Cette saison, après deux rencontres, l'arrière gauche a profité de la blessure à l'aine du titulaire, Christian Pander, pour saisir sa chance dans l'effectif entraîné par Mirko Slomka. Samedi prochain, après un 9 sur 12 qui l'a amené à une troisième place inespérée, Hanovre se déplace au Bayern, deuxième.

" Un test intéressant pour Poco ", dit Michael Richter, qui suit les matches de Hanovre pour le compte de Kicker. " Les duels avec Arjen Robben permettront de voir dans quelle mesure il a évolué. Il a surtout dû apprendre à raisonner de façon plus défensive, à être moins impulsif. La relance, c'est plutôt l'affaire du Hongrois Szabolcs Huszti. Hanovre est une équipe offensive qui, ces dernières années, a pris beaucoup de points à domicile, où elle est soutenue par un excellent public. Cette saison, elle a eu la chance de rencontrer des équipes comme Wolfsbourg, Schalke 04 et Mayence, qui n'étaient pas encore tout à fait prêtes ou ont commis des erreurs stupides. "

Richter affirme que les relations entre Pocognoli et Slomka ne sont pas au beau fixe à cause d'une dispute dans le vestiaire, en fin de saison dernière. " Ça s'est passé à l'occasion de l'avant-dernier match, perdu 3-1 au Bayer Leverkusen ", se souvient-il. " Pocognoli, remplacé au repos par Pander, a eu une réaction de colère. Il faut savoir que Slomka est un professeur qui exige de ses joueurs beaucoup de professionnalisme et de discipline mais, surtout, qui leur demande d'être capables de faire leur autocritique. Pour lui, les joueurs doivent pouvoir se regarder dans un miroir et admettre leurs erreurs. "

Cet été, on a même évoqué un départ de Pocognoli, qui est pourtant encore sous contrat avec Hanovre jusqu'en 2016. Le Liégeois n'oubliera par ailleurs sans doute jamais son premier match contre Wolfsburg puisque, après 36 minutes, il fut exclu pour avoir donné un coup de karaté et suspendu pour trois rencontres. " Il pouvait aller en Angleterre et l'intérêt du Standard était très concret ", dit Richter. " Mais depuis que Sané, qui parle français, joue dans l'axe de la défense, la communication est meilleure, Poco est plus attentif et il prend moins de risques. "

Par Frédéric Vanheule

Cette saison, après deux rencontres, l'arrière gauche a profité de la blessure à l'aine du titulaire, Christian Pander, pour saisir sa chance dans l'effectif entraîné par Mirko Slomka. Samedi prochain, après un 9 sur 12 qui l'a amené à une troisième place inespérée, Hanovre se déplace au Bayern, deuxième." Un test intéressant pour Poco ", dit Michael Richter, qui suit les matches de Hanovre pour le compte de Kicker. " Les duels avec Arjen Robben permettront de voir dans quelle mesure il a évolué. Il a surtout dû apprendre à raisonner de façon plus défensive, à être moins impulsif. La relance, c'est plutôt l'affaire du Hongrois Szabolcs Huszti. Hanovre est une équipe offensive qui, ces dernières années, a pris beaucoup de points à domicile, où elle est soutenue par un excellent public. Cette saison, elle a eu la chance de rencontrer des équipes comme Wolfsbourg, Schalke 04 et Mayence, qui n'étaient pas encore tout à fait prêtes ou ont commis des erreurs stupides. "Richter affirme que les relations entre Pocognoli et Slomka ne sont pas au beau fixe à cause d'une dispute dans le vestiaire, en fin de saison dernière. " Ça s'est passé à l'occasion de l'avant-dernier match, perdu 3-1 au Bayer Leverkusen ", se souvient-il. " Pocognoli, remplacé au repos par Pander, a eu une réaction de colère. Il faut savoir que Slomka est un professeur qui exige de ses joueurs beaucoup de professionnalisme et de discipline mais, surtout, qui leur demande d'être capables de faire leur autocritique. Pour lui, les joueurs doivent pouvoir se regarder dans un miroir et admettre leurs erreurs. "Cet été, on a même évoqué un départ de Pocognoli, qui est pourtant encore sous contrat avec Hanovre jusqu'en 2016. Le Liégeois n'oubliera par ailleurs sans doute jamais son premier match contre Wolfsburg puisque, après 36 minutes, il fut exclu pour avoir donné un coup de karaté et suspendu pour trois rencontres. " Il pouvait aller en Angleterre et l'intérêt du Standard était très concret ", dit Richter. " Mais depuis que Sané, qui parle français, joue dans l'axe de la défense, la communication est meilleure, Poco est plus attentif et il prend moins de risques. "Par Frédéric Vanheule