Pour se qualifier au Mondial Russe de 2018, la Belgique s'était également montrée très efficace en devenant le premier pays européen à décrocher son ticket. Le verdict était tombé lors de la 8e journée après une victoire 1-2 contre la Grèce.

"Il ne faut pourtant pas prendre ces qualifications pour acquises, ce n'est pas quelque chose de banal", a rappelé Roberto Martinez en conférence de presse jeudi. "Avant la qualification pour l'Euro 2016, il fallait remonter à l'Euro 2000 pour voir la Belgique disputer le tournoi continental. Et encore, nous étions pays hôte. La dernière qualification remonte à 1984. Ce jeudi, nous voulons surtout offrir quelque chose à nos supporters. Se qualifier devant son propre public, c'est toujours beau. Nos supporters sont toujours présents pour nous soutenir et nous voulons bien évidemment fêter cette qualification avec eux."

Une fois cet objectif atteint, la Belgique pourra penser à battre des records comme le nombre de points et le nombre de buts en qualifications. "Le premier pas est la qualification, ensuite on pensera à terminer premier du groupe", tempère Martinez. "La Russie s'est améliorée par rapport au match aller au mois de mars et il faut aussi faire le déplacement jusqu'à Saint-Petersbourg. On ne regarde pas trop au record de buts. Nous voulons surtout être consistants dans nos prestations. Les clean sheets et les buts suivront naturellement. A Saint-Marin notre première mi-temps n'était pas à la hauteur mais on s'est bien repris après la pause. Il faudra continuer sur cet élan."