Messi, forme éclatante

Cette coupe "si désirée", l'Argentin la veut, il l'a annoncé dès le mois d'août. Sa performance éclatante en huitièmes retour contre Lyon (5-1), avec deux buts et deux passes décisives, a confirmé que sa forme était à la hauteur de ses ambitions.

"Même si nous sommes habitués, il nous surprend toujours", s'est enthousiasmé son entraîneur Ernesto Valverde.

Messi a une revanche à prendre en Ligue des champions: depuis le cinquième trophée du club catalan remporté en 2015 (le quatrième pour "La Puce"), le Barça reste sur trois éliminations consécutives en quarts.

Cette fois, il faut faire mieux. Barcelone n'est qu'à quatre matches de la finale le 1er juin au stade Metropolitano de Madrid et Messi (108 buts en C1, dont 8 cette saison) espère réduire l'écart sur le recordman Cristiano Ronaldo (124), son grand rival pour le titre européen et pour le Ballon d'Or.

Pourtant, l'Argentin traîne depuis fin 2018 une pubalgie chronique, qui l'a handicapé avec sa sélection. Mais à 31 ans, il est tellement indispensable au Barça que son président Josep Maria Bartomeu a déclaré vouloir prolonger à nouveau son contrat s'achevant en 2021.

Et Valverde, qui l'avait laissé sur le banc des remplaçants la semaine dernière à Villarreal pour le ménager, l'a lancé en cours de match alors Barcelone était mené 4-2. Score final 4-4, avec un énième but sur coup franc de Messi... encore buteur samedi dans le choc contre l'Atlético (2-0) pour mettre le Barça sur orbite vers un huitième titre de champion d'Espagne en onze ans.

Auteur de 43 buts en 40 matches cette saison, dont 13 sur ses dix dernières apparitions, le capitaine barcelonais arrive à Manchester en pleine réussite. Et il ne compte pas s'arrêter là: "Il faut continuer comme ça, sans faire le moindre cadeau", a lancé Messi.

Pogba, brio par éclipses

Avec l'arrivée de l'entraîneur Ole Gunnar Solskjaer, Paul Pogba a retrouvé son brio. Mais depuis mars, la lumière est intermittente pour le champion du monde et les "Red Devils".

Sorti enfin de l'ombre José Mourinho et libéré par le Norvégien, le milieu a marqué neuf buts et délivré sept passes décisives en Championnat et en Coupe d'Angleterre jusqu'à fin février. Des chiffres impressionnants qui ont fait naître l'espoir de voir le milieu atteindre le même rayonnement sous le maillot rouge que sous le maillot bleu.

Mais depuis sa passe décisive contre Crystal Palace le 27 février, Pogba a disparu des statistiques. Et dans le jeu, plus grand-chose ou presque...

En mars, le Français a beaucoup moins pesé sur le jeu offensif, alors que l'entrejeu mancunien a été chamboulé à plusieurs reprises en raison des blessures. Mais même depuis le retour de Matic et Herrera, ça ne carbure pas.

Les Mancuniens patinent en Premier League, où ils sont redescendus au sixième rang. Ils ont été sortis de la Coupe d'Angleterre par Wolverhampton. Pire peut-être pour le Français, les "Red Devils" n'ont pas eu besoin de leur "Pioche" pour leur seul exploit en mars, contre le PSG (3-1): il était suspendu pour le triomphe au Parc des Princes.

Reste que sans grand talent offensif au milieu de terrain, Solskjaer attend beaucoup de son champion du monde. Le Norvégien avait expliqué vouloir construire son équipe autour de lui et c'est ce qu'il a fait, en lui donnant les clés du jeu et, parfois, le brassard de capitaine.

Sera-ce suffisant pour le garder l'été prochain alors que le Real Madrid, par l'intermédiaire de Zinédine Zidane, a déclaré son intérêt? "J'aime beaucoup le joueur, ce n'est pas nouveau", a lancé sans ambages le technicien français.

En attendant, Solskjaer défend son diamant: "Paul travaille aussi dur que les autres. Des fois, ça ne sourit tout simplement pas." Saura-t-il rallumer la lumière mercredi ?

"La confiance est haute" assure Solskjaer

L'entraîneur Ole Gunnar Solskjaer a assuré mardi que Manchester United avait préparé avec une "confiance haute" la réception du FC Barcelone mercredi en quart de finale aller de la Ligue des champions, grâce notamment aux enseignements tirés de la défaite à Old Trafford contre le PSG au tour précédent.

Une étape à franchir

Solskjaer: "Le prochain match est toujours le plus important. Mais contre Barcelone, son histoire, ses joueurs, on doit améliorer notre jeu, ce que l'ont avait pas réussi à faire contre le PSG lors du match aller. (...) On veut cette fois créer une superbe ambiance (à Old Trafford), on avait été décevant contre le PSG. J'ai adoré ces soirées-là quand j'étais joueur: un peu de pluie, les projecteurs, des soirées spéciales."

