"J'en connais beaucoup plus sur le football que vous" était la réponse cinglante de Luis Enrique à la presse espagnole qui venait de remettre en question la sélection pour le Final Four de la dernière Ligue des Nations.

L'entraîneur avait alors résolument fait le choix de la jeunesse. Dans son noyau, l'on retrouvait des jeunes talents comme Gavi, Eric García, Bryan Gil et Yéremy Pino. Comment ce quatuor a-t-il évolué depuis lors ?

Gavi: un nouveau vent frais au Barça

Après le tournoi que l'Espagne a terminé à la deuxième place après avoir perdu la finale contre la France, les médias espagnols ont dû admettre que la tactique de l'entraîneur avait fonctionné. En particulier, le choix de Gavi, seulement âgé de 17 ans. Le plus jeune joueur à commencer un match dans l'histoire de la Roja, a mis l'eau à la bouche des amateurs espagnols de football.

En demi-finale, le produit de formation du Barça a fait voler en éclats le milieu de terrain du champion d'Europe italien. Marco Verratti, l'idole de Gavi, a souffert tout au long du match face au petit Espagnol.

Le sélectionneur de la Roja n'a pas tari d'éloges sur le milieu de terrain. "Je connais Gavi du centre de formation de Barcelone. Il n'est pas seulement un joueur pour l'avenir de son club et de l'équipe nationale, mais aussi pour le présent", a-t-il déclaré. Depuis ses débuts en Ligue des Nations, l'adolescent n'a ensuite plus jamais quitté le onze de départ de l'Espagne.

Au FC Barcelone, les choses se déroulent bien aussi pour Gavi. C'est Ronald Koeman qui l'a d'abord intégré à l'équipe, mais il a encore pris une autre dimension avec l'arrivée de Xavi. Avec un autre jeune, Pedri, il symbolise le renouveau de son club depuis quelques semaines. On n'hésite d'ailleurs pas à comparer Gavi à une légende du club blaugrana, Andrès Iniesta. Attention, à ce que ce type de surnom ne finisse pas par devenir pesant à la longue.

Gavi est déjà perçu comme le nouvel Andrès Iniesta à Barcelone., iStock
Gavi est déjà perçu comme le nouvel Andrès Iniesta à Barcelone. © iStock

Eric García : la valeur sûre

Les journalistes espagnols ont froncé les sourcils lorsqu'ils ont vu qu'Eric García était également sélectionné. Beaucoup estimaient que l'ancien de Manchester City réalisait une saison très médiocre au FC Barcelone. Luis Enrique a réagi et protégé son défenseur central. "Je pense qu'il se débrouille bien à Barcelone", avait affirmé le sélectionneur espagnol à l'époque. Le fait qu'Eric Garcia soit appelé était une demi-surprise, car le défenseur était une valeur sûre lors des matches de qualification pour la Coupe du monde au Qatar.

García a été formé à La Masía, avant de rejoindre les rangs de Manchester City à l'âge de seize ans. En Angleterre, il n'a pas réussi à s'imposer et est revenu au sein de son club formateur cet été (un peu comme Gérard Piqué voici un certain temps en provenance de Manchester United). Chez les Blaugranas, le staff semble croire en lui puisqu'il est devenu un élément incontournable de la défense.

Revenu cet été au Camp Nou, Eric Garcia est devenu une valeur sûre de la défense centrale du Barça., iStock
Revenu cet été au Camp Nou, Eric Garcia est devenu une valeur sûre de la défense centrale du Barça. © iStock

Bryan Gil : se relancer à Valence

Bryan Gil n'avait pas été initialement repris pour ce Final Four mais le forfait de Marcos Llorente lui a permis de prendre part à l'aventure. Il a joué 15 minutes en demi-finale contre l'Italie et le milieu de terrain assez mince y a fait étalage de sa classe.

L'été dernier, ce jeune produit du FC Séville a été recruté par Tottenham Hotspur. Au cours de la première moitié de la saison, Gil n'a fait que quelques apparitions d'une poignée de minutes en tant que remplaçant pour le club du nord de Londres. En janvier, il est loué à Valence,jusqu'à la fin de la saison. Au Mestalla, il a retrouvé sa place dans le onze de base.

Bryan Gil, iStock
Bryan Gil © iStock

Yéremy Pino : un quadruplé contre l'Espanyol

Le jeune Yéremy Pino, 19 ans, était sans doute la plus grande surprise de cette sélection espagnole d'octobre dernier. Le joueur de Villarreal a aussi profité des absences de membres réguliers du noyau comme Álvaro Morata et son coéquipier en club Gerard Moreno, pour s'inviter au citytrip de la Roja en Italie.

Le mois dernier, l'attaquant de poche s'est révélé aux yeux du plus grand nombre en inscrivant quatre buts lors d'un match de championnat contre l'Espanyol. Il est ainsi devenu le plus jeune joueur à réaliser un triplé en Liga. Le nom de l'attaquant est déjà associé à un transfert à Leicester, Arsenal ou au Real Madrid.

