La carrière de Dick Advocaat s'est achevée de manière quasi exemplaire: par une déclaration balancée sous le coup de l'émotion. Il y a deux semaines, Feyenoord s'est incliné à ADO La Haye, la lanterne rouge, qui n'avait plus gagné de match à domicile depuis 469 jours. L'entraîneur des Rotterdamois a déclaré: "J'ai honte en voyant cette équipe, ces joueurs qui gagnent des sommes colossales." Avant de poursuivre: "Je n'ai pas vu une équipe qui y croyait. Ce n'était même pas une équipe. Pas de football, pas d'animation, pas d'envie." Il s'est ensuite demandé s'il était bien l'homme dont avait besoin ce Feyenoord pour achever la saison. "Si je suis responsable de la situation, la solution est simple..."
...

La carrière de Dick Advocaat s'est achevée de manière quasi exemplaire: par une déclaration balancée sous le coup de l'émotion. Il y a deux semaines, Feyenoord s'est incliné à ADO La Haye, la lanterne rouge, qui n'avait plus gagné de match à domicile depuis 469 jours. L'entraîneur des Rotterdamois a déclaré: "J'ai honte en voyant cette équipe, ces joueurs qui gagnent des sommes colossales." Avant de poursuivre: "Je n'ai pas vu une équipe qui y croyait. Ce n'était même pas une équipe. Pas de football, pas d'animation, pas d'envie." Il s'est ensuite demandé s'il était bien l'homme dont avait besoin ce Feyenoord pour achever la saison. "Si je suis responsable de la situation, la solution est simple..." Ce serait une fin de carrière en mode mineur pour un entraîneur actif pendant quarante ans, qui prendra effectivement sa retraite au terme de la saison. Une retraite qu'il avait déjà annoncée en 2005, sans jamais passer à l'acte. Il a ensuite coaché 17 équipes avant d'annoncer, cet hiver, qu'il allait cette fois bel et bien quitter le football. Mais achever sa carrière sur un licenciement écorcherait trop l'orgueil de Dick Advocaat: c'est notamment pour ça qu'après la relégation du Sparta en 2018, il a accepté un mandat à Utrecht, avant de voler au secours d'un monument en péril, Feyenoord. D'ailleurs, il est revenu sur ses propos quelques jours après son coup de colère à La Haye, reconnaissant que ça n'avait pas été intelligent, qu'il aurait dû s'abstenir. Et bien entendu, il n'a pas démissionné. Le noyau a quant à lui réaffirmé son soutien inconditionnel à son coach. Advocaat a rejoint Feyenoord en novembre 2019, après le licenciement de Jaap Stam. L'équipe était alors douzième, mais elle a remonté la pente sous la direction de son nouvel entraîneur. "Avant mon arrivée, je la voyais exercer un pressing élevé, mais sans comprendre où elle voulait en venir", a expliqué Advocaat à Voetbal International cette saison. "Créer des espaces ou resserrer les rangs? Feyenoord était très fragile en défense." Il est revenu aux bases, à l'organisation. "Avec des consignes claires: que faire en perte de balle, en possession, où et comment exercer le pressing, jusqu'où redescendre? Qui se charge des corners, des coups francs, comment la défense reste-t-elle organisée en fonction des moments? Une fois ces points éclaircis, on a déjà accompli une large part du travail." Après la trêve hivernale, la saison passée, c'est Feyenoord qui a gagné le plus de points. Le géant de Rotterdam a terminé en troisième position et Advocaat a reconduit son contrat d'un an. La nouvelle saison a bien commencé, mais Feyenoord a été décevant dans les affiches, en étant battu à deux reprises par l'Ajax et l'AZ et en ne prenant qu'un point contre l'étonnant Vitesse. Il n'a gagné quatre points sur six que contre le PSV. Insuffisant pour briguer la troisième place tant convoitée. L'Ajax, le PSV et l'AZ possèdent un meilleur noyau. Les deux premiers sortent nettement du lot. Par exemple, le PSV a transféré Mario Götze cet été, alors que Feyenoord se rabattait sur Bryan Linssen, gratuit. Sans parler de l'Ajax. Feyenoord est cinquième et va disputer les play-offs pour l'Europe face à Vitesse, Utrecht et Groningue. Ensuite, Dick Advocaat prendra sa pension. "Je sais que je l'ai déjà dit", reconnaît l'entraîneur de 73 ans. "Mais cette fois, vous devez me croire: je vis vraiment mes derniers mois en tant que coach." En tant que coach, donc, on l'aura noté. Il n'exclut donc pas d'accepter un autre poste. C'est qu'il existe des choses auxquelles Dick Advocaat ne peut résister: ses émotions et son amour du foot. Peut-être l'argent joue-t-il également un rôle dans ses décisions... Par Mayke Wijnen