La nouvelle a fait l'effet d'une bombe en Espagne. Dimanche dernier, El Mundo, le très sérieux quotidien espagnol, titrait en Une : "Le contrat pharaonique de Messi qui ruine le FC Barcelone".

Au moment où les comptes financiers du Barça sont dans le rouge vif, (on parle d'un déficit dépassant le milliard d'euros en fin de saison !), cette annonce tombe très mal. Lionel Messi est, en effet, accusé d'avoir contribué à faire plonger le club sur le plan comptable.

Cet accord, d'une durée de quatre ans, inclut le salaire mais aussi ses droits à l'image ainsi qu'une série de primes. L'Argentin aurait touché près de 136 millions d'euros bruts par an, soit 380.000 euros par jour. Il aurait aussi inséré dans ce bail une clause de fidélité de 66 millions d'euros. Mais chose étonnante : la deuxième partie de ce payement, 36 millions, aura lieu le 15 juillet soit... deux semaines après la fin du contrat de Lionel Messi, qui sera officiellement libre le 30 juin prochain. Le contrat de Messi avec le Barça, long de trente pages, est le "plus gros contrat de l'histoire du sport" selon le quotidien espagnol. Il était resté secret jusqu'à aujourd'hui.

Le Barça a menacé d'attaquer en justice le journal pour les dommages que l'article causeront, tant au joueur qu'à l'institution.

Dans la foulée de ces révélations, l'entourage du sextuple Ballon d'Or a, bien entendu, démenti les informations, réfutant son salaire astronomique mais aussi la prime à la signature de 115 millions d'euros. Le Barça n'a pas non plus tardé à réagir. Il a menacé d'attaquer en justice le journal pour les dommages que l'article causeront, tant au joueur qu'à l'institution : "Le FC Barcelone décline catégoriquement toute responsabilité dans la publication de ce document et engagera des poursuites judiciaires contre le journal El Mundo, pour les dommages qui pourraient être causés à la suite de cette publication."

Messi rapporte très gros

Mais à côté de ça, Lionel Messi est une énorme source de revenus pour Barcelone. Selon une étude de l'agence de presse espagnole EFE Deportes, la Pulga rapporte entre 250 et 300 millions d'euros par an.

Joan Laporta, candidat à la présidence du Barça, a aussi tenté d'éteindre l'incendie en déclarant à la radio catalane Rac1 que "Leo génère beaucoup plus de revenus que ce qu'il ne coute. Nous avons fait faire une étude et il génère un tiers des revenus du club."

Les soucis financiers ne seraient donc pas totalement liés au salaire du natif de Rosario. Et il n'y a pas que le Barça qui bénéficie de sa présence puisque la ville de Barcelone et la Liga en profitent également.

Parmi les principaux revenus que génère l'Argentin, il y a les revenus directs, liés à la vente de merchandising (maillots et produits dérivés, par exemple), et, en quelque sorte, les revenus sportifs, liés aux prestations du club, comme les primes en Ligue des Champions, notamment.

Si Messi part en juin prochain, le Barça risque d'être encore plus dans le dur d'un point de vue financier...

Mais c'est surtout les revenus indirects qui sont intéressants, comme le nombre de fans - et donc de consommateurs - qui se sont mis à supporter l'écurie barcelonaise grâce à l'Argentin, ou ceux qui font le voyage rien que pour aller le voir jouer. Sans compter que sa présence est aussi un atout vis à vis des sponsors, qui misent énormément sur la présence de Messi au club pour promouvoir leur produit/service.

Autant dire que, si Messi part en juin prochain, le Barça risque d'être encore plus dans le dur d'un point de vue financier...

Arthur Gosset (St.)

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe en Espagne. Dimanche dernier, El Mundo, le très sérieux quotidien espagnol, titrait en Une : "Le contrat pharaonique de Messi qui ruine le FC Barcelone".Au moment où les comptes financiers du Barça sont dans le rouge vif, (on parle d'un déficit dépassant le milliard d'euros en fin de saison !), cette annonce tombe très mal. Lionel Messi est, en effet, accusé d'avoir contribué à faire plonger le club sur le plan comptable.Cet accord, d'une durée de quatre ans, inclut le salaire mais aussi ses droits à l'image ainsi qu'une série de primes. L'Argentin aurait touché près de 136 millions d'euros bruts par an, soit 380.000 euros par jour. Il aurait aussi inséré dans ce bail une clause de fidélité de 66 millions d'euros. Mais chose étonnante : la deuxième partie de ce payement, 36 millions, aura lieu le 15 juillet soit... deux semaines après la fin du contrat de Lionel Messi, qui sera officiellement libre le 30 juin prochain. Le contrat de Messi avec le Barça, long de trente pages, est le "plus gros contrat de l'histoire du sport" selon le quotidien espagnol. Il était resté secret jusqu'à aujourd'hui.Dans la foulée de ces révélations, l'entourage du sextuple Ballon d'Or a, bien entendu, démenti les informations, réfutant son salaire astronomique mais aussi la prime à la signature de 115 millions d'euros. Le Barça n'a pas non plus tardé à réagir. Il a menacé d'attaquer en justice le journal pour les dommages que l'article causeront, tant au joueur qu'à l'institution : "Le FC Barcelone décline catégoriquement toute responsabilité dans la publication de ce document et engagera des poursuites judiciaires contre le journal El Mundo, pour les dommages qui pourraient être causés à la suite de cette publication."Mais à côté de ça, Lionel Messi est une énorme source de revenus pour Barcelone. Selon une étude de l'agence de presse espagnole EFE Deportes, la Pulga rapporte entre 250 et 300 millions d'euros par an.Joan Laporta, candidat à la présidence du Barça, a aussi tenté d'éteindre l'incendie en déclarant à la radio catalane Rac1 que "Leo génère beaucoup plus de revenus que ce qu'il ne coute. Nous avons fait faire une étude et il génère un tiers des revenus du club."Les soucis financiers ne seraient donc pas totalement liés au salaire du natif de Rosario. Et il n'y a pas que le Barça qui bénéficie de sa présence puisque la ville de Barcelone et la Liga en profitent également.Parmi les principaux revenus que génère l'Argentin, il y a les revenus directs, liés à la vente de merchandising (maillots et produits dérivés, par exemple), et, en quelque sorte, les revenus sportifs, liés aux prestations du club, comme les primes en Ligue des Champions, notamment.Mais c'est surtout les revenus indirects qui sont intéressants, comme le nombre de fans - et donc de consommateurs - qui se sont mis à supporter l'écurie barcelonaise grâce à l'Argentin, ou ceux qui font le voyage rien que pour aller le voir jouer. Sans compter que sa présence est aussi un atout vis à vis des sponsors, qui misent énormément sur la présence de Messi au club pour promouvoir leur produit/service.Autant dire que, si Messi part en juin prochain, le Barça risque d'être encore plus dans le dur d'un point de vue financier...Arthur Gosset (St.)