Cet été, la Suisse a enterré le rêve français d'ajouter un sacre européen à son titre mondial acquis en 2018. Dans une fin de match épique, la Nati s'est qualifiée aux tirs au but pour les quarts de finale contre l'Espagne (1-1). Là, c'est la Roja qui s'est montrée supérieure dans cet exercice particulier. Quel...

Cet été, la Suisse a enterré le rêve français d'ajouter un sacre européen à son titre mondial acquis en 2018. Dans une fin de match épique, la Nati s'est qualifiée aux tirs au but pour les quarts de finale contre l'Espagne (1-1). Là, c'est la Roja qui s'est montrée supérieure dans cet exercice particulier. Quelques semaines plus tard, Vladimir Petkovic a rejoint Bordeaux. Murat Yakin, ex-défenseur de Bâle, lui a succédé à la tête de la sélection et a gardé le même cap. La Suisse est invaincue après quatre matches de qualif' pour le Mondial: 0-0 contre l'Italie et en Irlande du Nord puis 2-0 en octobre contre ces mêmes Britanniques, et 0-4 en Lituanie. L'Italie, qui compte quatorze points, comme sa voisine, flippe. Après leur duel de vendredi soir, les Italiens doivent jouer à Belfast tandis que les Suisses reçoivent la Bulgarie. Les champions d'Europe sont donc loin d'avoir assuré leur qualification. La défense helvétique est au point. Yakin a modifié la tactique, repassant à quatre défenseurs pour procéder en 4-1-4-1. Le succès de la Suisse est d'autant plus remarquable qu'elle a été privée d'une série de piliers en octobre: pas de Xhaka, ni de Shaqiri ou Seferovic, tous trois blessés, tandis que Freuler était suspendu. Michael Frey espérait donc être de la partie, mais Yakin continue de snober l'avant de l'Antwerp. Fabian Frei, par contre, a été repris. Yakin a également sélectionné Noah Okafor (21 ans), la nouvelle vedette de Salzbourg. Enfin, si Shaqiri entre deux fois en action, il franchira la barre des cent caps lundi à Lucerne.