Il était arrivé sans bruit, presque sur la pointe des pieds. Un Français de plus venu tenter de se relancer en Jupiler Pro League. Pourtant, rapidement les habitués du Canonnier, puis les footeux de tout le Royaume, se rendent compte qu'il a quelque chose en plus. Si Steeven Langil s'était déjà montré à son avantage dès l'entame du championnat au Stade Constant Vanden Stock, c'est dans son nouveau port d'attache, à Mouscron, qu'il se révèle véritablement. Le 15 août 2014, le Martiniquais martyrise le Standard qui s'incline (5-2) chez les Hurlus et le nouveau venu étale ses qualités. Rapide comme l'éclair, il délivre deux assists et domine la rencontre de la tête et des épaules.

Pas vraiment de quoi s'étonner si l'on jette un coup d'oeil dans le rétro. Arrivé en Métropole à l'âge de 15 ans après un test positif au Nîmes Olympique, le Martiniquais ne tarde pas à se mettre en évidence dans le Sud. Quelques prestations abouties en National lui suffisent pour attirer l'attention de l'AJ Auxerre avec qui il découvre la Ligue 1 dès 2008. Mais la marche est encore trop haute pour l'ailier qui part faire ses armes en Ligue 2, au Stade Malherbe de Caen. Une pige d'un an dans le Calvados qui lui permet de confirmer son potentiel : les Normands écrasent la compétition qu'ils mènent de bout en bout et les neuf buts en 35 parties de Langil n'y sont pas étrangers.

Langil n'a laissé que des bons souvenirs à Caen., belga
Langil n'a laissé que des bons souvenirs à Caen. © belga

De retour en Bourgogne, le droitier ne parvient pourtant pas à se forger une place dans le onze de Jean Fernandez. S'il a l'occasion de faire ses premiers pas en Champions League où il affronte l'AC Milan et le Real Madrid et inscrit même le but de la victoire face à l'Ajax, son temps de jeu se réduit drastiquement à partir d'octobre. Au mercato de janvier, il est une nouvelle fois prêté, à Valenciennes, en Ligue 1 cette fois. Après six mois mitigés dans le Nord, il est envoyé à Sedan, toujours en prêt, où il se blesse sérieusement au genou.

Face au Real Madrid de Ronaldo avec Auxerre en Champions League., belga
Face au Real Madrid de Ronaldo avec Auxerre en Champions League. © belga

Délivré de ses tourments physiques après de longs mois, il refait surface à Auxerre entretemps relégué en L2. Libre de tout contrat au terme de cette ultime pige à l'AJA, il retrouve la Ligue 1 en signant à l'En Avant Guingamp. Si la saison s'avère fructueuse avec en guise d'apothéose la victoire en finale de la Coupe de France face au Stade Rennais, les rapports de Langil avec Jocelyn Gourvennec, le coach de l'EAG, sont compliqués et c'est pourquoi il traverse la frontière pour rejoindre Mouscron.

Avec la Coupe de France, remportée avec Gungamp., belga
Avec la Coupe de France, remportée avec Gungamp. © belga

Après un départ étincelant au Canonnier, l'ailier gauche baisse toutefois de régime en seconde partie de saison et souffre de plusieurs petites blessures. Au terme de son contrat d'un an, Langil surprend en rejoignant Waasland-Beveren. Sous la houlette de Stijn Vreven, le Martiniquais livre une saison pleine ponctuée de six buts et six assists, ce qui attire les convoitises. Convaincu par Besnik Hasi, il rejoint le Legia Varsovie où il paraphe un contrat de trois ans. Mais comme pour le technicien albanais, l'aventure tourne court pour Langil. Après six mois à peine, il revient au Freethiel en prêt.

Langil efface Youri Tielemans avec Waasland-Beveren., belga
Langil efface Youri Tielemans avec Waasland-Beveren. © belga

Malgré une demi-saison convaincante dans le pays de Waes, il reste persona non grata en Pologne. Finalement libéré de son contrat en septembre, c'est aux Pays-Bas qu'il retrouve de l'embauche, après avoir disputé la Gold Cup pour le compte de la Martinique, en se liant au NEC Nimègue, pensionnaire de D2. Malgré une saison marquée par cinq goals et sept passes décisives, le club néerlandais échoue durant les play-offs pour la montée en Eredivisie et le contrat de Langil n'est pas reconduit.

Lors de son aventure néerlandais à Nimègue., belga
Lors de son aventure néerlandais à Nimègue. © belga

A nouveau libre, le droitier s'envole cette fois pour l'autre bout du monde et découvre un cinquième championnat différent en signant au FC Ratchaburi, en Thaïlande. Il y est rapidement rejoint par Marco Simone, l'ex-attaquant de l'AC Milan, qui le coache durant une saison. Conquis par l'aventure, le numéro 11 y a prolongé son bail pour trois saisons et affichait déjà quatre assists à son compteur après seulement quatre journée au moment de l'interruption de la compétition, début mars.

