Zéro minute. Bien qu'il ait été envoyé à l'échauffement avec Isco en seconde période, Eden Hazard n'a pas foulé la pelouse du Guiseppe Meazza lors du match de Ligue des Champions contre l'Inter. C'est un peu petit peu comme si vous preniez votre ticket à la boucherie, mais que vous n'étiez finalement pas servi. Ruud Vormer, le capitaine du Club Bruges, a d'ailleurs connu la même mésaventure contre le PSG.

Certains médias estimaient que c'était un coup dur pour le Galáctico belge. Selon eux, Hazard doit désormais laisser Lucas Vázquez, qui a commencé le match, et Rodrygo, qui est entré, prendre l'avantage dans une hiérarchie où Vinícius Jr lui est passé devant. Mais remettons un peu ces éléments en perspective un instant.

Dimanche dernier, notre compatriote a subi un violent tacle et pris un coup de pied dans le genou de la part du Colombien Jeison Murillo lors du match de championnat contre le Celta Vigo. Peut-être n'avait-il pas complètement digéré cette attaque physiquement et/ou mentalement ?

Eden Hazard au sol après un tacle très rugueux du Colombien du Celta Vigo, Jeison Murillo., iStock
Eden Hazard au sol après un tacle très rugueux du Colombien du Celta Vigo, Jeison Murillo. © iStock

Rappelons que la saison dernière, le natif de La Louvière donnait souvent l'impression de jouer avec le frein à main et de vouloir autant que possible éviter les duels afin de ne pas prendre de mauvais coup sur une cheville droite qui n'arrêtait pas de lui causer du tracas. Ce n'est que lorsque Lieven Maesschalck s'est impliqué dans l'entreprise que Hazard a semblé pouvoir tourner le bouton. À l'EURO, notamment dans la bataille contre le Portugal, on a revu le Hazard, qui se défend comme un diable et n'hésite plus à provoquer le duel.

Ce constat s'est confirmé contre la République tchèque au début de ce mois : en plus de retrouver sa capacité à réussir des dribbles, Eden avait aussi marqué. Il s'est ensuite rendu en tant que capitaine de l'équipe nationale à Kazan (alors que Thibaut Courtois était déjà autorisé à retourner à Madrid), où il a dû, de manière inattendue, entrer au jeu alors que le marquoir n'affichait qu'un petit but d'avance pour ses couleurs contre la Biélorussie.

Jusqu'à présent, il a participé aux quatre matches de Liga du Real Madrid et a été titularisé à trois reprises. Dans l'exigeante cité de Madrid, le son de cloche était le même. Hazard joue clairement au football avec de plus en plus de confiance, même s'il n'a pas encore marqué cette saison pour les Merengues (mais a délivré une passe décisive) et n'a surtout pas encore terminé un seul match.

On peut imaginer que pour un joueur avec un historique de blessures aussi lourd sur ces deux dernières années, le dosage prend toute son importance. Alors, il ne faut peut-être pas paniquer et croire que Carlo Ancelotti a déjà rayé le Brainois de ses plans. Pour rappel, au même moment la saison dernière, Eden Hazard affichait exactement... zéro minute à son compteur de jeu. Zéro minute.

Zéro minute. Bien qu'il ait été envoyé à l'échauffement avec Isco en seconde période, Eden Hazard n'a pas foulé la pelouse du Guiseppe Meazza lors du match de Ligue des Champions contre l'Inter. C'est un peu petit peu comme si vous preniez votre ticket à la boucherie, mais que vous n'étiez finalement pas servi. Ruud Vormer, le capitaine du Club Bruges, a d'ailleurs connu la même mésaventure contre le PSG. Certains médias estimaient que c'était un coup dur pour le Galáctico belge. Selon eux, Hazard doit désormais laisser Lucas Vázquez, qui a commencé le match, et Rodrygo, qui est entré, prendre l'avantage dans une hiérarchie où Vinícius Jr lui est passé devant. Mais remettons un peu ces éléments en perspective un instant.Dimanche dernier, notre compatriote a subi un violent tacle et pris un coup de pied dans le genou de la part du Colombien Jeison Murillo lors du match de championnat contre le Celta Vigo. Peut-être n'avait-il pas complètement digéré cette attaque physiquement et/ou mentalement ?Rappelons que la saison dernière, le natif de La Louvière donnait souvent l'impression de jouer avec le frein à main et de vouloir autant que possible éviter les duels afin de ne pas prendre de mauvais coup sur une cheville droite qui n'arrêtait pas de lui causer du tracas. Ce n'est que lorsque Lieven Maesschalck s'est impliqué dans l'entreprise que Hazard a semblé pouvoir tourner le bouton. À l'EURO, notamment dans la bataille contre le Portugal, on a revu le Hazard, qui se défend comme un diable et n'hésite plus à provoquer le duel.Ce constat s'est confirmé contre la République tchèque au début de ce mois : en plus de retrouver sa capacité à réussir des dribbles, Eden avait aussi marqué. Il s'est ensuite rendu en tant que capitaine de l'équipe nationale à Kazan (alors que Thibaut Courtois était déjà autorisé à retourner à Madrid), où il a dû, de manière inattendue, entrer au jeu alors que le marquoir n'affichait qu'un petit but d'avance pour ses couleurs contre la Biélorussie.Jusqu'à présent, il a participé aux quatre matches de Liga du Real Madrid et a été titularisé à trois reprises. Dans l'exigeante cité de Madrid, le son de cloche était le même. Hazard joue clairement au football avec de plus en plus de confiance, même s'il n'a pas encore marqué cette saison pour les Merengues (mais a délivré une passe décisive) et n'a surtout pas encore terminé un seul match.On peut imaginer que pour un joueur avec un historique de blessures aussi lourd sur ces deux dernières années, le dosage prend toute son importance. Alors, il ne faut peut-être pas paniquer et croire que Carlo Ancelotti a déjà rayé le Brainois de ses plans. Pour rappel, au même moment la saison dernière, Eden Hazard affichait exactement... zéro minute à son compteur de jeu. Zéro minute.