Les Rouches, battus à l'aller par l'équipe de Steven Gerrard (0-2), restent sur un succès contre Poznan. Avec trois points, comme les Polonais, l'équipe de Philippe Montanier peut encore mathématiquement se qualifier. Pour y parvenir, il faudra impérativement s'imposer à Ibrox Stadium jeudi soir (21h00), ce qu'aucune équipe n'est parvenue à faire depuis le Bayer Leverkusen en mars 2020.

Pour faire trébucher les Écossais, le Standard devra faire un "gros match dans tous les secteurs", a avancé l'entraîneur français. "Il faudra être très bon défensivement car on a déjà constaté leur habileté offensive et être au top techniquement, tactiquement et physiquement."

La semaine dernière, le Standard a débloqué son compteur en s'imposant contre le Lech Poznan, grâce notamment à un bon pressing. "Ce n'est pas possible de l'appliquer durant toute la rencontre mais on pourra le faire à certains moments. Il faudra alterner", a encore analysé Philippe Montanier.

Si la tâche s'annonce périlleuse, l'ancien gardien veut malgré tout y croire. "Là où il y a de la vie, il y a de l'espoir. Nous voulons jouer le coup à fond. Il faudra évoluer à notre meilleur niveau, du début à la fin", a-t-il ajouté, insistant sur le fait que "tout était permis en football" et que son équipe "arrivait à se sublimer dans les moments importants".

Pour son déplacement à Glasgow, le Standard devra composer sans Gojko Cimirot, resté à Liège en raison d'un petit souci à l'ischio-jambier, Mehdi Carcela, en manque de condition, et Jackson Muleka, pas encore prêt.

Au moment de jeter onze noms sur la feuille de match, Philippe Montanier prendra notamment en compte le paramètre physique. "Nous avons récemment disputé deux matches à dix pendant une mi-temps, cela a un impact."

Les Rouches, battus à l'aller par l'équipe de Steven Gerrard (0-2), restent sur un succès contre Poznan. Avec trois points, comme les Polonais, l'équipe de Philippe Montanier peut encore mathématiquement se qualifier. Pour y parvenir, il faudra impérativement s'imposer à Ibrox Stadium jeudi soir (21h00), ce qu'aucune équipe n'est parvenue à faire depuis le Bayer Leverkusen en mars 2020. Pour faire trébucher les Écossais, le Standard devra faire un "gros match dans tous les secteurs", a avancé l'entraîneur français. "Il faudra être très bon défensivement car on a déjà constaté leur habileté offensive et être au top techniquement, tactiquement et physiquement." La semaine dernière, le Standard a débloqué son compteur en s'imposant contre le Lech Poznan, grâce notamment à un bon pressing. "Ce n'est pas possible de l'appliquer durant toute la rencontre mais on pourra le faire à certains moments. Il faudra alterner", a encore analysé Philippe Montanier. Si la tâche s'annonce périlleuse, l'ancien gardien veut malgré tout y croire. "Là où il y a de la vie, il y a de l'espoir. Nous voulons jouer le coup à fond. Il faudra évoluer à notre meilleur niveau, du début à la fin", a-t-il ajouté, insistant sur le fait que "tout était permis en football" et que son équipe "arrivait à se sublimer dans les moments importants". Pour son déplacement à Glasgow, le Standard devra composer sans Gojko Cimirot, resté à Liège en raison d'un petit souci à l'ischio-jambier, Mehdi Carcela, en manque de condition, et Jackson Muleka, pas encore prêt. Au moment de jeter onze noms sur la feuille de match, Philippe Montanier prendra notamment en compte le paramètre physique. "Nous avons récemment disputé deux matches à dix pendant une mi-temps, cela a un impact."