L'histoire d'Houssem Aouar, c'est celle d'un gamin qui a parcouru les tribunes de Gerland avant de fouler la pelouse d'un Groupama Stadium flambant neuf. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a l'OL dans le sang. Après une victoire face Marseille, alors que les joueurs célèbrent dans le vestiaire, Maxwell Cornet prononce le mot "OM" dans un chant. Très vite Aouar le reprend et lui demande de dire "Marseille" pour rappeler que dans la tête des Lyonnais, il n'existe qu'un seul Olympique.

Né à Lyon, Houssem Aouar a grandi dans sa banlieue, à Villeurbanne plus exactement. Après avoir commencé le football à l'AS Tonkin Villeubanne, il rejoint le centre de formation de l'Olympique Lyonnais en 2009, à l'âge de 11 ans. Très vite, le milieu de terrain montre toute l'étendue de son talent. En 2014, il est sacré champion de France U17 après une victoire 3-1 face au PSG où il marque le premier but. Une folle saison où il empile 27 buts et 15 passes décisives. A 16 ans, il passe chez les U19 lyonnais et finira vice-champion de France U19 en 2016. Il inscrit 11 buts en 19 rencontres. A l'issue de cette saison, il signera son premier contrat professionnel avec les Gones quelques jours après ses 18 ans.

Au bout de l'hiver 2017, Houssem Aouar dépose sa carte de visite avec un ballon entre les jambes du gardien de l'AZ.

Très vite trop fort pour les jeunes de son âge, Aouar marque les esprits dès ses premières minutes en tant que professionnel. Le 16 février 2017, l'OL se déplace à l'AZ Alkmaar en seizième de finale d'Europa League et Aouar dispute les six dernières minutes de la rencontre. Mais c'est lors de la manche retour le 23 février, affublé du numéro 25, qu'il montre pour la première fois toute l'étendue de son talent et inscrit son premier but en pro en glissant la balle entre les jambes du gardien adverse. Lors de cette saison 2016-2017, Aouar ne disputera cependant que cinq rencontres. En plus de ces minutes face à l'AZ, le jeune Gone entrera en jeu face à Bastia (33e journée), Monaco (34e) et Nice (38e) pour un peu plus de 150 minutes disputées.

Houssem Aouar est un garçon réservé, qui compte faire son trou sans faire de vagues. Mais pour la saison 2017-2018, il récupère le numéro 8 laissé libre suite au départ de Corentin Tolisso. Et le numéro 8 à Lyon, ce n'est pas n'importe quel numéro. C'est celui de Juninho, légende vivante et capitaine des Gones qui a remporté sept titres consécutifs avec l'OL. Le gamin ne pourra pas se cacher. Il dispute 44 matchs toutes compétitions confondues, inscrit sept buts et délivre six passes décisives. Un total plus que respectable pour une première saison complète.

Houssem Aouar a choisi d'endosser le numéro 8. Celui de la légende lyonnaise Juninho., iStock
Houssem Aouar a choisi d'endosser le numéro 8. Celui de la légende lyonnaise Juninho. © iStock

Un goût de trop peu

L'année 2018-2019 doit alors être l'année de la confirmation pour Aouar, mais l'atmosphère à Lyon est pesante. Les supporters ne sont plus derrière l'entraîneur Bruno Genesio et le font comprendre. Une situation délicate puisque l'OL occupe la troisième place pendant la majeure partie de la saison. Et la saison du numéro huit est une nouvelle fois bonne, mais certains restent sur leur faim au vu du potentiel du garçon. Avec sept buts et huit passes décisives en Ligue 1 et trois passes décisives en Ligue des Champions, Aouar n'est pas encore le leader technique attendu.

Et la saison 2019-2020 démarre sur les mêmes bases. Malgré l'arrivée de Sylvinho, les résultats sont catastrophiques et l'OL patauge dans la deuxième moitié de tableau. Le jeune milieu de terrain est alors sous le feu des critiques. Trimballé à tous les postes, sur le flanc gauche, en récupérateur, en relayeur ou en numéro 10, on lui reproche un manque d'implication et de travail défensif. Mais le mal est plus profond. Le système de Rudi Garcia, qui a remplacé Sylvinho en cours de saison, ne convient pas à Aouar.

