 à Galatasaray et y a déjà été sacré deux fois champion de Turquie et y a remporté une Coupe. Il est aussi devenu un cadre la sélection marocaine, où il porte le numéro 10 et totalise cinquante sélections.Autre acteur-clé de ce titre héraultais, Rémy Cabella réalisera quant à lui encore une saison pleine à Montpellier avant de partir à Newcastle United, où il n'arrivera pas à s'imposer. Il fera donc son retour en France du côté de l'Olympique de Marseille et, plus tard, de Saint-Étienne. À l'été 2019, il décide d'aller poser ses valises en Russie, du côté de Krasnodar. Victime d'une rupture des ligaments croisés, il a récemment retrouvé les terrains et s'apprête à retrouver la Champions League, pour la première fois depuis l'épopée montpelliéraine. Deux autres joueurs ont également profité de la notoriété que le titre leur a apporté pour aller découvrir d'autres championnats. Mapou Yanga-Mbiwa a quitté l'Hérault en 2013 pour rejoindre Newcastl. Il disputera 46 matches lors de sa seule saison au club, avant de rejoindre l'AS Rome en 2014. Il sera également aligné quatre fois avec l'Équipe de France. Fantomatique depuis plusieurs saisons à Lyon, il est désormais sans club. Benjamin Stambouli a lui profité du succès de Montpellier pour goûter aux joies de la Premier League avec Tottenham. Après une saison pleine de titres, mais pauvre en temps de jeu, du côté du PSG, il a rejoint Schalke 04 à l'été 2016 et s'y produit toujours aujourd'hui.Ce titre restera à jamais gravé dans les mémoires des supporters montpelliérains notamment grâce aux moments de folie de l'ancien président Louis Nicollin. Suite à un pari, il s'était notamment teint les cheveux en orange et bleu le lendemain du titre. Le président emblématique du club est décédé le 29 juin 2017, à l'âge de 74 ans. Montpellier est actuellement dirigé Laurent Nicollin, le fils de Loulou, et figure à la cinquième place du classement de Ligue 1. Par Leandro Thibaut (st.)