Dès la fin de son premier entraînement à Munich, Pep Guardiola se dirige vers Frank Ribéry pour lui demander s'il se sent capable de jouer au centre de l'attaque. Quelques années plus tôt, c'est à la veille d'un Clasico, à 22 heures passées, que Pep avait rappelé Messi au centre d'entraînement pour lui demander, vidéos à l'appui, de faire le "faux neuf" le lendemain, avec un succès majuscule à la clé.

Mais avec Ribéry, ce n'est pas si simple. Parce qu'avec Ribéry, il faut être simple, explique Perarnau : "Ribéry est un joueur qu'on pourrait assimiler à un coureur de cent mètres pour sa compréhension et son comportement. Si tu compliques le message avec lui, tu freines son évolution. Guardiola a mis des mois à trouver les mots justes avec Ribéry. Pep est convaincu qu'il peut être doublement dangereux s'il fait dans l'axe ce qu'il a l'habitude de faire sur le flanc. Mais Ribéry a besoin de temps pour assimiler les mouvements expliqués par l'entraîneur."

Guardiola sait se montrer patient. Le coach s'assied parfois avec son numéro 7 pour lui montrer les mouvements de "son" Lionel Messi au centre du jeu, pour le convaincre qu'il peut endosser ce rôle, au moins pendant des bribes de match. Ribéry reste particulièrement attaché à sa ligne blanche, son garde-fou. Mais Pep Guardiola est têtu...

Par Guillaume Gautier

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Pep Guardiola dans votre Sport/Foot Magazine

Dès la fin de son premier entraînement à Munich, Pep Guardiola se dirige vers Frank Ribéry pour lui demander s'il se sent capable de jouer au centre de l'attaque. Quelques années plus tôt, c'est à la veille d'un Clasico, à 22 heures passées, que Pep avait rappelé Messi au centre d'entraînement pour lui demander, vidéos à l'appui, de faire le "faux neuf" le lendemain, avec un succès majuscule à la clé.Mais avec Ribéry, ce n'est pas si simple. Parce qu'avec Ribéry, il faut être simple, explique Perarnau : "Ribéry est un joueur qu'on pourrait assimiler à un coureur de cent mètres pour sa compréhension et son comportement. Si tu compliques le message avec lui, tu freines son évolution. Guardiola a mis des mois à trouver les mots justes avec Ribéry. Pep est convaincu qu'il peut être doublement dangereux s'il fait dans l'axe ce qu'il a l'habitude de faire sur le flanc. Mais Ribéry a besoin de temps pour assimiler les mouvements expliqués par l'entraîneur."Guardiola sait se montrer patient. Le coach s'assied parfois avec son numéro 7 pour lui montrer les mouvements de "son" Lionel Messi au centre du jeu, pour le convaincre qu'il peut endosser ce rôle, au moins pendant des bribes de match. Ribéry reste particulièrement attaché à sa ligne blanche, son garde-fou. Mais Pep Guardiola est têtu...Par Guillaume GautierRetrouvez l'intégralité de l'article consacré à Pep Guardiola dans votre Sport/Foot Magazine