L'arrivée de Bruno Guimaraes au dernier mercato contribue au retour au premier plan d'Aouar.

"Il a du talent. Mais il a des réactions où l'on sent un ras-le-bol parce que le ballon ne vient pas comme il veut, parce qu'ils mettent trois heures à sortir le ballon, parce qu'il n'y a pas un milieu de terrain qui arrive à faire une passe vers l'avant quand lui est plus haut, parce que ce ne sont que de longs ballons", analyse Jérôme Rothen sur les ondes de RMC après la victoire de l'OL en coupe de France face à Marseille. Et l'unique buteur de la rencontre n'est autre qu'Houssem Aouar.

Parce que le numéro huit peut être appelé Monsieur Coupe. Il avait également offert la qualification à l'OL dans les arrêts de jeu face à Nice au tour précédent. Mais il ne s'est pas contenté d'être décisif en Coupe de France. Il joue également un rôle prépondérant dans les bons résultats du club en Ligue des Champions. Après deux passes décisives et un but en phase de poule, il donne l'assist sur l'unique but de la rencontre lors de la victoire 1-0 face à la Juventus en huitième de finale aller. Au fil des rencontres, Aouar s'impose comme le leader technique de l'attaque lyonnaise à la suite de la blessure de Memphis Depay. Et s'il n'avait jamais semblé aussi en forme qu'avant l'arrêt des compétitions pour cause de crise sanitaire, c'est sans doute grâce à l'arrivée d'un homme, Bruno Guimaraes.

Le but en Coupe est devenu l'une des marques de fabrique du Gone., iStock
Le but en Coupe est devenu l'une des marques de fabrique du Gone. © iStock

"Au niveau des statistiques (neuf buts et huit passes décisives toutes compétitions confondues), je suis très content de ma saison. Honnêtement, j'ai du mal à parler de moi, mais c'est vrai qu'à l'image de l'équipe, j'ai eu des creux. Je vais continuer à essayer d'apporter encore plus à l'OL, je suis 100% focalisé là-dessus. Le coach me donne beaucoup de liberté, c'est très avantageux pour moi. Bruno Guimaraes n'hésite jamais à me donner le ballon quand je viens le chercher donc ça me facilite la tâche car ça me donne de la confiance. Et c'est ce dont j'ai besoin dans mon jeu", déclare Aouar lors d'une conférence de presse début mars.

L'heure du choix

Des bonnes performances qui posent la question de la sélection nationale. Comme son idole Zinédine Zidane, Houssem Aouar dispose de la double nationalité, française et algérienne. Et comme le double Z, son choix semble se diriger vers les Bleus. Le milieu de 21 ans a d'ailleurs porté le maillot des U21 français à quatorze reprises pour quatre buts avec les Bleuets.

Souvent questionné sur une potentielle convocation chez les Bleus, Aouar a toujours répondu parler sur le terrain et voir ce qu'il se passerait en cas de bonnes performances. Et le joueur est gardé à l'oeil par Didier Deschamps, comme l'avait expliqué son adjoint chez les Bleus Guy Stéphan sur le plateau de Téléfoot en début d'année: "C'est un joueur très subtil, technique, avec une bonne vision du jeu, à l'aise avec le ballon, et qui marque des buts. C'est un joueur avec un fort potentiel. Mais on est le 20 janvier. La prochaine liste est mi-mars. Deux mois, c'est loin, il y aura encore beaucoup de matches avant cette liste."

Le Bleu lui va si bien., iStock
Le Bleu lui va si bien. © iStock

Les bonnes performances de celui dont le style évoque celui d'un Andrés Iniesta n'attirent pas seulement les convoitises du sélectionneur national. Avec la plus que probable non-qualification de l'OL pour une coupe d'Europe, un départ semble inévitable. Le président Jean-Michel Aulas aurait fixé le prix de vente à 50 millions et parmi les clubs intéressés, on retrouve le PSG, la Juventus, Liverpool, Manchester City ou encore Arsenal. L'avenir d'Houssem Aouar ne se trouve donc certainement pas parmi ses Gones.

Par Jérôme Jordens (st.)

L'histoire d'Houssem Aouar, c'est celle d'un gamin qui a parcouru les tribunes de Gerland avant de fouler la pelouse d'un Groupama Stadium flambant neuf. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il a l'OL dans le sang. Après une victoire face Marseille, alors que les joueurs célèbrent dans le vestiaire, Maxwell Cornet prononce le mot "OM" dans un chant. Très vite Aouar le reprend et lui demande de dire "Marseille" pour rappeler que dans la tête des Lyonnais, il n'existe qu'un seul Olympique.Né à Lyon, Houssem Aouar a grandi dans sa banlieue, à Villeurbanne plus exactement. Après avoir commencé le football à l'AS Tonkin Villeubanne, il rejoint le centre de formation de l'Olympique Lyonnais en 2009, à l'âge de 11 ans. Très vite, le milieu de terrain montre toute l'étendue de son talent. En 2014, il est sacré champion de France U17 après une victoire 3-1 face au PSG où il marque le premier but. Une folle saison où il empile 27 buts et 15 passes décisives. A 16 ans, il passe chez les U19 lyonnais et finira vice-champion de France U19 en 2016. Il inscrit 11 buts en 19 rencontres. A l'issue de cette saison, il signera son premier contrat professionnel avec les Gones quelques jours après ses 18 ans. Très vite trop fort pour les jeunes de son âge, Aouar marque les esprits dès ses premières minutes en tant que professionnel. Le 16 février 2017, l'OL se déplace à l'AZ Alkmaar en seizième de finale d'Europa League et Aouar dispute les six dernières minutes de la rencontre. Mais c'est lors de la manche retour le 23 février, affublé du numéro 25, qu'il montre pour la première fois toute l'étendue de son talent et inscrit son premier but en pro en glissant la balle entre les jambes du gardien adverse. Lors de cette saison 2016-2017, Aouar ne disputera cependant que cinq rencontres. En plus de ces minutes face à l'AZ, le jeune Gone entrera en jeu face à Bastia (33e journée), Monaco (34e) et Nice (38e) pour un peu plus de 150 minutes disputées.Houssem Aouar est un garçon réservé, qui compte faire son trou sans faire de vagues. Mais pour la saison 2017-2018, il récupère le numéro 8 laissé libre suite au départ de Corentin Tolisso. Et le numéro 8 à Lyon, ce n'est pas n'importe quel numéro. C'est celui de Juninho, légende vivante et capitaine des Gones qui a remporté sept titres consécutifs avec l'OL. Le gamin ne pourra pas se cacher. Il dispute 44 matchs toutes compétitions confondues, inscrit sept buts et délivre six passes décisives. Un total plus que respectable pour une première saison complète.L'année 2018-2019 doit alors être l'année de la confirmation pour Aouar, mais l'atmosphère à Lyon est pesante. Les supporters ne sont plus derrière l'entraîneur Bruno Genesio et le font comprendre. Une situation délicate puisque l'OL occupe la troisième place pendant la majeure partie de la saison. Et la saison du numéro huit est une nouvelle fois bonne, mais certains restent sur leur faim au vu du potentiel du garçon. Avec sept buts et huit passes décisives en Ligue 1 et trois passes décisives en Ligue des Champions, Aouar n'est pas encore le leader technique attendu.Et la saison 2019-2020 démarre sur les mêmes bases. Malgré l'arrivée de Sylvinho, les résultats sont catastrophiques et l'OL patauge dans la