C'est comme si l'élimination du PSG en Coupe de la Ligue contre Guingamp (2-1) n'avait jamais eu lieu. A défaut de parler de la "CDL", c'est la "LDC" (pour Ligue des champions) qui fait saliver au Qatar, des médias aux supporters locaux, après un début de campagne européenne pour l'instant réussi des Parisiens.

De quoi espérer voir Thiago Silva soulever la "coupe aux grandes oreilles" à la fin de saison ? "Cela je ne peux pas l'assurer mais je vais travailler pour réaliser ce rêve, c'est clair ! Mais on doit jouer match après match, essayer d'être le plus fort possible. En tout cas, je vois que mon équipe est prête. Quelle que soit l'équipe en face, nous sommes prêts pour jouer", a confié lundi le capitaine parisien dans un entretien à l'AFP.

"Même s'il y a deux ans, on a passé un moment difficile contre Barcelone (défaite 6-1 au retour après avoir remporté 4-0 à l'aller), maintenant je vois mon équipe différente sur le terrain et à l'extérieur. C'est une équipe plus professionnelle, plus concentrée sur l'objectif que l'on a devant nous", a-t-il ajouté.

"Si on veut gagner des choses importantes, on doit travailler à fond, et ça je le vois tous les jours au quotidien: à chaque entraînement, il n'y a pas un joueur qui veut perdre. C'est bon signe pour le futur", s'est encore enthousiasmé le défenseur brésilien.

- "Être attentif" au retour de Manchester United -

Et pour cause : après avoir été sorti sans gloire au stade des 8es de finale lors des deux dernières saisons, le PSG version Thomas Tuchel a marqué les esprits en parvenant à terminer premier du "groupe de la mort", devant Liverpool, vice-champion d'Europe en titre.

"C'était un grand coup pour nous parce que c'était un groupe très difficile. Jusqu'au dernier match de poule, on était en danger. Et au final, tu finis premier ! Cela te donne quelque chose en plus", confie Thiago Silva.

"On sort beaucoup plus fort en se qualifiant dans ce genre de groupe. On a encore un mois pour nous préparer. Contre Manchester United, cela va être un match de très très haut niveau. Il faudra être à 110% pour passer", a-t-il prévenu.

Car depuis le départ de José Mourinho, le club anglais a aligné six victoires d'affilée, dont la dernière retentissante contre Tottenham (1-0) dimanche.

"Je n'ai pas vu le match mais j'ai un ami au Brésil qu'il l'a vu et après m'a tout dit (rires)", raconte Thiago Silva.

"Je sais que (David) De Gea a fait un très bon match avec des arrêts incroyables. Défensivement, ils ont été très forts. Ils ont essayé de jouer le contre, et même de proposer le jeu parfois avec (Paul) Pogba, qui à mon avis est le joueur référence de cette équipe", complète-t-il.

- La C1 "ne se gagne pas en achetant un joueur" -

"Depuis le changement de coach, beaucoup de choses ont changé. Il faudra être attentif pour bien se préparer. Si on joue à 90%, ce ne sera pas possible de passer en quarts. Mais si on joue à 100%, c'est possible", prévient encore le capitaine parisien.

Mais que manque-t-il pour enfin remporter le prestigieux trophée européen ?

"Une Ligue des champions, cela ne se gagne pas en achetant un joueur ou en jouant deux ou trois ans. Chelsea, avant de gagner sa première Ligue des champions (2012), a investi beaucoup d'argent. Manchester City aussi mais il ne l'a toujours pas gagné", a rappelé en conférence de presse Kylian Mbappé, l'une des deux stars avec Neymar achetées à prix d'or en 2017.

"Il vous faut une équipe, un groupe et après il vous faut aussi un peu de chance et beaucoup de travail. C'est ce qu'on essaye de faire : travailler au maximum pour ramener la Coupe à Paris. A nous de continuer pour essayer pourquoi pas de la ramener le plus vite possible". A Doha, on attend aussi que ça...