Langil s'éclate en Thaïlande., Instagram
Langil s'éclate en Thaïlande. © Instagram
Il était arrivé sans bruit, presque sur la pointe des pieds. Un Français de plus venu tenter de se relancer en Jupiler Pro League. Pourtant, rapidement les habitués du Canonnier, puis les footeux de tout le Royaume, se rendent compte qu'il a quelque chose en plus. Si Steeven Langil s'était déjà montré à son avantage dès l'entame du championnat au Stade Constant Vanden Stock, c'est dans son nouveau port d'attache, à Mouscron, qu'il se révèle véritablement. Le 15 août 2014, le Martiniquais martyrise le Standard qui s'incline (5-2) chez les Hurlus et le nouveau venu étale ses qualités. Rapide comme l'éclair, il délivre deux assists et domine la rencontre de la tête et des épaules.Pas vraiment de quoi s'étonner si l'on jette un coup d'oeil dans le rétro. Arrivé en Métropole à l'âge de 15 ans après un test positif au Nîmes Olympique, le Martiniquais ne tarde pas à se mettre en évidence dans le Sud. Quelques prestations abouties en National lui suffisent pour attirer l'attention de l'AJ Auxerre avec qui il découvre la Ligue 1 dès 2008. Mais la marche est encore trop haute pour l'ailier qui part faire ses armes en Ligue 2, au Stade Malherbe de Caen. Une pige d'un an dans le Calvados qui lui permet de confirmer son potentiel : les Normands écrasent la compétition qu'ils mènent de bout en bout et les neuf buts en 35 parties de Langil n'y sont pas étrangers. De retour en Bourgogne, le droitier ne parvient pourtant pas à se forger une place dans le onze de Jean Fernandez. S'il a l'occasion de faire ses premiers pas en Champions League où il affronte l'AC Milan et le Real Madrid et inscrit même le but de la victoire face à l'Ajax, son temps de jeu se réduit drastiquement à partir d'octobre. Au mercato de janvier, il est une nouvelle fois prêté, à Valenciennes, en Ligue 1 cette fois. Après six mois mitigés dans le Nord, il est envoyé à Sedan, toujours en prêt, où il se blesse sérieusement au genou.Délivré de ses tourments physiques après de longs mois, il refait surface à Auxerre entretemps relégué en L2. Libre de tout contrat au terme de cette ultime pige à l'AJA, il retrouve la Ligue 1 en signant à l'En Avant Guingamp. Si la saison s'avère fructueuse avec en guise d'apothéose la victoire en finale de la Coupe de France face au Stade Rennais, les rapports de Langil avec Jocelyn Gourvennec, le coach de l'EAG, sont compliqués et c'est pourquoi il traverse la frontière pour rejoindre Mouscron.Après un départ étincelant au Canonnier, l'ailier gauche baisse toutefois de régime en seconde partie de saison et souffre de plusieurs petites blessures. Au terme de son contrat d'un an, Langil surprend en rejoignant Waasland-Beveren. Sous la houlette de Stijn Vreven, le Martiniquais livre une saison pleine ponctuée de six buts et six assists, ce qui attire les convoitises. Convaincu par Besnik Hasi, il rejoint le Legia Varsovie où il paraphe un contrat de trois ans. Mais comme pour le technicien albanais, l'aventure tourne court pour Langil. Après six mois à peine, il revient au Freethiel en prêt. Malgré une demi-saison convaincante dans le pays de Waes, il reste persona non grata en Pologne. Finalement libéré de son contrat en septembre, c'est aux Pays-Bas qu'il retrouve de l'embauche, après avoir disputé la Gold Cup pour le compte de la Martinique, en se liant au NEC Nimègue, pensionnaire de D2. Malgré une saison marquée par cinq goals et sept passes décisives, le club néerlandais échoue durant les play-offs pour la montée en Eredivisie et le contrat de Langil n'est pas reconduit.A nouveau libre, le droitier s'envole cette fois pour l'autre bout du monde et découvre un cinquième championnat différent en signant au FC Ratchaburi, en Thaïlande. Il y est rapidement rejoint par Marco Simone, l'ex-attaquant de l'AC Milan, qui le coache durant une saison. Conquis par l'aventure, le numéro 11 y a prolongé son bail pour trois saisons et affichait déjà quatre assists à son compteur après seulement quatre journée au moment de l'interruption de la compétition, début mars.