deuxième moitié de tableau. Le jeune milieu de terrain est alors sous le feu des critiques. Trimballé à tous les postes, sur le flanc gauche, en récupérateur, en relayeur ou en numéro 10, on lui reproche un manque d'implication et de travail défensif. Mais le mal est plus profond. Le système de Rudi Garcia, qui a remplacé Sylvinho en cours de saison, ne convient pas à Aouar. "Il a du talent. Mais il a des réactions où l'on sent un ras-le-bol parce que le ballon ne vient pas comme il veut, parce qu'ils mettent trois heures à sortir le ballon, parce qu'il n'y a pas un milieu de terrain qui arrive à faire une passe vers l'avant quand lui est plus haut, parce que ce ne sont que de longs ballons", analyse Jérôme Rothen sur les ondes de RMC après la victoire de l'OL en coupe de France face à Marseille. Et l'unique buteur de la rencontre n'est autre qu'Houssem Aouar. Parce que le numéro huit peut être appelé Monsieur Coupe. Il avait également offert la qualification à l'OL dans les arrêts de jeu face à Nice au tour précédent. Mais il ne s'est pas contenté d'être décisif en Coupe de France. Il joue également un rôle prépondérant dans les bons résultats du club en Ligue des Champions. Après deux passes décisives et un but en phase de poule, il donne l'assist sur l'unique but de la rencontre lors de la victoire 1-0 face à la Juventus en huitième de finale aller. Au fil des rencontres, Aouar s'impose comme le leader technique de l'attaque lyonnaise à la suite de la blessure de Memphis Depay. Et s'il n'avait jamais semblé aussi en forme qu'avant l'arrêt des compétitions pour cause de crise sanitaire, c'est sans doute grâce à l'arrivée d'un homme, Bruno Guimaraes."Au niveau des statistiques (neuf buts et huit passes décisives toutes compétitions confondues), je suis très content de ma saison. Honnêtement, j'ai du mal à parler de moi, mais c'est vrai qu'à l'image de l'équipe, j'ai eu des creux. Je vais continuer à essayer d'apporter encore plus à l'OL, je suis 100% focalisé là-dessus. Le coach me donne beaucoup de liberté, c'est très avantageux pour moi. Bruno Guimaraes n'hésite jamais à me donner le ballon quand je viens le chercher donc ça me facilite la tâche car ça me donne de la confiance. Et c'est ce dont j'ai besoin dans mon jeu", déclare Aouar lors d'une conférence de presse début mars.Des bonnes performances qui posent la question de la sélection nationale. Comme son idole Zinédine Zidane, Houssem Aouar dispose de la double nationalité, française et algérienne. Et comme le double Z, son choix semble se diriger vers les Bleus. Le milieu de 21 ans a d'ailleurs porté le maillot des U21 français à quatorze reprises pour quatre buts avec les Bleuets.Souvent questionné sur une potentielle convocation chez les Bleus, Aouar a toujours répondu parler sur le terrain et voir ce qu'il se passerait en cas de bonnes performances. Et le joueur est gardé à l'oeil par Didier Deschamps, comme l'avait expliqué son adjoint chez les Bleus Guy Stéphan sur le plateau de Téléfoot en début d'année: "C'est un joueur très subtil, technique, avec une bonne vision du jeu, à l'aise avec le ballon, et qui marque des buts. C'est un joueur avec un fort potentiel. Mais on est le 20 janvier. La prochaine liste est mi-mars. Deux mois, c'est loin, il y aura encore beaucoup de matches avant cette liste."Les bonnes performances de celui dont le style évoque celui d'un Andrés Iniesta n'attirent pas seulement les convoitises du sélectionneur national. Avec la plus que probable non-qualification de l'OL pour une coupe d'Europe, un départ semble inévitable. Le président Jean-Michel Aulas aurait fixé le prix de vente à 50 millions et parmi les clubs intéressés, on retrouve le PSG, la Juventus, Liverpool, Manchester City ou encore Arsenal. L'avenir d'Houssem Aouar ne se trouve donc certainement pas parmi ses Gones.Par Jérôme Jordens (st.)