L'ancien président de la Fédération internationale de football (FIFA), le Suisse Sepp Blatter a de nouveau assuré lundi que l'attribution du Mondial 2022 au Qatar résultait de l'intervention du président de la République française de l'époque Nicolas Sarkozy auprès de son compatriote Michel Platini, qui était alors président de l'UEFA (la confédération européenne de football).

"Je ne comprends pas cette réouverture d'un dossier de présumée corruption qui, avec la publication du rapport Garcia, avait été clos", a réagi Blatter, au lendemain de révélations sur un présumé contrat secret entre la FIFA et la chaîne de télévision Al-Jazeera.

"De toute façon la désignation/élection du Qatar pour la Coupe du monde 2022 a été faite suite à l'intervention politique du président de la République, Nicolas Sarkozy, demandant à Michel Platini de voter avec ses proches pour le Qatar", a expliqué Blatter, suspendu par la justice interne de la FIFA pour un paiement controversé à Platini.

"Ces quatre voix ont fait pencher la balance pour le Qatar et contre les USA. Et cette situation a engendré les attaques des perdants contre la FIFA et ma personne: l'Angleterre perdante contre la Russie pour 2018 et les USA, perdants face au Qatar", a ajouté M. Blatter.

Le même jour, le 2 décembre 2010, le Mondial 2018 avait été attribué à la Russie (face notamment à l'Angleterre éliminée dès le 1er tour) et à la surprise générale, le Mondial 2022 au Qatar, vainqueur au dernier tous face aux Etats-Unis.

Le Sunday Times a révélé dimanche l'existence d'un contrat secret passé entre la FIFA et la chaîne de télévision Al-Jazeera, trois semaines avant le vote.

Ce contrat, conclu à l'approche de la fin de la campagne des candidatures, prévoyait notamment le versement d'un bonus de 100 millions de dollars (environ 75 millions d'euros au cours de l'époque) sur un compte de la FIFA en cas de désignation du Qatar comme hôte du Mondial 2022.

Le Sunday Times affirme que Sepp Blatter et son secrétaire général à l'époque, le Français Jérôme Valcke, ont signé le contrat une semaine après le vote en faveur de l'émirat.

Toujours d'après le Sunday Times, 480 millions de dollars auraient encore été versés par le Qatar à la FIFA trois ans plus tard, dans le cadre d'un deuxième contrat de droits télévisés.

La FIFA, citée par le Sunday Times, a rappelé que "les allégations liées à l'attribution de la Coupe du monde de la FIFA 2022 avaient déjà été commentées de manière approfondie par la FIFA" qui, en juin 2017, a publié intégralement le rapport Garcia.