. Tuchel, l'heure de la remise en question

"Je veux continuer", a assuré après la défaite l'entraîneur Thomas Tuchel. Son bilan plaide pourtant contre lui: sa première saison sur le banc restera comme celle des désastres en Ligue des champions et en coupes nationales, de l'incroyable raté en championnat d'Eric Maxim Choupo-Moting qu'il a fait venir, et de la gestion hasardeuse du cas Rabiot.

La bonne étoile qui l'accompagnait depuis son arrivée a été aspirée dans un trou noir en 2019, aussi puissant que les blessures de cadres, dont Neymar, ont été nombreuses.

"Les résultats sont là, et nous ne sommes pas satisfaits", a admis l'Allemand qui se sent "responsable" de ce nouvel échec. Contre Rennes, son coaching n'a pas réanimé le jeu de son équipe, entre la sortie d'Angel Di Maria (75e) et l'entrée tardive d'Edinson Cavani (91e).

Sous contrat jusqu'en 2020, Tuchel aurait prolongé d'une saison supplémentaire selon plusieurs médias, sans que l'information ait été confirmée par l'intéressé ou le club.

. "Besoin d'oreilles, pas d'une bouche"

Il y a parfois de beaux perdants et il y a le Paris SG, qui a étalé une grande nervosité au cours du match, et même après. Durant la nuit, une vidéo de Neymar donnant un coup à un spectateur qui le chambrait au moment d'aller chercher sa médaille a fait le tour des réseaux sociaux.

Plus tôt, Kylian Mbappé a récolté un carton rouge direct (118e) en mettant une semelle sur un genou d'un défenseur breton. Presnel Kimpembe a aussi fait preuve de fébrilité, en marquant le but contre son camp qui a relancé les Rennais (40e).

Problème de préparation? De leaders? Neymar a souligné un manque de cohésion du groupe. "On doit être plus des hommes dans le vestiaire, plus unis", a déclaré le Brésilien, le seul à être passé en zone mixte. "Ce que je vois, c'est qu'il y a des jeunes qui ont besoin d'oreilles, et non d'une bouche. Ils doivent plus écouter. Un joueur expérimenté parle, et ils répondent. L'entraîneur parle, et ils répondent".

"Quand j'ai commencé, j'ai beaucoup écouté. Ils doivent suivre cette voie-là", a-t-il poursuivi.

"Nous sommes fragiles" mentalement, a reconnu Tuchel. "Je suis surpris, vraiment surpris, car c'est le moment de prendre ses responsabilités, de montrer la qualité. Nous ne sommes pas attentifs."

. Le grand ménage à tous les étages

La claque reçue contre Rennes appelle à une réaction forte durant le mercato d'été. Quelle structure adopter, quels joueurs conserver, la question à plusieurs dizaines de millions d'euros est posée au président Nasser Al-Khelaïfi, que le Rennais Hatem Ben Arfa, ancien paria du PSG, a personnellement impliqué dans cet échec.

"Il faut toujours respecter l'humain. Quand tu ne le respectes pas, à un moment donné, tu le payes. Un jour, Adrien Rabiot va revenir avec une équipe et il va leur faire mal parce que c'est la vie", a déclaré "HBA" qui était en conflit avec le dirigeant.

En coulisses, comme Thomas Tuchel avec qui ses relations sont fraîches, le directeur sportif Antero Henrique a perdu beaucoup de crédit, déjà écorné par sa gestion du cas Rabiot.

Sur le terrain, Dani Alves, Gianluigi Buffon, Thiago Silva, Edinson Cavani, Layvin Kurzawa et Thomas Meunier arrivent tous à un moment charnière de leur contrat. La presse a évoqué l'arrivée du milieu espagnol Ander Herrera, mais le fair-play financier contraint le club à rester sur la retenue niveau dépenses. L'été va être long.