Gavi, Eric García et Yéremy Pino font partie du groupe pour les matchs internationaux de ce week-end et de la semaine prochaine. Bryan Gil n'a pas été appelé.

Yeremy Pino célèbre le but de Ferran Torres contre l'Albanie., iStock
Yeremy Pino célèbre le but de Ferran Torres contre l'Albanie. © iStock
"J'en connais beaucoup plus sur le football que vous" était la réponse cinglante de Luis Enrique à la presse espagnole qui venait de remettre en question la sélection pour le Final Four de la dernière Ligue des Nations.L'entraîneur avait alors résolument fait le choix de la jeunesse. Dans son noyau, l'on retrouvait des jeunes talents comme Gavi, Eric García, Bryan Gil et Yéremy Pino. Comment ce quatuor a-t-il évolué depuis lors ?Après le tournoi que l'Espagne a terminé à la deuxième place après avoir perdu la finale contre la France, les médias espagnols ont dû admettre que la tactique de l'entraîneur avait fonctionné. En particulier, le choix de Gavi, seulement âgé de 17 ans. Le plus jeune joueur à commencer un match dans l'histoire de la Roja, a mis l'eau à la bouche des amateurs espagnols de football.En demi-finale, le produit de formation du Barça a fait voler en éclats le milieu de terrain du champion d'Europe italien. Marco Verratti, l'idole de Gavi, a souffert tout au long du match face au petit Espagnol.Le sélectionneur de la Roja n'a pas tari d'éloges sur le milieu de terrain. "Je connais Gavi du centre de formation de Barcelone. Il n'est pas seulement un joueur pour l'avenir de son club et de l'équipe nationale, mais aussi pour le présent", a-t-il déclaré. Depuis ses débuts en Ligue des Nations, l'adolescent n'a ensuite plus jamais quitté le onze de départ de l'Espagne.Au FC Barcelone, les choses se déroulent bien aussi pour Gavi. C'est Ronald Koeman qui l'a d'abord intégré à l'équipe, mais il a encore pris une autre dimension avec l'arrivée de Xavi. Avec un autre jeune, Pedri, il symbolise le renouveau de son club depuis quelques semaines. On n'hésite d'ailleurs pas à comparer Gavi à une légende du club blaugrana, Andrès Iniesta. Attention, à ce que ce type de surnom ne finisse pas par devenir pesant à la longue.Les journalistes espagnols ont froncé les sourcils lorsqu'ils ont vu qu'Eric García était également sélectionné. Beaucoup estimaient que l'ancien de Manchester City réalisait une saison très médiocre au FC Barcelone. Luis Enrique a réagi et protégé son défenseur central. "Je pense qu'il se débrouille bien à Barcelone", avait affirmé le sélectionneur espagnol à l'époque. Le fait qu'Eric Garcia soit appelé était une demi-surprise, car le défenseur était une valeur sûre lors des matches de qualification pour la Coupe du monde au Qatar. García a été formé à La Masía, avant de rejoindre les rangs de Manchester City à l'âge de seize ans. En Angleterre, il n'a pas réussi à s'imposer et est revenu au sein de son club formateur cet été (un peu comme Gérard Piqué voici un certain temps en provenance de Manchester United). Chez les Blaugranas, le staff semble croire en lui puisqu'il est devenu un élément incontournable de la défense.Bryan Gil n'avait pas été initialement repris pour ce Final Four mais le forfait de Marcos Llorente lui a permis de prendre part à l'aventure. Il a joué 15 minutes en demi-finale contre l'Italie et le milieu de terrain assez mince y a fait étalage de sa classe.L'été dernier, ce jeune produit du FC Séville a été recruté par Tottenham Hotspur. Au cours de la première moitié de la saison, Gil n'a fait que quelques apparitions d'une poignée de minutes en tant que remplaçant pour le club du nord de Londres. En janvier, il est loué à Valence,jusqu'à la fin de la saison. Au Mestalla, il a retrouvé sa place dans le onze de base.Le jeune Yéremy Pino, 19 ans, était sans doute la plus grande surprise de cette sélection espagnole d'octobre dernier. Le joueur de Villarreal a aussi profité des absences de membres réguliers du noyau comme Álvaro Morata et son coéquipier en club Gerard Moreno, pour s'inviter au citytrip de la Roja en Italie.Le mois dernier, l'attaquant de poche s'est révélé aux yeux du plus grand nombre en inscrivant quatre buts lors d'un match de championnat contre l'Espanyol. Il est ainsi devenu le plus jeune joueur à réaliser un triplé en Liga. Le nom de l'attaquant est déjà associé à un transfert à Leicester, Arsenal ou au Real Madrid.Gavi, Eric García et Yéremy Pino font partie du groupe pour les matchs internationaux de ce week-end et de la semaine prochaine. Bryan Gil n'a pas été appelé.