Parce qu'à 20 ans seulement, il n'est déjà plus un espoir, mais un joueur qui fait régulièrement la différence. Et parce qu'il a encore une bonne marge de progression, selon ses formateurs et les experts.

Samedi matin, ce Norvégien surdoué a reçu le prix "Golden Boy" du quotidien sportif italien Tuttosport, récompensant le meilleur joueur de moins de 21 ans évoluant en Europe. Quelques heures plus tard, il devenait le plus jeune auteur d'un quadruplé en Bundesliga, contre le Hertha Berlin (5-2).

Totalement inconnu en septembre 2019, lorsqu'il débute la saison de championnat autrichien avec le RB Salzbourg, Erling Braut Haaland explose aux yeux du monde grâce à la Ligue des champions: huit buts en phase de poule, et un triplé d'anthologie à tout juste 19 ans contre Genk.

Trop doué pour rester dans la ville de Mozart, le "Wunderkind" part dès le mercato hivernal pour Dortmund, où il accumule en quelques jours des records inédits.

Ses cinq buts pour ses deux premiers matches avec le Borussia marquent les esprits et en quelques semaines, il passe du statut de jeune talent en devenir à celui de superstar mondiale.

"Avec tout son coeur"

Que lui manque-t-il désormais pour être l'égal des plus grands? Un transfert vers un géant d'Europe, pour commencer à se construire un palmarès. Du temps, pour démontrer qu'il peut être constant à ce niveau. Et encore quelques "trucs" de vieux renard qui lui permettraient d'étoffer son jeu.

"Haaland est un super attaquant, doté d'un mental très fort. Son engagement, sa volonté, sa rage, parfait", décrypte Miroslav Klose, recordman du nombre de buts en coupe du monde (16 réalisations en phases finales). "Mais il va falloir qu'il évolue bientôt pour devenir un joueur de combinaisons."

"Pour l'instant, explique Klose, il est servi en profondeur par ses coéquipiers, et il joue sur son accélération. Mais après deux, trois saisons, les adversaires vont l'avoir analysé, et il va falloir qu'il modifie son jeu."

Jusqu'ici, "l'analyse" des défenseurs adverses n'empêche pas Haaland de tout écraser. Quatorze buts en onze matches de Ligue des champions. Vingt-trois en 22 rencontres de Bundesliga!

Selon des joueurs plus expérimentés, Haaland va toutefois devoir apprendre à gérer ses réserves d'énergie. "Il joue avec tout son coeur, jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus", témoigne Neven Subotic, ancien défenseur du BVB, pour qui l'exemple à suivre est Robert Lewandowski, l'avant-centre du Bayern Munich, "qui économise énormément de forces pendant un match, et explose juste au moment où son équipe a besoin de lui".

Extraordinaire instinct

Servi par sa vitesse et son extraordinaire instinct du but, Haaland peut progresser techniquement et améliorer son jeu de tête pour mieux profiter de sa taille (1,94 m). Il devra aussi travailler l'aspect défensif de son jeu, s'il veut un jour trouver sa place dans un très grand club.

Ce garçon au visage poupin, né à Leeds en l'an 2000 parce que son père, Alf-Inge Haaland, international norvégien, jouait à l'époque en Angleterre, possède semble-t-il toutes les qualités mentales pour y parvenir.

"En matière de professionnalisme, Haaland est sur la bonne voie", assure le magazine allemand du football Kicker, "il travaille en dehors de l'entraînement du BVB avec un préparateur physique personnel, prend soin de son alimentation, de son sommeil et de sa récupération, et n'hésite jamais à faire des heures supplémentaires après les entraînements" pour tirer des centaines de fois au but.

"Erling n'est qu'au début de sa carrière", a lâché, admiratif, le directeur sportif du Borussia Michael Zorc après le quadruplé de son protégé samedi, "mais il a tout pour devenir un très grand".

Parce qu'à 20 ans seulement, il n'est déjà plus un espoir, mais un joueur qui fait régulièrement la différence. Et parce qu'il a encore une bonne marge de progression, selon ses formateurs et les experts.Samedi matin, ce Norvégien surdoué a reçu le prix "Golden Boy" du quotidien sportif italien Tuttosport, récompensant le meilleur joueur de moins de 21 ans évoluant en Europe. Quelques heures plus tard, il devenait le plus jeune auteur d'un quadruplé en Bundesliga, contre le Hertha Berlin (5-2).Totalement inconnu en septembre 2019, lorsqu'il débute la saison de championnat autrichien avec le RB Salzbourg, Erling Braut Haaland explose aux yeux du monde grâce à la Ligue des champions: huit buts en phase de poule, et un triplé d'anthologie à tout juste 19 ans contre Genk. Trop doué pour rester dans la ville de Mozart, le "Wunderkind" part dès le mercato hivernal pour Dortmund, où il accumule en quelques jours des records inédits. Ses cinq buts pour ses deux premiers matches avec le Borussia marquent les esprits et en quelques semaines, il passe du statut de jeune talent en devenir à celui de superstar mondiale."Avec tout son coeur"Que lui manque-t-il désormais pour être l'égal des plus grands? Un transfert vers un géant d'Europe, pour commencer à se construire un palmarès. Du temps, pour démontrer qu'il peut être constant à ce niveau. Et encore quelques "trucs" de vieux renard qui lui permettraient d'étoffer son jeu."Haaland est un super attaquant, doté d'un mental très fort. Son engagement, sa volonté, sa rage, parfait", décrypte Miroslav Klose, recordman du nombre de buts en coupe du monde (16 réalisations en phases finales). "Mais il va falloir qu'il évolue bientôt pour devenir un joueur de combinaisons.""Pour l'instant, explique Klose, il est servi en profondeur par ses coéquipiers, et il joue sur son accélération. Mais après deux, trois saisons, les adversaires vont l'avoir analysé, et il va falloir qu'il modifie son jeu."Jusqu'ici, "l'analyse" des défenseurs adverses n'empêche pas Haaland de tout écraser. Quatorze buts en onze matches de Ligue des champions. Vingt-trois en 22 rencontres de Bundesliga!Selon des joueurs plus expérimentés, Haaland va toutefois devoir apprendre à gérer ses réserves d'énergie. "Il joue avec tout son coeur, jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus", témoigne Neven Subotic, ancien défenseur du BVB, pour qui l'exemple à suivre est Robert Lewandowski, l'avant-centre du Bayern Munich, "qui économise énormément de forces pendant un match, et explose juste au moment où son équipe a besoin de lui".Extraordinaire instinctServi par sa vitesse et son extraordinaire instinct du but, Haaland peut progresser techniquement et améliorer son jeu de tête pour mieux profiter de sa taille (1,94 m). Il devra aussi travailler l'aspect défensif de son jeu, s'il veut un jour trouver sa place dans un très grand club. Ce garçon au visage poupin, né à Leeds en l'an 2000 parce que son père, Alf-Inge Haaland, international norvégien, jouait à l'époque en Angleterre, possède semble-t-il toutes les qualités mentales pour y parvenir. "En matière de professionnalisme, Haaland est sur la bonne voie", assure le magazine allemand du football Kicker, "il travaille en dehors de l'entraînement du BVB avec un préparateur physique personnel, prend soin de son alimentation, de son sommeil et de sa récupération, et n'hésite jamais à faire des heures supplémentaires après les entraînements" pour tirer des centaines de fois au but."Erling n'est qu'au début de sa carrière", a lâché, admiratif, le directeur sportif du Borussia Michael Zorc après le quadruplé de son protégé samedi, "mais il a tout pour devenir un très grand".