La semaine dernière, on a demandé à Robert Lewandowski ce qu'il ferait s'il ne marquait pas dans le dernier match de championnat du Bayern contre Augsbourg et que son équipe obtenait un penalty dans la dernière minute de jeu. Le botterait-il ou s'en abstiendrait-il, par respect pour Gerd Müller? Lewandowski n'a pas dû réfléchir une seconde. Bien sûr qu'il tenterait de convertir le coup de réparation! Car Müller détient encore beaucoup d'autres records, a-t-il ajouté. Il a inscrit 365 buts en Bundesliga, un nombre qu'il n'atteindra jamais.
...

La semaine dernière, on a demandé à Robert Lewandowski ce qu'il ferait s'il ne marquait pas dans le dernier match de championnat du Bayern contre Augsbourg et que son équipe obtenait un penalty dans la dernière minute de jeu. Le botterait-il ou s'en abstiendrait-il, par respect pour Gerd Müller? Lewandowski n'a pas dû réfléchir une seconde. Bien sûr qu'il tenterait de convertir le coup de réparation! Car Müller détient encore beaucoup d'autres records, a-t-il ajouté. Il a inscrit 365 buts en Bundesliga, un nombre qu'il n'atteindra jamais. Il n'y a finalement pas eu de penalty dans cet ultime match du Bayern. Ça a été bien plus dramatique. Le Polonais s'est heurté à six reprises au gardien d'Augsbourg, son compatriote Rafal Gikiewicz. Jusqu'à cette dernière minute, quand le portier a perdu le ballon, que Lewandowski a simplement poussé dans la cage. Son bilan définitif? 41 buts et neuf assists. Il est donc impliqué dans plus de la moitié des 99 pions du Bayern. Robert Lewandowski est l'attaquant le plus complet d'Europe. Il marque du gauche, du droit, de la tête, il convertit les coups francs et les penalties. Non seulement il a le sens du but, mais il combine. Lewandowski a marqué ses 41 buts en 29 matches de championnat. À treize reprises, il a ouvert la marque. Une blessure l'a privé de quatre journées et il a été ménagé à une reprise. Il a converti huit pénos. Ce n'était pas le cas de Müller: lors de la saison qui l'a vu trouver le chemin des filets à quarante reprises, en 1971-1972, il en avait raté trois. À 32 ans, Lewandowski continue à perfectionner son jeu. Les coups de réparation, par exemple. Il se dirige vers le ballon en petites foulées rapides, puis change de rythme. Son avant-dernier pas est ample, mais plus lent. Le Polonais adore affiner son jeu par ce genre de détails. Il a changé de style de jeu au fil des années. À un moment donné, Lewandowski a constaté qu'il avait trop peu de contacts avec le ballon parce qu'il l'attendait dans le rectangle. Durant des séances individuelles, il a amélioré sa technique et la précision de son tir. De ce point de vue, il est radicalement différent de Gerd Müller. Celui-ci estimait que le rectangle était son seul territoire, qu'il ne devait pas écarter le jeu, mais rester planté dans l'axe, devant le but. Si un footballeur s'est formé lui-même, c'est bien Robert Lewandowski. En équipes d'âge en Pologne, ses jambes étaient si maigres que ses entraîneurs craignaient qu'un de ses adversaires ne les brisent. Désormais, ses jambes sont si rapides que peu de joueurs parviennent à le suivre. Et sur ces jambes, il y a un corps que Lewandowski contrôle comme si c'était une machine. Il saute si haut qu'on a l'impression qu'il utilise un tapis volant invisible. La presse allemande parle depuis deux mois de cette chasse au record mythique de Gerd Müller, même si le Polonais ne l'a pas vécue ainsi. Une blessure au genou encourue en équipe nationale contre Andorre l'a contraint à faire l'impasse sur quatre matches. Il a ensuite continué sur sa lancée, comme si de rien n'était. Dans l'avant-dernier match, à Fribourg, après avoir inscrit son quarantième but de la saison, il a relevé son maillot. En-dessous, il portait un t-shirt flanqué de l'inscription "4ever Gerd". De fait, Lewandowski ne battra jamais un record de Müller: celui des 365 buts en quatorze saisons de Bundesliga. Le Polonais vient d'achever sa onzième saison parmi l'élite allemande et son compteur affiche 277 goals. Déjà pas mal...