Le Canada, après 36 ans de disette, s'est qualifié dimanche pour le Mondial 2022, où les États-Unis et le Mexique sont quasiment certains de l'accompagner, même s'il faudra attendre l'ultime journée pour ce soit mathématiquement acté.

Avec 28 points, les Canadiens, écrasant (4-0) la Jamaïque, sont plus que jamais en tête du groupe. Ils ne peuvent plus être rattrapés par le 4e, le Costa Rica, qui en compte 22 après sa victoire au Salvador (2-1). Les États-Unis, faciles vainqueurs du Panama (5-1), grâce notamment à un triplé de Christian Pulisic, sont deuxièmes.

Et le Mexique qui l'a emporté (1-0) au Honduras, reste troisième. Ils possèdent chacun 25 points, soit trois de mieux que le Costa Rica, qui compte une différence de buts générale (le critère premier en cas d'égalité de points, la meilleure attaque venant en deuxième) très défavorable par rapport à celle des Américains (+13/+3) et un peu moins défavorable, mais difficile à combler, par rapport à celle des Mexicains (+7/+3).

Il faudrait donc une assez large victoire des Costaricains face aux États-Unis mercredi, conjuguée à une défaite elle aussi assez large du Mexique contre le Salvador, pour les voir grimper à la 3e place. Un scénario difficilement envisageable pour le Costa Rica qui va très certainement finir 4e de cette phase. Cette position n'empêche pas les Costaricains de continuer à croire en leur étoile, car elle est synonyme de barrage intercontinental pour décrocher un ticket pour le Qatar.

Le Canada, après 36 ans de disette, s'est qualifié dimanche pour le Mondial 2022, où les États-Unis et le Mexique sont quasiment certains de l'accompagner, même s'il faudra attendre l'ultime journée pour ce soit mathématiquement acté. Avec 28 points, les Canadiens, écrasant (4-0) la Jamaïque, sont plus que jamais en tête du groupe. Ils ne peuvent plus être rattrapés par le 4e, le Costa Rica, qui en compte 22 après sa victoire au Salvador (2-1). Les États-Unis, faciles vainqueurs du Panama (5-1), grâce notamment à un triplé de Christian Pulisic, sont deuxièmes. Et le Mexique qui l'a emporté (1-0) au Honduras, reste troisième. Ils possèdent chacun 25 points, soit trois de mieux que le Costa Rica, qui compte une différence de buts générale (le critère premier en cas d'égalité de points, la meilleure attaque venant en deuxième) très défavorable par rapport à celle des Américains (+13/+3) et un peu moins défavorable, mais difficile à combler, par rapport à celle des Mexicains (+7/+3). Il faudrait donc une assez large victoire des Costaricains face aux États-Unis mercredi, conjuguée à une défaite elle aussi assez large du Mexique contre le Salvador, pour les voir grimper à la 3e place. Un scénario difficilement envisageable pour le Costa Rica qui va très certainement finir 4e de cette phase. Cette position n'empêche pas les Costaricains de continuer à croire en leur étoile, car elle est synonyme de barrage intercontinental pour décrocher un ticket pour le Qatar.