Anthony Vanden Borre n'est pas un footballeur comme les autres. "C'est le plus grand talent que je n'ai jamais vu de ma carrière", disait Van Himst à son propos, lors de ses débuts. Considéré comme un des plus talentueux de sa génération, le Bruxellois a beaucoup voyagé, à la recherche du club idéal qui lui permettrait de prouver une bonne fois pour toutes l'étendue de son potentiel. En vain.

Aujourd'hui, on se penche sur la première aventure à l'étranger du latéral droit, direction l'Italie et Florence. Après des débuts précoces (il fait sa première apparition en D1 à 16 ans seulement) et contrastés en équipe première à Anderlecht, Vanden Borre n'est pas indiscutable chez les Mauves. En 2006, il est barré par un certain Marcin Wasilewski. C'est l'occasion pour le jeune prometteur de tenter l'aventure à l'étranger. En 2007, il s'engage pour 4 ans avec la Fiorentina. Le montant du transfert est estimé à 3,6 millions d'euros.

Anthony Vanden Borre trébuche avec la Fiorentina., reuters
Anthony Vanden Borre trébuche avec la Fiorentina. © reuters

Idéal pour percer en Serie A ? Sur papier, oui. Car sur le terrain, l'histoire tourne très vite à la déconvenue. Arrivé durant le mois de mars, il ne jouera qu'à partir de la saison suivante, en août 2007. Le bilan du Bruxellois à la Fiorentina est famélique. Son passage ne laissera pas un souvenir impérissable. Anthony Vanden Borre ne disputera que deux rencontres avec les Gigliati. En janvier 2008, le Belge est prêté à la Genoa, qui en fera l'acquisition au terme de la saison.

Mais la suite de sa carrière n'en sera pas plus stable. Le Belge multiplie les expériences diverses. Portsmouth, Tavria Simferopol (Ukraine), Genk, Montpellier, TP Mazembe,... des passages entrecoupés de retours à Anderlecht. On le sait, le "grand pote" de Vincent Kompany s'est entraîné à Anderlecht ces derniers mois. Il pourrait se voir donner une ultime chance au RSCA la saison prochaine.

Anthony Vanden Borre n'est pas un footballeur comme les autres. "C'est le plus grand talent que je n'ai jamais vu de ma carrière", disait Van Himst à son propos, lors de ses débuts. Considéré comme un des plus talentueux de sa génération, le Bruxellois a beaucoup voyagé, à la recherche du club idéal qui lui permettrait de prouver une bonne fois pour toutes l'étendue de son potentiel. En vain.Aujourd'hui, on se penche sur la première aventure à l'étranger du latéral droit, direction l'Italie et Florence. Après des débuts précoces (il fait sa première apparition en D1 à 16 ans seulement) et contrastés en équipe première à Anderlecht, Vanden Borre n'est pas indiscutable chez les Mauves. En 2006, il est barré par un certain Marcin Wasilewski. C'est l'occasion pour le jeune prometteur de tenter l'aventure à l'étranger. En 2007, il s'engage pour 4 ans avec la Fiorentina. Le montant du transfert est estimé à 3,6 millions d'euros.Idéal pour percer en Serie A ? Sur papier, oui. Car sur le terrain, l'histoire tourne très vite à la déconvenue. Arrivé durant le mois de mars, il ne jouera qu'à partir de la saison suivante, en août 2007. Le bilan du Bruxellois à la Fiorentina est famélique. Son passage ne laissera pas un souvenir impérissable. Anthony Vanden Borre ne disputera que deux rencontres avec les Gigliati. En janvier 2008, le Belge est prêté à la Genoa, qui en fera l'acquisition au terme de la saison. Mais la suite de sa carrière n'en sera pas plus stable. Le Belge multiplie les expériences diverses. Portsmouth, Tavria Simferopol (Ukraine), Genk, Montpellier, TP Mazembe,... des passages entrecoupés de retours à Anderlecht. On le sait, le "grand pote" de Vincent Kompany s'est entraîné à Anderlecht ces derniers mois. Il pourrait se voir donner une ultime chance au RSCA la saison prochaine.