Tu t'es souvent plaint du manque d'attention pour toi en Belgique. J'ai fait -16, -19, -20, -21 en équipe nationale de jeunes. Et puis je n'ai plus été appelé. Peut-être parce que Cagliari est une petite équipe sur la carte? Mais maintenant que je suis à Rome...

Tu es appelé...

Oui mais je pense que je reçois toujours la même considération qu'avant.... je joue tous les matches, je fais de bons matches.

Wilmots a-t-il déja parlé avec Rudi Garcia?

Non, je ne pense pas. Mais Wilmots a l'intelligence pour prendre une décision de lui-même et faire des choix justes pour le Brésil.

Pas de rancoeur envers Wilmots?

Ca n'a rien à voir avec Wilmots mais je regrette de ne pas avoir pu montrer jusqu'ici mes qualités en équipe nationale. Ma première sélection remonte à 5 ans et depuis j'ai été appelé, mis de côté, appelé, mis de côté. C'est toujours la même chose. Bon la première fois, c'était en Kirin Cup avec une équipe B, puis ce fut face à la Roumanie au Standard dix minutes.

Tu penses avoir saisi ta chance face à la Côte d'Ivoire?

Oui, même si j'étais nerveux. C'était la première fois que je recevais 45 minutes. J'ai essayé de faire de mon mieux mais j'ai voulu trop en faire, j'avais pas mal de pression.

Quel message adresserais-tu à Marc Wilmots?

J'accepte ses décisions même si je pense qu'au vu de mes prestations, je mérite d'accompagner le groupe à la Coupe du Monde.

Tu estimes à combien tes chances de te rendre au Brésil?

Je ne sais pas. Si tu comptes De Bruyne, Witsel, Fellaini, Dembélé, Defour, même Chadli qui peut jouer au milieu, ça fait déjà six joueurs pour trois places. Y a Simons aussi mais quand même...

Tu comprendrais sa sélection?

Je pense qu'il faut juger les prestations sur le terrain et non le nom.

Qu'est-ce que tu pourrais apporter à cette équipe?

Ma rage de vaincre. Mon seul but sur un terrain, c'est de gagner, rien d'autre. Mais ce n'est pas à moi de répondre à ce type de question.

On sent que le chapitre Diable Rouge te touche particulièrement.

Oui, c'est normal. Une Coupe du Monde, ce n'est qu'une fois tous les quatre ans. Et je pense que je mériterais d'y aller. Beaucoup de gens me le disent.

Thomas Bricmont

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine.

Tu t'es souvent plaint du manque d'attention pour toi en Belgique. J'ai fait -16, -19, -20, -21 en équipe nationale de jeunes. Et puis je n'ai plus été appelé. Peut-être parce que Cagliari est une petite équipe sur la carte? Mais maintenant que je suis à Rome... Tu es appelé... Oui mais je pense que je reçois toujours la même considération qu'avant.... je joue tous les matches, je fais de bons matches. Wilmots a-t-il déja parlé avec Rudi Garcia? Non, je ne pense pas. Mais Wilmots a l'intelligence pour prendre une décision de lui-même et faire des choix justes pour le Brésil. Pas de rancoeur envers Wilmots? Ca n'a rien à voir avec Wilmots mais je regrette de ne pas avoir pu montrer jusqu'ici mes qualités en équipe nationale. Ma première sélection remonte à 5 ans et depuis j'ai été appelé, mis de côté, appelé, mis de côté. C'est toujours la même chose. Bon la première fois, c'était en Kirin Cup avec une équipe B, puis ce fut face à la Roumanie au Standard dix minutes. Tu penses avoir saisi ta chance face à la Côte d'Ivoire? Oui, même si j'étais nerveux. C'était la première fois que je recevais 45 minutes. J'ai essayé de faire de mon mieux mais j'ai voulu trop en faire, j'avais pas mal de pression. Quel message adresserais-tu à Marc Wilmots? J'accepte ses décisions même si je pense qu'au vu de mes prestations, je mérite d'accompagner le groupe à la Coupe du Monde. Tu estimes à combien tes chances de te rendre au Brésil? Je ne sais pas. Si tu comptes De Bruyne, Witsel, Fellaini, Dembélé, Defour, même Chadli qui peut jouer au milieu, ça fait déjà six joueurs pour trois places. Y a Simons aussi mais quand même... Tu comprendrais sa sélection? Je pense qu'il faut juger les prestations sur le terrain et non le nom. Qu'est-ce que tu pourrais apporter à cette équipe? Ma rage de vaincre. Mon seul but sur un terrain, c'est de gagner, rien d'autre. Mais ce n'est pas à moi de répondre à ce type de question. On sent que le chapitre Diable Rouge te touche particulièrement. Oui, c'est normal. Une Coupe du Monde, ce n'est qu'une fois tous les quatre ans. Et je pense que je mériterais d'y aller. Beaucoup de gens me le disent. Thomas Bricmont Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine.