Le crack brésilien, attendu le 8 juillet à la reprise de l'entraînement parisien, ne s'y était rendu qu'une semaine plus tard, le 15 juillet.

L'entourage de la star avait justifié son absence par des engagements prévus de longue date, dont un tournoi de football à cinq au bénéfice de sa fondation, l'Institut Neymar, basée à Praia Grande (sud-est du Brésil). Une situation que le club parisien avait déploré en promettant de "prendre les mesures appropriées". Selon plusieurs médias, le PSG a privé "Ney" de sa prime d'éthique pour ce retour retardé.

Neymar avait aussi envenimé la situation en confiant à des médias brésiliens que la "remontada" constituait un des moments les "plus importants de sa carrière", alors qu'il portait le maillot du Barça lors de l'invraisemblable défaite 6-1 parisienne au Camp Nou alors que le PSG avait réussi une démonstration à l'aller (4-0).

L'été du N10 de la Seleçao a été agité, entre accusations de viol et blessure qui l'a privé de Copa America.

Dans son communiqué de mardi, le PSG se contente de donner des informations médicales concernant la "guérison de son entorse cheville droite", évoquant un "travail physique quotidien et reprise complète avec le groupe programmée en Chine".

"Les contrôles radiologiques de la fracture du 5ème métatarsien (janvier 2019) effectués à la reprise du joueur montrent une très bonne consolidation et un examen clinique totalement normal", poursuit le PSG.

Le PSG atterrira mercredi à Shenzhen, puis affrontera en amical l'Inter Milan samedi à Macao et le Sydney FC mardi 30 juillet à Suzhou. Le premier rendez-vous officiel de la saison, c'est le samedi 3 août à Shenzhen face à Rennes, vainqueur de la Coupe de France, pour le Trophée des champions.