"Il faut d'abord attendre le Comité exécutif de l'UEFA le 6 décembre. S'il y a une majorité, une décision peut intervenir très vite", considère le président de l'UEFA Michel Platini. "J'ai discuté de cette belle idée avec le patron de la DFB (Fédération allemande de football) Wolfgang Niersbach et d'autres présidents. Mon sentiment est qu'une large majorité est favorable au plan. Mais on ne peut rien détailler avant la décision du Comité exécutif", souligne-t-il.

La Belgique serait un des pays accueillant cet Euro nouvelle formule.

Le président de la DFB a indiqué mardi que le sujet avait été discuté par le bureau directeur et que l'idée d'avoir des matches de l'Euro 2020 disputés en Allemagne était "séduisante".

Dans cet entretien au quotidien le plus lu d'Allemagne, Michel Platini rejette catégoriquement l'idée de réintroduire des places debout dans les compétitions européennes et rappelle son opposition à l'introduction de la technologie sur la ligne de but.

Une position qu'il explique aussi par des raisons financières. "Si j'ai recours à la technologie en Ligue des Champions et en Europa League, cela me coûterait actuellement 32 millions pour 78 stades. Dans cinq ans, cela coûterait 54 millions", assure-t-il.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Il faut d'abord attendre le Comité exécutif de l'UEFA le 6 décembre. S'il y a une majorité, une décision peut intervenir très vite", considère le président de l'UEFA Michel Platini. "J'ai discuté de cette belle idée avec le patron de la DFB (Fédération allemande de football) Wolfgang Niersbach et d'autres présidents. Mon sentiment est qu'une large majorité est favorable au plan. Mais on ne peut rien détailler avant la décision du Comité exécutif", souligne-t-il. La Belgique serait un des pays accueillant cet Euro nouvelle formule. Le président de la DFB a indiqué mardi que le sujet avait été discuté par le bureau directeur et que l'idée d'avoir des matches de l'Euro 2020 disputés en Allemagne était "séduisante". Dans cet entretien au quotidien le plus lu d'Allemagne, Michel Platini rejette catégoriquement l'idée de réintroduire des places debout dans les compétitions européennes et rappelle son opposition à l'introduction de la technologie sur la ligne de but. Une position qu'il explique aussi par des raisons financières. "Si j'ai recours à la technologie en Ligue des Champions et en Europa League, cela me coûterait actuellement 32 millions pour 78 stades. Dans cinq ans, cela coûterait 54 millions", assure-t-il. Sportfootmagazine.be, avec Belga