La semaine dernière, Robbie Savage, un journaliste de la BBC, a analysé la saison du nouveau champion, qui compte désormais vingt titres. Il a été frappé par la maturité tactique de l'équipe et les différentes variantes qu'elle utilise. Sir Alex Ferguson a glané ses premiers sacres en 4-2-2. Il a eu recours à cette occupation cette saison aussi, contre Liverpool, par exemple, mais avec une nuance : les extérieurs Kagawa et Young ont exercé une pression élevée. Ferguson utilise souvent le Japonais ainsi que l'international anglais Wellbeck quand il veut apporter de la variété à son système offensif. Cette saison, Wayne Rooney a été aligné pour la première fois dans... l'entrejeu, juste derrière les attaquants, Wellbeck et Van Persie. Rooney a été excellent contre Newcastle, un match remporté 3-0 par United. Il a également fait la différence contre le Real. Le manager écossais n'a pas hésité non plus à modifier sa défense. Il a notamment posté Phil Jones au stopper contre Everton pour museler Marouane Fellaini.

Opta a publié une série de statistiques sur le champion, qui n'a pas vraiment connu une année facile. United a tiré au but environ quinze fois par match, ce qui le place en septième position alors que durant l'exercice précédent, il tentait sa chance 17 fois par match en moyenne. 5,74 des ballons franchissant la ligne de but. United est toujours la formation la plus efficace, un tir sur cinq étant synonyme de but, ce qui constitue un meilleur pourcentage que l'année dernière. La défense a été bonne, selon les statistiques, l'adversaire ne se créant que 12,4 occasions par match.

Opta a également publié les statistiques de Robin van Persie. La saison passée, United avait perdu le titre au goal-average. L'attaquant néerlandais a moins joué qu'à Arsenal (2.763 minutes au lieu de 3.334), il a été moins prolifique (24 buts au lieu de 30), il a moins souvent tenté sa chance (59 occasions contre 82) et a tiré moins souvent à côté (49 fois contre 59). Son tir est un peu moins précis (55% de réussite contre 58%) mais il a légèrement mieux géré ses occasions (22% de réussite contre 21%).

Par Peter T'Kint

La semaine dernière, Robbie Savage, un journaliste de la BBC, a analysé la saison du nouveau champion, qui compte désormais vingt titres. Il a été frappé par la maturité tactique de l'équipe et les différentes variantes qu'elle utilise. Sir Alex Ferguson a glané ses premiers sacres en 4-2-2. Il a eu recours à cette occupation cette saison aussi, contre Liverpool, par exemple, mais avec une nuance : les extérieurs Kagawa et Young ont exercé une pression élevée. Ferguson utilise souvent le Japonais ainsi que l'international anglais Wellbeck quand il veut apporter de la variété à son système offensif. Cette saison, Wayne Rooney a été aligné pour la première fois dans... l'entrejeu, juste derrière les attaquants, Wellbeck et Van Persie. Rooney a été excellent contre Newcastle, un match remporté 3-0 par United. Il a également fait la différence contre le Real. Le manager écossais n'a pas hésité non plus à modifier sa défense. Il a notamment posté Phil Jones au stopper contre Everton pour museler Marouane Fellaini.Opta a publié une série de statistiques sur le champion, qui n'a pas vraiment connu une année facile. United a tiré au but environ quinze fois par match, ce qui le place en septième position alors que durant l'exercice précédent, il tentait sa chance 17 fois par match en moyenne. 5,74 des ballons franchissant la ligne de but. United est toujours la formation la plus efficace, un tir sur cinq étant synonyme de but, ce qui constitue un meilleur pourcentage que l'année dernière. La défense a été bonne, selon les statistiques, l'adversaire ne se créant que 12,4 occasions par match.Opta a également publié les statistiques de Robin van Persie. La saison passée, United avait perdu le titre au goal-average. L'attaquant néerlandais a moins joué qu'à Arsenal (2.763 minutes au lieu de 3.334), il a été moins prolifique (24 buts au lieu de 30), il a moins souvent tenté sa chance (59 occasions contre 82) et a tiré moins souvent à côté (49 fois contre 59). Son tir est un peu moins précis (55% de réussite contre 58%) mais il a légèrement mieux géré ses occasions (22% de réussite contre 21%).Par Peter T'Kint