Sur le résultat espéré

Solskjaer: "Les deux équipes peuvent marquer, mais les défenseurs ont aussi de superbes qualités. Je prendrais bien un 3-3 à l'aller et au retour avec une victoire aux tirs au but. Si on défend haut ou qu'on presse, il faudra maintenir sa concentration pendant 90 minutes, sinon on sera puni."

Sur la forme du moment

Solskjaer: "on est prêt. (...) La confiance est haute. Ce que l'on a fait contre le PSG et notre remontée (au classement en championnat) nous ont donné la confiance dans ce que nous pouvons faire. On est déçu par certains matches, mais on ne peut pas contrôler tous les matches. L'ambiance était différente avant le match aller contre le PSG car nous avions gagné beaucoup de matches avant. Nous avons beaucoup appris de ce match, notamment sur la façon dont nous avons été parfois poussés à faire des fautes."

Sur la suite de la saison

Solskjaer: "On s'est donné une grande chance de lutter pour le top 4 (en championnat). Personne n'aurait pensé ça à Noël. La Ligue des champions, c'est possible, on peut aussi la gagner. Mais, je ne dirais pas que gagner la Ligue des champions est plus facile que de finir dans le top 4, car on n'est plus très loin maintenant."

Sur Messi

Solskjaer: "Il est fantastique. Il restera dans l'histoire comme l'un des meilleurs. Ce sera difficile de l'arrêter, mais ce n'est pas impossible. On ne peut pas se concentrer que sur lui: ils ont aussi Rakitic, Suarez, Coutinho... (...) Quel plan peut-on mettre en place pour arrêter le meilleur joueur du monde? On a fait face à Mbappé avec Paris, Ronaldo avec la Juventus. Mais c'est sûr que Suarez et Messi ne vont pas laisser de répit à nos défenseurs."

Chris Smalling (défenseur): "C'est quelque chose qu'on savoure. On a fait face à Ronaldo et Mbappé cette saison. C'est le genre de défi que l'on veut, et on l'a montré."

Sur Pogba

Solskjaer: "Son job est d'être créatif. Bien sûr, je m'attends à ce qu'il livre une bonne performance demain. (...) Il est impatient. Il sait que le match contre le PSG n'était pas son meilleur. Je ne le vois pas ne pas jouer pour Manchester United la saison prochaine."

