C'est lors d'un après-midi ensoleillé à Wembley que Forest a disputé la finale des play-offs de montée en Premier League contre Huddersfield FC. Un exploit en soi, car les Tricky Trees étaient derniers du Championship après sept journées, lors desquelles ils n'avaient engrangé qu'une seule unité. La nomination du manager Steve Cooper a cependant permis d'opérer une remontée spectaculaire qui a assuré une quatrième place, synonyme de Play-offs totalement inattendus à la fin de la phase classique. En finale, ils l'ont emporté dans un match très fermé grâce à un but contre son camp de Lewis Colwill. Nottingham Forest retrouvait donc la Premier League pendant qu'Huddersfield était condamné à une nouvelle saison dans l'épuisant purgatoire qu'est le Championship.
...

C'est lors d'un après-midi ensoleillé à Wembley que Forest a disputé la finale des play-offs de montée en Premier League contre Huddersfield FC. Un exploit en soi, car les Tricky Trees étaient derniers du Championship après sept journées, lors desquelles ils n'avaient engrangé qu'une seule unité. La nomination du manager Steve Cooper a cependant permis d'opérer une remontée spectaculaire qui a assuré une quatrième place, synonyme de Play-offs totalement inattendus à la fin de la phase classique. En finale, ils l'ont emporté dans un match très fermé grâce à un but contre son camp de Lewis Colwill. Nottingham Forest retrouvait donc la Premier League pendant qu'Huddersfield était condamné à une nouvelle saison dans l'épuisant purgatoire qu'est le Championship.Il y a 23 ans que le City Ground de Nottingham n'a plus vécu de soirées dans la plus haute division du football d'outre-Manche. Un stade anglais au design assez classique et magnifiquement situé sur les rives de la rivière Trent. De l'autre côté , se trouve Meadow Lane, l'antre de Notts County, l'autre club tout aussi emblématique de la ville. Nulle part en Angleterre, deux stades sont aussi proches l'un de l'autre que ces deux-là. Cela prouve à quel point le football est vivant à Nottingham, parfois considérée comme l'un des berceaux de ce sport.Pendant des années, Forest a été l'illustration parfaite du géant endormi : un grand club historique avec un public fidèle qui vivait sur un glorieux passé marqué par deux sacres en C1 en 1979 et 1980. Mais au début de ce siècle, la mauvaise gestion du club a eu raison de ses ambitions sportives. Heureusement, cette période semble révolue, même s'il faudra voir combien de temps Nottingham Forest pourra survivre en Premier League.Le club a déjà procédé à de nombreux changements dans son propre noyau, ce qui ne manquera pas de donner du fil à retordre au manager Cooper. L'entraîneur anglais a surpris amis et adversaires en contribuant à la remontée du club historique, mais le maintien en Premier League s'annonce une mission encore plus difficile. Le gardien de but Brice Samba, héros des demi-finales des play-offs, est parti à Lens. Nottingham Forest a aussi beaucoup compté la saison dernière sur la qualité de joueurs loués, comme Sam Garner (Manchester United), Philip Zinckernagel (Olympiacos) et Djed Spence (Tottenham). Tous ces joueurs ont joué un rôle important dans la montée. Ils ne seront cependant plus là cette saison. Le grand espoir de Forest est le jeune super-talent gallois Brennan Johnson. Cet attaquant rapide, qui a également marqué contre les Diables rouges lors du match de Nations League contre le Pays de Galles, s'est pleinement épanoui sous la direction de Steve Cooper la saison dernière. Il a marqué 19 buts, avec un remarquable regain de forme en fin de saison. C'est lui qui a emmené Forest en play-offs en avril en signant 4 réalisations et 4 assists. Lors de ces derniers, il a encore été décisif avec deux nouveaux buts. Sa saison a été couronnée par le trophée de "jeune joueur de l'année". Plusieurs équipes de Premier League se sont montrées intéressées par ses services, mais il a préféré jurer fidélité aux Reds au début du mois de juillet en prolongeant son contrat.Mais le jeune Brennan Johnson ne va pas maintenir Forest à lui tout seul.Le propriétaire Evangelos Marinakis, qui est aussi le grand patron de l'Olympiacos, en est conscient et s'est donc montré actif sur le marché des transferts. Si le budget de Nottingham n'est peut-être pas aussi important que celui d' équipes déjà bien établies dans la ligue, le promu a réalisé quelques joli coups. Le plus notable d'entre eux est Jesse Lingard, l'international anglais qui n'a jamais su s'imposer à Manchester United. En revanche, il s'était révélé très précieux et surtout décisif pour West Ham lors de son prêt en 2021. S'il peut parvenir à avoir le même impact à Forest que celui qu'il avait à Londres, il sera très précieux pour décrocher le maintien.Des renforts sont arrivés dans toutes les lignes. Parmi eux, on trouve quelques noms familiers comme le gardien de but Dean Henderson (loué à Manchester United), le talent de Liverpool Neco Williams (acheté pour 20 millions d'euros) et bien sûr Taiwo Awoniyi, un attaquant passé jadis par Mouscron et La Gantoise. Les prometteurs Moussa Niakathé et Omar Richards sont également venus renforcer l'arrière garde. Enfin, un Diable rouge s'est aussi paré de rouge en la personne du milieu de terrain Orel Mangala. Il débarque de Stuttgart en Bundesliga.Nottingham entamera cette nouvelle saison de Premier League avec une équipe qui n'est encore que l'ombre de celle qui a été promue la saison dernière. Il n'y a qu'en défense que le club semble miser sur la continuité. Le manager Cooper devra faire en sorte que les nouveaux venus intègrent son système le plus vite possible. Le talent et le potentiel sont certes présents dans le noyau, mais celui manque aussi de joueurs habitués à l'exigeance de la compétition anglaise. Ils sont beaucoup à devoir faire encore leurs preuves. Nottingham possède donc beaucoup d'atouts, mais ce sera un immense défi de faire en sorte que son potentiel puisse s'exprimer pleinement. Éviter la relégation serait déjà une belle étape de franchie pour ce club traditionnel anglais qui est resté beaucoup trop longtemps dans l'ombre depuis maintenant deux décennies.