A noter que contrairement à ce qui a circulé dans certains médias jeudi matin, le président du Standard de Liège Bruno Venanzi, dont le club a également fait l'objet de perquisitions mercredi, n'a pas été interpellé.

Olivier Smeets, chargé des relations presse de la formation liégeoise a démenti cette information auprès de l'agence Belga jeudi matin.