Cette coupe "si désirée", l'Argentin la veut, il l'a annoncé dès le mois d'août. Sa performance éclatante en huitièmes retour contre Lyon (5-1), avec deux buts et deux passes décisives, a confirmé que sa forme était à la hauteur de ses ambitions. "Même si nous sommes habitués, il nous surprend toujours", s'est enthousiasmé son entraîneur Ernesto Valverde.Messi a une revanche à prendre en Ligue des champions: depuis le cinquième trophée du club catalan remporté en 2015 (le quatrième pour "La Puce"), le Barça reste sur trois éliminations consécutives en quarts.Cette fois, il faut faire mieux. Barcelone n'est qu'à quatre matches de la finale le 1er juin au stade Metropolitano de Madrid et Messi (108 buts en C1, dont 8 cette saison) espère réduire l'écart sur le recordman Cristiano Ronaldo (124), son grand rival pour le titre européen et pour le Ballon d'Or.Pourtant, l'Argentin traîne depuis fin 2018 une pubalgie chronique, qui l'a handicapé avec sa sélection. Mais à 31 ans, il est tellement indispensable au Barça que son président Josep Maria Bartomeu a déclaré vouloir prolonger à nouveau son contrat s'achevant en 2021.Et Valverde, qui l'avait laissé sur le banc des remplaçants la semaine dernière à Villarreal pour le ménager, l'a lancé en cours de match alors Barcelone était mené 4-2. Score final 4-4, avec un énième but sur coup franc de Messi... encore buteur samedi dans le choc contre l'Atlético (2-0) pour mettre le Barça sur orbite vers un huitième titre de champion d'Espagne en onze ans.Auteur de 43 buts en 40 matches cette saison, dont 13 sur ses dix dernières apparitions, le capitaine barcelonais arrive à Manchester en pleine réussite. Et il ne compte pas s'arrêter là: "Il faut continuer comme ça, sans faire le moindre cadeau", a lancé Messi.Avec l'arrivée de l'entraîneur Ole Gunnar Solskjaer, Paul Pogba a retrouvé son brio. Mais depuis mars, la lumière est intermittente pour le champion du monde et les "Red Devils".Sorti enfin de l'ombre José Mourinho et libéré par le Norvégien, le milieu a marqué neuf buts et délivré sept passes décisives en Championnat et en Coupe d'Angleterre jusqu'à fin février. Des chiffres impressionnants qui ont fait naître l'espoir de voir le milieu atteindre le même rayonnement sous le maillot rouge que sous le maillot bleu.Mais depuis sa passe décisive contre Crystal Palace le 27 février, Pogba a disparu des statistiques. Et dans le jeu, plus grand-chose ou presque... En mars, le Français a beaucoup moins pesé sur le jeu offensif, alors que l'entrejeu mancunien a été chamboulé à plusieurs reprises en raison des blessures. Mais même depuis le retour de Matic et Herrera, ça ne carbure pas.Les Mancuniens patinent en Premier League, où ils sont redescendus au sixième rang. Ils ont été sortis de la Coupe d'Angleterre par Wolverhampton. Pire peut-être pour le Français, les "Red Devils" n'ont pas eu besoin de leur "Pioche" pour leur seul exploit en mars, contre le PSG (3-1): il était suspendu pour le triomphe au Parc des Princes.Reste que sans grand talent offensif au milieu de terrain, Solskjaer attend beaucoup de son champion du monde. Le Norvégien avait expliqué vouloir construire son équipe autour de lui et c'est ce qu'il a fait, en lui donnant les clés du jeu et, parfois, le brassard de capitaine.Sera-ce suffisant pour le garder l'été prochain alors que le Real Madrid, par l'intermédiaire de Zinédine Zidane, a déclaré son intérêt? "J'aime beaucoup le joueur, ce n'est pas nouveau", a lancé sans ambages le technicien français.En attendant, Solskjaer défend son diamant: "Paul travaille aussi dur que les autres. Des fois, ça ne sourit tout simplement pas." Saura-t-il rallumer la lumière mercredi ?L'entraîneur Ole Gunnar Solskjaer a assuré mardi que Manchester United avait préparé avec une "confiance haute" la réception du FC Barcelone mercredi en quart de finale aller de la Ligue des champions, grâce notamment aux enseignements tirés de la défaite à Old Trafford contre le PSG au tour précédent. Une étape à franchirSolskjaer: "Le prochain match est toujours le plus important. Mais contre Barcelone, son histoire, ses joueurs, on doit améliorer notre jeu, ce que l'ont avait pas réussi à faire contre le PSG lors du match aller. (...) On veut cette fois créer une superbe ambiance (à Old Trafford), on avait été décevant contre le PSG. J'ai adoré ces soirées-là quand j'étais joueur: un peu de pluie, les projecteurs, des soirées spéciales."Sur le résultat espéréSolskjaer: "Les deux équipes peuvent marquer, mais les défenseurs ont aussi de superbes qualités. Je prendrais bien un 3-3 à l'aller et au retour avec une victoire aux tirs au but. Si on défend haut ou qu'on presse, il faudra maintenir sa concentration pendant 90 minutes, sinon on sera puni."Sur la forme du momentSolskjaer: "on est prêt. (...) La confiance est haute. Ce que l'on a fait contre le PSG et notre remontée (au classement en championnat) nous ont donné la confiance dans ce que nous pouvons faire. On est déçu par certains matches, mais on ne peut pas contrôler tous les matches. L'ambiance était différente avant le match aller contre le PSG car nous avions gagné beaucoup de matches avant. Nous avons beaucoup appris de ce match, notamment sur la façon dont nous avons été parfois poussés à faire des fautes."Sur la suite de la saisonSolskjaer: "On s'est donné une grande chance de lutter pour le top 4 (en championnat). Personne n'aurait pensé ça à Noël. La Ligue des champions, c'est possible, on peut aussi la gagner. Mais, je ne dirais pas que gagner la Ligue des champions est plus facile que de finir dans le top 4, car on n'est plus très loin maintenant."Sur MessiSolskjaer: "Il est fantastique. Il restera dans l'histoire comme l'un des meilleurs. Ce sera difficile de l'arrêter, mais ce n'est pas impossible. On ne peut pas se concentrer que sur lui: ils ont aussi Rakitic, Suarez, Coutinho... (...) Quel plan peut-on mettre en place pour arrêter le meilleur joueur du monde? On a fait face à Mbappé avec Paris, Ronaldo avec la Juventus. Mais c'est sûr que Suarez et Messi ne vont pas laisser de répit à nos défenseurs."Chris Smalling (défenseur): "C'est quelque chose qu'on savoure. On a fait face à Ronaldo et Mbappé cette saison. C'est le genre de défi que l'on veut, et on l'a montré."Sur PogbaSolskjaer: "Son job est d'être créatif. Bien sûr, je m'attends à ce qu'il livre une bonne performance demain. (...) Il est impatient. Il sait que le match contre le PSG n'était pas son meilleur. Je ne le vois pas ne pas jouer pour Manchester United la saison prochaine."