Si la spécificité de la formation de la Masia rend l'adaptation difficile pour ceux qui débarquent à Barcelone sur le tard, la tâche n'est pas moins ardue pour ceux qui quittent la Catalogne.

En quête de temps de jeu après une saison aux trop rares apparitions, Jeffren, aujourd'hui à Eupen, a fait le choix du Portugal et du Sporting. Et n'y a jamais réussi : " Ce n'est pas facile, parce que tu es habitué à jouer avec un jeu au sol et 60, voire 70% de possession de balle. Quand tu te retrouves dans une équipe qui balance des longs ballons et qui n'a la balle que 40% du temps, ce n'est pas du tout pareil. "

" Dans une équipe qui n'a pas la même identité, le joueur formé à la Masia va avoir des problèmes ", explique Gérard Piqué. " Je pense que nous sommes esclaves de notre style. " Javier Martos, le défenseur carolo, confirme : " J'ai passé un an et demi à me sentir presque incompris dans les équipes où je suis passé. J'ai eu des situations où tu t'attends à ce qu'un équipier te donne une solution devant toi, mais elle n'arrive pas, donc tu dois la créer toi-même. C'était totalement différent de ce que je connaissais. Et là, tu as deux options : tu t'adaptes, ou tu meurs comme joueur. Parce que tu ne reviendras pas à Barcelone. "

Ceux qui réussissent à sauter le pas le font souvent dans des contextes favorables : Thiago Alcantara s'épanouit, mais il évolue dans le Bayern de Pep Guardiola. Nolito ou Fontas ont explosé dans le Celta Vigo de Luis Enrique, dont Eduardo Berizzo n'a pas effacé les grandes lignes. Par contre, Bojan Krkic n'a jamais vraiment trouvé ses marques ailleurs, et Pedro semble parfois perdu dans le jeu de Chelsea. Roberto Trashorras confirme que ses bonnes prestations au Rayo sont dues à la philosophie très barcelonaise de Paco Jemez : " J'ai toujours maintenu les valeurs du Barça dans mon jeu mais avec certains coaches, c'était difficile. "

Sans oublier que le joueur du Barça débarque souvent ailleurs avec une encombrante étiquette. Jeffren confirme avoir parfois été transféré " pour le nom. Je venais de Barcelone, ils pensaient que je pourrais changer quelque chose dans le club rien que pour ça. "

Par Guillaume Gautier, à Barcelone

Retrouvez l'intégralité du dossier consacré au Barça dans votre Sport/Foot Magazine

Si la spécificité de la formation de la Masia rend l'adaptation difficile pour ceux qui débarquent à Barcelone sur le tard, la tâche n'est pas moins ardue pour ceux qui quittent la Catalogne.En quête de temps de jeu après une saison aux trop rares apparitions, Jeffren, aujourd'hui à Eupen, a fait le choix du Portugal et du Sporting. Et n'y a jamais réussi : " Ce n'est pas facile, parce que tu es habitué à jouer avec un jeu au sol et 60, voire 70% de possession de balle. Quand tu te retrouves dans une équipe qui balance des longs ballons et qui n'a la balle que 40% du temps, ce n'est pas du tout pareil. "" Dans une équipe qui n'a pas la même identité, le joueur formé à la Masia va avoir des problèmes ", explique Gérard Piqué. " Je pense que nous sommes esclaves de notre style. " Javier Martos, le défenseur carolo, confirme : " J'ai passé un an et demi à me sentir presque incompris dans les équipes où je suis passé. J'ai eu des situations où tu t'attends à ce qu'un équipier te donne une solution devant toi, mais elle n'arrive pas, donc tu dois la créer toi-même. C'était totalement différent de ce que je connaissais. Et là, tu as deux options : tu t'adaptes, ou tu meurs comme joueur. Parce que tu ne reviendras pas à Barcelone. "Ceux qui réussissent à sauter le pas le font souvent dans des contextes favorables : Thiago Alcantara s'épanouit, mais il évolue dans le Bayern de Pep Guardiola. Nolito ou Fontas ont explosé dans le Celta Vigo de Luis Enrique, dont Eduardo Berizzo n'a pas effacé les grandes lignes. Par contre, Bojan Krkic n'a jamais vraiment trouvé ses marques ailleurs, et Pedro semble parfois perdu dans le jeu de Chelsea. Roberto Trashorras confirme que ses bonnes prestations au Rayo sont dues à la philosophie très barcelonaise de Paco Jemez : " J'ai toujours maintenu les valeurs du Barça dans mon jeu mais avec certains coaches, c'était difficile. "Sans oublier que le joueur du Barça débarque souvent ailleurs avec une encombrante étiquette. Jeffren confirme avoir parfois été transféré " pour le nom. Je venais de Barcelone, ils pensaient que je pourrais changer quelque chose dans le club rien que pour ça. "Par Guillaume Gautier, à BarceloneRetrouvez l'intégralité du dossier consacré au Barça dans votre Sport/Foot Magazine