Et si certains préparent leur argumentation avec une pléthore d'avocats, Jack Warner, ancien vice-président de la FIFA et ex-président de la Concacaf, la Confédération de football d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes, prépare seul sa défense semblerait-il.

A la base une accusation de la justice américaine, il aurait "sollicité et obtenu des pots-de-vin dans le cadre des processus d'attribution des Coupes du monde 1998 et 2010". Or pour se défendre, il n'hésite pas à utiliser les arguments d'un article de The Onion, sorte de Gorafi "made in USA".

Ainsi pour lui, quoi de plus normal que l'acharnement des Etats-Unis contre la FIFA, vu que ce pays organise depuis le 27 mai... la Coupe du Monde 2015! Et même la conclusion de l'article n'a pas éveillé ses soupçons: "Au moment où nous publions, l'équipe des Etats-Unis mène face à l'Allemagne, tenante du titre, dans le match d'ouverture de la Coupe du monde après s'être vu accorder 12 penaltys dans les trois premières minutes du match."

Et si certains préparent leur argumentation avec une pléthore d'avocats, Jack Warner, ancien vice-président de la FIFA et ex-président de la Concacaf, la Confédération de football d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes, prépare seul sa défense semblerait-il.A la base une accusation de la justice américaine, il aurait "sollicité et obtenu des pots-de-vin dans le cadre des processus d'attribution des Coupes du monde 1998 et 2010". Or pour se défendre, il n'hésite pas à utiliser les arguments d'un article de The Onion, sorte de Gorafi "made in USA".Ainsi pour lui, quoi de plus normal que l'acharnement des Etats-Unis contre la FIFA, vu que ce pays organise depuis le 27 mai... la Coupe du Monde 2015! Et même la conclusion de l'article n'a pas éveillé ses soupçons: "Au moment où nous publions, l'équipe des Etats-Unis mène face à l'Allemagne, tenante du titre, dans le match d'ouverture de la Coupe du monde après s'être vu accorder 12 penaltys dans les trois premières minutes du match."