"Ce n'est pas réaliste de terminer la saison quand on voit la situation en Europe et ce que nous devrons encore affronter", a-t-il déclaré dans une interview publiée sur le site Internet de NDR et qui sera diffusée dimanche. "Et même si nous ne sommes pas fortement touchés, cela ne veut pas dire que le football pourrait reprendre. Car cela pourrait à nouveau aggraver la situation."

Schmidt-Chanasit, membre de l'Institut Bernhard Nocht de Hambourg, a également prévenu que les matches pourraient "pousser les gens à se rassembler pour les regarder" et que les "événements récréatifs" comme le football devraient être les derniers sur la liste quand la vie reprendra son cours.

La ligue allemande de football (DFL) a confirmé la suspension de ses deux premières divisions jusqu'au 2 avril et espère reprendre au plus tôt en mai, éventuellement à huis clos, pour terminer la saison actuelle.

"Ce n'est pas réaliste de terminer la saison quand on voit la situation en Europe et ce que nous devrons encore affronter", a-t-il déclaré dans une interview publiée sur le site Internet de NDR et qui sera diffusée dimanche. "Et même si nous ne sommes pas fortement touchés, cela ne veut pas dire que le football pourrait reprendre. Car cela pourrait à nouveau aggraver la situation." Schmidt-Chanasit, membre de l'Institut Bernhard Nocht de Hambourg, a également prévenu que les matches pourraient "pousser les gens à se rassembler pour les regarder" et que les "événements récréatifs" comme le football devraient être les derniers sur la liste quand la vie reprendra son cours. La ligue allemande de football (DFL) a confirmé la suspension de ses deux premières divisions jusqu'au 2 avril et espère reprendre au plus tôt en mai, éventuellement à huis clos, pour terminer la saison actuelle.