"Ce qui s'est passé hier (mardi) est inacceptable. A notre époque, nous ne pouvons pas accepter ce genre de choses, qu'on fasse des différences (entre les gens) pour la couleur de peau, la race", a dit la superstar du PSG au micro de RMC Sport. "Cela n'a plus sa place dans le foot ni dans la vie, ni dans n'importe quel sport. Cela n'a plus sa place dans le monde", a-t-il ajouté alors que le PSG s'est imposé 5-1 avec un triplé de sa part mercredi soir lors de la reprise de la rencontre, stoppée la veille après 13 minutes de jeu.

Mardi, les joueurs avaient choisi de quitter la pelouse et de ne pas reprendre le jeu en réaction aux propos du quatrième arbitre: souhaitant sanctionner l'entraîneur adjoint de Basaksehir, le Camerounais Pierre Achille Webo, d'un carton rouge pour protestation, le Roumain Sebastian Coltescu l'avait désigné à l'arbitre principal comme "le noir" en roumain ("negru"), provoquant la colère et l'indignation des deux équipes.

"Notre attitude d'hier (mardi), pour moi, a été parfaite. Parfois, quand c'est trop, il faut faire des choses pour voir si le monde change un peu", a poursuivi Neymar, ajoutant que les joueurs avaient tous accepté l'interruption du match même s'il était compliqué physiquement et mentalement de repartir sur une routine d'avant-match mercredi. "C'était dur mais nous l'avons tous accepté. Nous avons décidé de faire cela tous ensemble et pour moi c'était la meilleure chose à faire", a-t-il conclu.

"Ce qui s'est passé hier (mardi) est inacceptable. A notre époque, nous ne pouvons pas accepter ce genre de choses, qu'on fasse des différences (entre les gens) pour la couleur de peau, la race", a dit la superstar du PSG au micro de RMC Sport. "Cela n'a plus sa place dans le foot ni dans la vie, ni dans n'importe quel sport. Cela n'a plus sa place dans le monde", a-t-il ajouté alors que le PSG s'est imposé 5-1 avec un triplé de sa part mercredi soir lors de la reprise de la rencontre, stoppée la veille après 13 minutes de jeu. Mardi, les joueurs avaient choisi de quitter la pelouse et de ne pas reprendre le jeu en réaction aux propos du quatrième arbitre: souhaitant sanctionner l'entraîneur adjoint de Basaksehir, le Camerounais Pierre Achille Webo, d'un carton rouge pour protestation, le Roumain Sebastian Coltescu l'avait désigné à l'arbitre principal comme "le noir" en roumain ("negru"), provoquant la colère et l'indignation des deux équipes. "Notre attitude d'hier (mardi), pour moi, a été parfaite. Parfois, quand c'est trop, il faut faire des choses pour voir si le monde change un peu", a poursuivi Neymar, ajoutant que les joueurs avaient tous accepté l'interruption du match même s'il était compliqué physiquement et mentalement de repartir sur une routine d'avant-match mercredi. "C'était dur mais nous l'avons tous accepté. Nous avons décidé de faire cela tous ensemble et pour moi c'était la meilleure chose à faire", a-t-il conclu.