"Je pense que tout dépend de nous et de notre jeu. Nous croyons en la qualification. Nous pouvons battre le Portugal. Nous sommes l'une des meilleures équipes du tournoi. Tout dépend de nous et de notre milieu de terrain qui est de loin le plus fort", a-t-il dit.

Interrogé sur Cristiano Ronaldo, Kalinic a reconnu qu'il est l'un des "meilleurs joueurs au monde" mais a expliqué que le Portugal était trop dépendant de lui. Par conséquent, la Croatie étudiera aussi un moyen de le contrer.

"Il sera difficile de l'arrêter, nous savons quel genre de joueur il est. Les Portugais sont forts individuellement, en particulier les attaquants, qui sont très offensifs. On ne sait jamais avec eux, ils peuvent jouer bien ou mal, mais encore une fois, tout dépendra de nous," a souligné Kalinic.

L'attaquant de la Fiorentina pense que l'Euro 2016 en France est l'occasion pour sa génération de rejoindre dans l'histoire du football croate la génération 1998 qui avait terminé 3e du Mondial... en France.

"Je suis ravi que nous soyons placés parmi les favoris mais nous ne devons-nous arrêter à cela."

"Je pense que tout dépend de nous et de notre jeu. Nous croyons en la qualification. Nous pouvons battre le Portugal. Nous sommes l'une des meilleures équipes du tournoi. Tout dépend de nous et de notre milieu de terrain qui est de loin le plus fort", a-t-il dit. Interrogé sur Cristiano Ronaldo, Kalinic a reconnu qu'il est l'un des "meilleurs joueurs au monde" mais a expliqué que le Portugal était trop dépendant de lui. Par conséquent, la Croatie étudiera aussi un moyen de le contrer. "Il sera difficile de l'arrêter, nous savons quel genre de joueur il est. Les Portugais sont forts individuellement, en particulier les attaquants, qui sont très offensifs. On ne sait jamais avec eux, ils peuvent jouer bien ou mal, mais encore une fois, tout dépendra de nous," a souligné Kalinic. L'attaquant de la Fiorentina pense que l'Euro 2016 en France est l'occasion pour sa génération de rejoindre dans l'histoire du football croate la génération 1998 qui avait terminé 3e du Mondial... en France. "Je suis ravi que nous soyons placés parmi les favoris mais nous ne devons-nous arrêter à cela."