Si son CV dans les ligues domestiques s'avère exceptionnel (huit titres en dix exercices sur le terrain depuis 2002 dans trois pays (2), en attendant le sacre probable du PSG), son palmarès international demeure à des années-lumière d'un footballeur d'un tel calibre. Un quart de finale à l'Euro 2004 avec la Suède en plus de participations honorifiques ça et là avec sa sélection, une demi-finale de Champions avec le Barça (où il était remplaçant) et une flopée de quarts de finale (quatre).

Pire : sa moyenne de buts devient famélique (4 buts en 27 rencontres) dès qu'on en vient à la phase par élimination directe, celle où les big men dégainent plus vite que d'ordinaire. " Il n'y a pas d'explication rationnelle, affirme pour sa part Christian Damiano, l'ancien adjoint de Ranieri à la Roma, passé par Parme et la Juve qui l'a vu de près. C'est un fuoriclasse. Il sait tout faire : offrir des passes décisives, conserver le ballon, marquer des buts encore et encore. De toutes les façons : de loin, de près, de volée, du pointu, de la tête, sur coup-franc, en retourné... Il a la gestuelle d'un gars d'1,80m, il est incroyablement complet. Après, pourquoi n'est-il pas plus décisif lors des matchs importants ? Peut-être que son ego, qui fait sa force, devient d'un coup sa principale faiblesse ? Que ses démons intérieurs le rongent ? " Voire...

Par Rico Rizzitelli

Retrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine

Si son CV dans les ligues domestiques s'avère exceptionnel (huit titres en dix exercices sur le terrain depuis 2002 dans trois pays (2), en attendant le sacre probable du PSG), son palmarès international demeure à des années-lumière d'un footballeur d'un tel calibre. Un quart de finale à l'Euro 2004 avec la Suède en plus de participations honorifiques ça et là avec sa sélection, une demi-finale de Champions avec le Barça (où il était remplaçant) et une flopée de quarts de finale (quatre).Pire : sa moyenne de buts devient famélique (4 buts en 27 rencontres) dès qu'on en vient à la phase par élimination directe, celle où les big men dégainent plus vite que d'ordinaire. " Il n'y a pas d'explication rationnelle, affirme pour sa part Christian Damiano, l'ancien adjoint de Ranieri à la Roma, passé par Parme et la Juve qui l'a vu de près. C'est un fuoriclasse. Il sait tout faire : offrir des passes décisives, conserver le ballon, marquer des buts encore et encore. De toutes les façons : de loin, de près, de volée, du pointu, de la tête, sur coup-franc, en retourné... Il a la gestuelle d'un gars d'1,80m, il est incroyablement complet. Après, pourquoi n'est-il pas plus décisif lors des matchs importants ? Peut-être que son ego, qui fait sa force, devient d'un coup sa principale faiblesse ? Que ses démons intérieurs le rongent ? " Voire...Par Rico RizzitelliRetrouvez l'intégralité de l'article dans votre Sport/Foot Magazine