Lors d'une interview diffusée sur CBS à quelques heures de la finale du championnat de football américain (NFL), le président s'est vu demander s'il laisserait son fils Barron, 12 ans, jouer à ce sport ultra populaire aux Etats-Unis, mais de plus en plus critiqué à cause de sa violence et des commotions cérébrales que subissent les joueurs.

"S'il le voulait, oui. Mais est-ce que je le pousserais vers ça? Non", répond Donald Trump, ajoutant que beaucoup de joueurs de NFL étaient de son avis. "En fait, il fait beaucoup de football ("soccer"), il aime ça", poursuit le président.

"Beaucoup de gens, dont moi, pensaient que le football ne marcherait jamais dans notre pays, mais ça s'implante rapidement", développe-t-il dans un rare hommage dans la bouche d'un président américain au "soccer".

Le football a longtemps été considéré comme un sport pour femmes et pour enfants aux Etats-Unis, avant de se développer, notamment sous l'impulsion des minorités hispaniques.

Donald Trump, grand fan revendiqué de football américain, critique régulièrement la NFL, qu'il accuse de ne pas être sévère avec les joueurs qui s'agenouillent pendant l'hymne national pour protester contre les violences policières dont les Noirs sont victimes.