Débarqué en Belgique auréolé de son statut d'ex-international espagnol (deux matches en 2008), Diego Capel n'aura pas marqué les supporters mauves. En l'espace d'une saison au Parc Astrid, l'ailier gauche n'a glané que neuf titularisations pour 25 apparitions dans le onze de René Weiler. S'il ne restera pas dans les annales, l'Espagnol avait pourtant tout d'un joli coup à son arrivée en Jupiler Pro League à l'été 2016.

Epoque cheveux longs au FC Séville., belga
Epoque cheveux longs au FC Séville. © belga

Révélé au FC Séville pour lequel il dispute son premier match en 2004, le gaucher éclot véritablement trois ans plus tard, en 2007-2008. Combatif, il s'impose comme titulaire inamovible sur le flanc gauche des Blanquirrojos à tel point que Vicente del Bosque lui offre, à vingt ans à peine, ses deux premières (et dernières) sélections en équipe nationale. Une suite logique pour l'Andalou qui avait déjà remporté l'EURO à deux reprises avec les U19 et les U21 ibériques. En pleine hype, son nom est cité à Tottenham et même plus tard au Real Madrid pour remplacer Robinho. Resté fidèle au Stade Ramon Sanchez Pizjuan, Capel connaît son heure de gloire en 2010, inscrivant le premier but de la finale de la Copa del Rey 2010 remportée face à l'Atlético Madrid (0-2). Pourtant, il voit son temps de jeu grignoté petit à petit par son concurrent argentin Diego Perotti et en 2011, il finit par être transféré au Sporting Lisbonne.

Au Sporting Portugal.
Au Sporting Portugal.

Dans la capitale lisboète, il fait la connaissance d'un certain Ricardo Sa Pinto qui lui fait confiance sur son traditionnel flanc gauche. Le Sporting se paye même le luxe d'atteindre les demi-finales de l'Europa League, éliminant au passage Manchester City. S'il restera finalement quatre saisons au Portugal, son temps de jeu diminue d'année en année et en 2014-2015, son dernier exercice avec le Sporting, il ne fait plus figure que de joker.

Avec le Genoa face à Radja Nainggolan., belga
Avec le Genoa face à Radja Nainggolan. © belga

Décidé à retrouver les terrains, Capel s'envole pour l'Italie où il débarque au Genoa de Gian Piero Gasperini. Malheureusement pour le gaucher, cela ne lui permet pas d'enrayer la spirale négative dans laquelle est plongée sa carrière : une saison et cinq titularisations plus tard, l'Espagnol quitte la Botte pour un nouveau Sporting, celui d'Anderlecht, avec un nouvel échec à la clé.

A l'entraînement avec Extremadura., Instagram
A l'entraînement avec Extremadura. © Instagram

Si son nom est un temps lié au RC Lens et au Deportivo La Corogne, aucune solution ne se dégage pour Capel qui moisit dans le noyau C du RSCA. En août 2017, son contrat est finalement rompu. Libre de s'engager où bon lui semble, l'ailier qui approche alors la trentaine connaîtra une saison blanche avant de finalement trouver de l'embauche en D2 espagnole. À Extremadura, il retrouve son ancien coéquipier de Séville, José Antonio Reyes, qui décède tragiquement dans un accident de la route quelques mois après son arrivée. Après une triste saison et seulement 417 minutes de jeu en quinze apparition, Capel est une nouvelle fois libéré de son contrat.

Lors de la signature de son contrat à Malte., Facebook
Lors de la signature de son contrat à Malte. © Facebook

Sans club durant sept mois, il signe finalement en faveur de Birkirkara, en D1 maltaise, fin janvier dernier. Lors de l'interruption de la compétition, il comptait quarante minutes de jeu et un but en trois apparitions.

Débarqué en Belgique auréolé de son statut d'ex-international espagnol (deux matches en 2008), Diego Capel n'aura pas marqué les supporters mauves. En l'espace d'une saison au Parc Astrid, l'ailier gauche n'a glané que neuf titularisations pour 25 apparitions dans le onze de René Weiler. S'il ne restera pas dans les annales, l'Espagnol avait pourtant tout d'un joli coup à son arrivée en Jupiler Pro League à l'été 2016.Révélé au FC Séville pour lequel il dispute son premier match en 2004, le gaucher éclot véritablement trois ans plus tard, en 2007-2008. Combatif, il s'impose comme titulaire inamovible sur le flanc gauche des Blanquirrojos à tel point que Vicente del Bosque lui offre, à vingt ans à peine, ses deux premières (et dernières) sélections en équipe nationale. Une suite logique pour l'Andalou qui avait déjà remporté l'EURO à deux reprises avec les U19 et les U21 ibériques. En pleine hype, son nom est cité à Tottenham et même plus tard au Real Madrid pour remplacer Robinho. Resté fidèle au Stade Ramon Sanchez Pizjuan, Capel connaît son heure de gloire en 2010, inscrivant le premier but de la finale de la Copa del Rey 2010 remportée face à l'Atlético Madrid (0-2). Pourtant, il voit son temps de jeu grignoté petit à petit par son concurrent argentin Diego Perotti et en 2011, il finit par être transféré au Sporting Lisbonne.Dans la capitale lisboète, il fait la connaissance d'un certain Ricardo Sa Pinto qui lui fait confiance sur son traditionnel flanc gauche. Le Sporting se paye même le luxe d'atteindre les demi-finales de l'Europa League, éliminant au passage Manchester City. S'il restera finalement quatre saisons au Portugal, son temps de jeu diminue d'année en année et en 2014-2015, son dernier exercice avec le Sporting, il ne fait plus figure que de joker.Décidé à retrouver les terrains, Capel s'envole pour l'Italie où il débarque au Genoa de Gian Piero Gasperini. Malheureusement pour le gaucher, cela ne lui permet pas d'enrayer la spirale négative dans laquelle est plongée sa carrière : une saison et cinq titularisations plus tard, l'Espagnol quitte la Botte pour un nouveau Sporting, celui d'Anderlecht, avec un nouvel échec à la clé.Si son nom est un temps lié au RC Lens et au Deportivo La Corogne, aucune solution ne se dégage pour Capel qui moisit dans le noyau C du RSCA. En août 2017, son contrat est finalement rompu. Libre de s'engager où bon lui semble, l'ailier qui approche alors la trentaine connaîtra une saison blanche avant de finalement trouver de l'embauche en D2 espagnole. À Extremadura, il retrouve son ancien coéquipier de Séville, José Antonio Reyes, qui décède tragiquement dans un accident de la route quelques mois après son arrivée. Après une triste saison et seulement 417 minutes de jeu en quinze apparition, Capel est une nouvelle fois libéré de son contrat. Sans club durant sept mois, il signe finalement en faveur de Birkirkara, en D1 maltaise, fin janvier dernier. Lors de l'interruption de la compétition, il comptait quarante minutes de jeu et un but en trois apparitions.