Qu'il parait loin, le temps où Michy Batshuayi faisait vibrer Sclessin et Marseille. Passé par l'académie d'Anderlecht, mais révélé chez l'ennemi juré, on lui promettait le plus bel avenir. En 3 saisons pleines avec les Rouches, il inscrit 44 buts, et devient même le chouchou des supporters.

Et très vite, il attise les convoitises. L'Olympique de Marseille tombe sous le charme du jeune attaquant, qu'il rejoint à l'été 2014. Un temps considéré comme la doublure d'André-Pierre Gignac, il gagnera ensuite sa place de titulaire la saison suivante, réalisant un exercice de haut niveau, avec 17 buts en 36 matchs de Ligue 1. Certains supporters marseillais le comparent alors à Didier Drogba, pour ses qualités techniques et sa vitesse. Point commun de l'histoire, Michy rejoindra Chelsea pour une somme avoisinant les 40M d'euros, tout comme l'ancien international ivoirien 12 ans plus tôt.

Flamboyant chez les Diables

À ce moment-là, il considéré comme l'avenir de l'attaque des Diables Rouges, qui s'annonce des plus prometteuses, en compagnie de Lukaku et de Origi. Présélectionné pour la Coupe du Monde 2014, Batshuayi attendra mars 2015 pour disputer son premier match avec l'équipe nationale. Il profite cependant de la méforme de ses concurrents pour gagner sa place sur le front de l'attaque. Ses sorties avec la Belgique sont remarquées, et il est décisif presqu'à chaque fois qu'il est sur le terrain. Quatorzième dans l'histoire des buteurs des Diables, il est pourtant celui qui possède le meilleur pourcentage de buts par match de ce classement. Avec ses 20 buts en 31 sélections, sa moyenne est de 0,65, soit juste au-dessus de Lukaku.

Michy garde la confiance de Martinez., belga
Michy garde la confiance de Martinez. © belga

Plus compliqué en club

Mais ce rendement en équipe nationale ne reflète pas sa situation en club. Après deux saisons tumultueuses chez les Blues, où il remporte tout de même un titre de Champion d'Angleterre, suivent une série de prêts. D'abord à Dortmund, avec qui il réalise une demi-saison de haute volée. Mais un souci financier l'empêchera de signer définitivement en Allemagne. Il atterrit ensuite à Valence, où le courant ne passe pas entre lui et l'entraineur. Avant de revenir en Angleterre, à Crystal Palace.

Les blessures commencent à pointer le bout de leur nez. Il reviendra à Chelsea, avant d'être reprêté chez les Eagles en début de saison. Le problème, c'est qu'il n'enchaine pas les matchs. 16 apparitions en championnat cette saison, pour 7 titularisations, et surtout pas mal de bout de match, le tout pour un seul petit but. Pour ne pas arranger les choses, son entente avec certains coéquipiers n'est pas au beau fixe. En janvier dernier, une bagarre aurait même éclaté entre lui et Milivojevic. À 27 ans, Michy Batshuayi va devoir remettre de l'ordre dans sa carrière, au risque de regretter ses plus belles années.

Vincent Attardo (st.)

Qu'il parait loin, le temps où Michy Batshuayi faisait vibrer Sclessin et Marseille. Passé par l'académie d'Anderlecht, mais révélé chez l'ennemi juré, on lui promettait le plus bel avenir. En 3 saisons pleines avec les Rouches, il inscrit 44 buts, et devient même le chouchou des supporters. Et très vite, il attise les convoitises. L'Olympique de Marseille tombe sous le charme du jeune attaquant, qu'il rejoint à l'été 2014. Un temps considéré comme la doublure d'André-Pierre Gignac, il gagnera ensuite sa place de titulaire la saison suivante, réalisant un exercice de haut niveau, avec 17 buts en 36 matchs de Ligue 1. Certains supporters marseillais le comparent alors à Didier Drogba, pour ses qualités techniques et sa vitesse. Point commun de l'histoire, Michy rejoindra Chelsea pour une somme avoisinant les 40M d'euros, tout comme l'ancien international ivoirien 12 ans plus tôt. À ce moment-là, il considéré comme l'avenir de l'attaque des Diables Rouges, qui s'annonce des plus prometteuses, en compagnie de Lukaku et de Origi. Présélectionné pour la Coupe du Monde 2014, Batshuayi attendra mars 2015 pour disputer son premier match avec l'équipe nationale. Il profite cependant de la méforme de ses concurrents pour gagner sa place sur le front de l'attaque. Ses sorties avec la Belgique sont remarquées, et il est décisif presqu'à chaque fois qu'il est sur le terrain. Quatorzième dans l'histoire des buteurs des Diables, il est pourtant celui qui possède le meilleur pourcentage de buts par match de ce classement. Avec ses 20 buts en 31 sélections, sa moyenne est de 0,65, soit juste au-dessus de Lukaku.Mais ce rendement en équipe nationale ne reflète pas sa situation en club. Après deux saisons tumultueuses chez les Blues, où il remporte tout de même un titre de Champion d'Angleterre, suivent une série de prêts. D'abord à Dortmund, avec qui il réalise une demi-saison de haute volée. Mais un souci financier l'empêchera de signer définitivement en Allemagne. Il atterrit ensuite à Valence, où le courant ne passe pas entre lui et l'entraineur. Avant de revenir en Angleterre, à Crystal Palace. Les blessures commencent à pointer le bout de leur nez. Il reviendra à Chelsea, avant d'être reprêté chez les Eagles en début de saison. Le problème, c'est qu'il n'enchaine pas les matchs. 16 apparitions en championnat cette saison, pour 7 titularisations, et surtout pas mal de bout de match, le tout pour un seul petit but. Pour ne pas arranger les choses, son entente avec certains coéquipiers n'est pas au beau fixe. En janvier dernier, une bagarre aurait même éclaté entre lui et Milivojevic. À 27 ans, Michy Batshuayi va devoir remettre de l'ordre dans sa carrière, au risque de regretter ses plus belles années. Vincent Attardo (st.)